Olivier Brandicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivier Brandicourt
Image dans Infobox.
Fonction
Président-directeur général (en)
Sanofi
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Dolder (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Olivier Brandicourt, né le à Casablanca[1], est un médecin et un dirigeant d'entreprises français.

Après avoir travaillé aux Etats Unis et au Canada chez les groupes pharmaceutiques américains Warner-Lambert puis Pfizer, il devient PDG de Bayer Santé, puis il fut DG de Sanofi du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Olivier Brandicourt est docteur en médecine, spécialiste des maladies infectieuses et de la médecine tropicale[2]. Il est diplômé en Immunologie et Physiopathologie cellulaire de l’Université Paris Descartes. Il est également titulaire d’une maîtrise en biologie de l’Université Paris XII.

Carrière[modifier | modifier le code]

Olivier Brandicourt commence sa carrière chez Warner-Lambert/Parke-Davis au poste de Directeur Médical pour la région Afrique (avec pour mission de développer une molécule résistant au paludisme). Il exerce à ce titre pendant deux ans à Brazzaville, capitale du Congo, mais aussi dans différents dispensaires du pays[3]. Puis travaille pendant 8 ans dans le service des Maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris[4].

Olivier Brandicourt exerce diverses responsabilités mondiales chez Pfizer durant 13 ans et dirige en particulier les unités opérationnelles Médecine Générale de 2009 à 2012 et Produits de Spécialité de 2008 à 2009[5]. Il est également responsable de l’activité Cardiologie aux États-Unis, ainsi que de plusieurs opérations régionales dans différents pays.

En 2013, il devient directeur général de Bayer HealthCare, et prend la responsabilité du portefeuille mondial de la Division Santé de Bayer qui regroupe les activités Pharmacie, Santé Grand public, Santé Animale et Soins Médicaux[6].

Depuis le il est directeur général du groupe pharmaceutique Sanofi[7]. Il remplace à ce poste le germano-canadien Chris Viehbacher[8]. Son mandat est renouvelé en mai 2018[9].

Olivier Brandicourt quitte ses fonctions de directeur général du groupe français Sanofi le , au profit de l'anglais Paul Hudson.

Autres mandats[modifier | modifier le code]

  • Membre du Conseil d’administration de Pharmaceutical Research and Manufacturers of America (PhRMA)
  • Membre du Conseil de la Fédération internationale des fabricants et associations pharmaceutiques (IFPMA, International Federation of Pharmaceutical Manufacturers and Associations)
  • Membre honoraire du Royal College of Physicians (Londres)
  • Membre du conseil d’administration de la Children’s Aid Society à (New York)
  • Vice Président de l'Efpia (Fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques)

Polémique[modifier | modifier le code]

En février 2015, l'annonce de son « bonus de bienvenue » d'un montant global de quatre millions d'euros déclenche une polémique en France[10].

En 2016, son salaire annuel de 16,8 millions d'euros suscite à nouveau la polémique[réf. nécessaire].

Il est le patron le mieux payé du CAC 40 en 2017[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Nora, « Sanofi a trouvé son oiseau rare », sur nouvelobs.com, .
  2. « EN VUE - Olivier Brandicourt, un médecin au chevet de Sanofi. », sur Les Echos, (consulté le )
  3. « Olivier Brandicourt, futur patron de Sanofi », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  4. Olivier Brandicourt prend les rênes chez Sanofi, Usine Nouvelle, 19 février 2015
  5. Olivier Brandicourt biographie, Bloomberg Business
  6. Olivier Brandicourt, nouveau directeur général de Sanofi, La Tribune, 20 février 2015
  7. Olivier Brandicourt nouveau directeur général de Sanofi, ZoneBourse, 20 février 2015
  8. « Comment le directeur général de Sanofi a administré un traitement de choc au laboratoire », sur challenges.fr, (consulté le )
  9. « Olivier Brandicourt », sur sanofi.com (consulté le )
  10. Inès El laboudy, « Sanofi : un « bonus d'arrivée » de quatre millions d'euros qui passe mal », sur metronews.fr, .
  11. Olivier Petitjean, « Les patrons du CAC40 ont gagné en moyenne 4,68 millions d'euros en 2017 », sur Observatoire des multinationales,

Liens externes[modifier | modifier le code]