Bice Curiger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bice Curiger
Image dans Infobox.
Fonction
Directrice de musée
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Beatrice "Bice" Curiger est une historienne de l'art, conservatrice de musée, critique d'art et éditrice suisse. En 2011, elle est nommée commissaire de la Biennale de Venise, troisième femme à occuper cette fonction.

Elle est, depuis 2013, directrice artistique de la Fondation van Gogh à Arles.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Bice Curiger naît en 1948 à Zurich, en Suisse. Elle a étudié l'histoire de l'art à l'Université de Zurich[1]. Après l'obtention de son diplôme, elle devient critique d'art pour le quotidien suisse Tages-Anzeiger[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Bice Curiger occupe différents postes. Elle est, successivement et parallèlement cofondatrice et rédactrice en chef du magazine d'art Parkett de Zurich (depuis 1984), commissaire indépendante pour diverses galeries d'art internationales, musées et expositions, notamment pour le Centre Georges Pompidou à Paris (France), la Hayward Gallery à Londres (Royaume-Uni), le Musée Solomon R. Guggenheim à New York et la 54e Biennale de Venise (Italie), conservatrice au Kunsthaus Zürich (1993-2013), rédactrice en chef du magazine Tate Etc. (depuis 2004), ancienne membre du Conseil fédéral des arts, chargée de cours à la Humboldt-Universität de Berlin (Allemagne) (2006-2007) et depuis 2013, directrice artistique et commissaire d'exposition de la Fondation Vincent van Gogh à Arles (France).

54e Biennale de Venise[modifier | modifier le code]

En 2011, Curiger a organisé la 54e Biennale de Venise, qu'elle a intitulée ILLUMinations[2]. Elle est la troisième femme à organiser cette prestigieuse manifestation depuis sa création. Maria de Corral et Rosa Martinez ont co-organisé la Biennale de 2005)[3]. Bice Curiger explique que le nom de l'exposition avait pour but de « faire la lumière sur l'institution elle-même, en attirant l'attention sur les opportunités dormantes et non reconnues, ainsi que sur les conventions qui doivent être contestées »[4]. Bice Curiger pose cinq questions ouvertes à 84 artistes participants: « où vous sentez-vous chez vous? Est-ce que l'avenir parle anglais ou une autre langue? La communauté artistique est-elle une nation? Combien de nations te sens-tu en toi? Si l'art était une nation, qu'est-ce qui serait écrit dans sa constitution? »[5].

Fondation Vincent van Gogh[modifier | modifier le code]

En 2013, Bice Curiger devient directrice artistique de la Fondation Vincent van Gogh à Arles, en France[6]. Le lieu est consacré au temps passé par Vincent van Gogh à Arles et organise des expositions propices aux relations entre van Gogh et les artistes contemporains.

Publications[modifier | modifier le code]

En 1984, Bice Curiger co-fonde le magazine bi-annuel d'art contemporain Parkett dont elle demeure la rédactrice en chef[7].

Depuis 2004, elle est également directrice de la rédaction du magazine d'art de la Tate Modern[7].

Elle a écrit de nombreux ouvrages sur l'art contemporain, notamment :

  • Looks et tenebrae (1983)
  • Meret Oppenheim: le défi face à la liberté (1990)
  • Maurizio Cattelan, Feuerproben / Acid Tests (2008)
  • Rebecca Warren: Tous les aspects de la magie de la chienne (2012)
  • Double Take: mémoire collective et art récent (1992)
  • Signes et merveilles: Niko Pirosmani et l'art contemporain (1995)
  • Meret Oppenheim (1996), Naissance du cool: la peinture américaine de Georgia O'Keeffe à Christopher Wool (1997)
  • Hypermental - Réalité rampante, 1950-2000: de Salvador Dali à Jeff Koons (2000)
  • Peter Fischli et David Weiss: Fleurs et questions (2007)
  • Friedrich Kuhn (1926-1972): Le peintre hors la loi (2008)
  • ILLUMInazioni (Biennale de Venise, 2011)
  • Baroque débordant: de Cattelan à Zurbarán (2013)

Expositions[modifier | modifier le code]

Bice Curiger a été commissaire de nombreuses expositions d'art contemporain, notamment :

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de l'ordre des arts et des lettres (France)
  • 2007, médaille Heinrich Wölfflin de la ville de Zurich
  • 2009, Prix SI du Swiss Institute, Art contemporain à New York
  • 2012, Prix de la culture du canton de Zurich
  • 2012, Grand prix suisse pour l'art / Prix Meret Oppenheim de l'Office fédéral de la culture.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

De 1984 à 1994, Bice Curiger est membre du Conseil national des arts de Suisse[8].

En 2010, elle est classée numéro 6 sur la liste annuelle Power 100 de ArtReview[9].

En 2014, Bice Curiger est désignée par Artnet parmi les 26 femmes européennes les plus puissantes du monde de l'art[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mijuk, Goran. "Art's Tranquil Voice In Venice, Swiss Curator Bice Curiger Challenges Convention, Bice Curiger", The Wall Street Journal, récupéré le 27 avril 2019.
  2. [1] La Biennale di Venezia, récupéré le 9 mai 2014.
  3. Fanelli, Franco. "J'ai inclus un outsider très connu: le Tintoret!" The Art Newspaper, récupéré le 9 mai 2014.
  4. Curiger, Bice. "Introduction par Bice Curiger", La Biennale de Venise, récupéré le 27 avril 2019.
  5. (en) « Bice Curiger speaks about the Venice Biennale »
  6. "Le Bice a un nouvel emploi", The Art Newspaper, récupéré le 9 mai 2014.
  7. a et b Sommer Akademie "Bice Curiger", récupéré le 27 avril 2019.
  8. a b c d e et f Ciuffi, Valentina. "Bice Curiger directeur de l'Art Biennale 2011!", Abitare, récupéré le 27 avril 2019.
  9. "Le ArtReview Power 100 publié aujourd'hui", artlyst, récupéré le 27 avril 2019.
  10. "Qui sont les femmes les plus influentes du monde de l'art européen?", artnet, consulté le 27 avril 2019.

Liens externes[modifier | modifier le code]