Alexandra Grimal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexandra Grimal
Description de cette image, également commentée ci-après
Alexandra Grimal, 2017
Informations générales
Naissance (42 ans)
Le Caire
Activité principale saxophoniste, compositrice, chanteuse
Genre musical musique contemporaine, jazz, musique improvisée, musique expérimentale
Instruments saxophone ténor saxophone soprano, saxophone sopranino, chant
Années actives depuis 2000
Labels ovni, Ayler records, relative pitch records, onjazz, sans bruit, montagne noire
Site officiel http://www.alexandragrimal.com

Alexandra Grimal, née le au Caire, est une compositrice, improvisatrice, interprète française de jazz, musique improvisée, musique expérimentale et musique contemporaine. Saxophoniste et chanteuse, elle se produit aussi dans des projets interdisciplinaires comme le théâtre et la danse contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de l'égyptologue Nicolas Grimal et de l'angliciste Geneviève Defradas-Grimal, et sœur du violoniste David Grimal, elle grandit entre l'Égypte et Paris en écoutant de la musique classique et du jazz, mais aussi de nombreux autres styles[1].

Elle commence l'étude du piano classique à l'âge de cinq ans. À treize ans, à une époque où elle écoute beaucoup les enregistrements de Louis Armstrong, Coltrane et Miles Davis[1]. elle décide de passer au saxophone et au jazz.

Elle part étudier le saxophone en 2000 au Conservatoire royal de La Haye dans la classe du saxophoniste et clarinettiste américain John Ruocco (de).

En 2003, elle intègre le Département de jazz de l'Académie Sibelius à Helsinki (Finlande), avec une bourse du programme d'échanges européens Socrates[2].

De retour aux Pays-Bas, elle obtient en 2004 un bachelor puis en 2005 un Master's degree en saxophone au Conservatoire royal de La Haye[3]. Son séjour aux Pays-Bas lui permet de rencontrer des musiciens de toutes nationalités.

En 2005 elle retourne en France et poursuit ses études au Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Paris, d'où elle démissionnera peu de temps après, n'ayant pu obtenir d'équivalence de diplôme européen, et commence à se produire en clubs.

En 2009 elle est lauréate de la « Fondation Jean-Luc Lagardère », qui lui permet d'enregistrer Owls Talk avec Lee Konitz, Gary Peacock, et Paul Motian. La même année elle sort son premier album en trio, Shape, avec Antonin Rayon (orgue) et Emmanuel Scarpa (batterie)[4], suivi en 2010 de Seminaro Vento avec son quartet européen formé du pianiste Giovanni Di Domenico, du contrebassiste Manolo Cabras, et du batteur João Lobo, album récompensé par un Choc de Jazz Magazine

Alexandra Grimal reçoit en 2009 une MacDowell Fellowship et obtient un séjour de deux mois à la prestigieuse MacDowell Colony, une colonie d'artistes dans le New Hampshire. Cette expérience d'isolement créatif et de rencontres artistiques nourrit son travail et lui permet de se consacrer pleinement à l'écriture de ses futures compositions (notamment celles de son album Andromeda[5],[6]). En 2012, elle reçoit une nouvelle invitation à la colonie pour un séjour de cinq semaines.

Elle se produit au sein du trio Kankū avec Éric Échampard (batterie) et Sylvain Daniel (basse électrique)[7]. Elle est leader du projet Nāga (avec Marc Ducret, Nelson Veras, Stéphane Galland, Benoit Delbecq, Lynn Cassiers, Jozef Dumoulin)[8]. Elle présente également en solo une suite intitulée The Monkey in the Abstract Garden.

Elle a été membre de l'Orchestre national de Jazz (ONJ 2014) d'Olivier Benoit[9], et du tentet Can You Hear Me ? de Joëlle Léandre.

Compositrice en résidence à la scène nationale d'Orléans (2015 à 2017), elle y compose un « opéra clandestin », La vapeur au-dessus du riz, pour Lynn Cassiers, Théo Ceccaldi, Bruno Chevillon, Sylvaine Hélary, Sylvain Lemêtre, et Atsushi Sakai[10]. Elle a composé la pièce humus pour orchestre symphonique, commande de la Philharmonie de Paris et du Paris Mozart Orchestra- Claire Gibault créé en 2019 à la Philharmonie. En 2022, elle crée une nouvelle pièce pour le même ensemble le jardin en mouvement sur un texte du paysagiste Gilles Clément. Sa pièce kumo pour l'ensemble vocal Voix de Stras - Catherine Bozinger sera créée en 2023.

Alexandra Grimal est professeure de composition, d'ensemble et de musique improvisée à la Haute-École des Arts de Berne en Suisse.

Discographie[modifier | modifier le code]

Leader :

  • 2009 : Shape (Antonin Rayon, Emmanuel Scarpa), Futura et Marge
  • 2010 : Seminare Vento (Giovanni Di Domenico, Manolo Cabras, João Lobo), Freelance Records (récompense Choc Jazz Magazine et fff Télérama).
  • 2012 : Owls Talk (Lee Konitz, Gary Peacock, Paul Motian), Aparté Records (classé Best Records 2010 par le magazine All About Jazz - New York).
  • 2012 : Andromeda (Todd Neufeld, Thomas Morgan, Tyshawn Sorey), Ayler Records (en) (récompense Choc Jazz Magazine, album "élu" citizenjazz.com[5]).
  • 2013 : Heliopolis, Alexandra Grimal Dragons (Nelson Veras, Jozef Dumoulin, Dré Pallemaerts), ovni (album élu citizenjazz.com).
  • 2018 : Kankū, avec Sylvain Daniel (elb) et Éric Échampard (d), ONJazz Records.
  • 2019 : Nâga, avec Lynn Cassiers, Benoît Delbecq, Jozef Dumoulin, Marc Ducret, Stéphane Galland, Nelson Veras (ovni/Orkhêstra)[11]
  • 2020 : la vapeur au-dessus su riz ovni records
  • 2021 : the monkey in the abstract garden ovni records
  • 2022 : refuge relative pitch records

Avec Benjamin Duboc (b) :

  • 2015 : Le Retour D'Ulysse [Promenade], double CD, Improvising Beings[12]

Avec Benjamin Duboc (b) et Valentin Ceccaldi (violoncelle) :

  • 2017 : Bambú, Ayler Records

Sideman :

Projets musicaux alternatifs[modifier | modifier le code]

Alexandra Grimal travaille en parallèle avec de nombreux artistes ou plasticiens dans les domaines du cinéma, de la vidéo, du théâtre ou de la danse contemporaine :

Courts-métrages :

  • 2001 : La Migala avec Antonia Fritche (actrice muette),
  • 2002 : Delusions d'Antonia Fritche

Vidéo-documentaires :

  • 2006 : Quand la main dessine de la plasticienne Marie Preston, en duo avec le batteur Toma Gouband (Les 43 couchers de soleil).

Danse contemporaine :

  • 1998 : Histoire d'un pantin avec Yasmine Hugonnet,
  • 2012 : Précipitations de Paco Dècina,
  • 2013 : KA-YU (danse contemporaine, jonglage, musique jazz et vidéo), pièce inspirée du roman Océan mer d'Alessandro Baricco, création de la Compagnie MU avec Céline Champmartin (danse).
  • 2014 : duo avec la danseuse Kaori Ito, Dodécadanse, Le Triton
  • 2015 : duo avec la danseuse Kaori Ito, Festival Corb, Villa Savoye
  • 2015 : Shanta, partitions chorégraphiques et vocales, duo avec Mathilde Vrignaud (Fondation Royaumont Prototype)

Théâtre :

  • 2009 : Carmen (nouvelle de Prosper Mérimée), adaptation Rhizlaine El Cohen, musique de Bruno Girard (violoniste du groupe Bratsch).
  • 2015 : Œdipe à Colone (Sophocle), mis en scène par Jean-Christophe Blondel, Compagnie Divine Comédie, direction musicale Benjamin Duboc (rôle d'Ismène, chœur, chant et saxophone soprano)

Arts numériques :

Cinéma muet :

Contes :

  • 2012-2013 : Duo avec le conteur Julien Tauber autour des mythes grecs,
  • 2014 : Le Grand Dire avec Abbi Patrix, Nidal Qannari, Julien Tauber, Linda Esdjö, Wilfried Wendling, Florent Colautti, Sébastien Béranger, La Muse en Circuit,
  • 2014 : Peredur (version galloise de Perceval) avec Michael Harvey, Marien Tillet.

Poésie :

  • 2016 : Musique du leporello Les Insomnies du hibou : poèmes d'Anne de Staël, images de Boras Kotton, réalisation Anne Tayeb et Matthieu Mounier, éditions Akenbush, collection Derrière la vitre[17].
  • Collaborations avec le poète grec Christos Georgousis depuis 2011.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Troisième prix d'orchestre du concours national de jazz de La Défense avec son quartet,
  • 2007 : Grand prix du Tremplin européen de jazz d'Avignon avec le même groupe,
  • 2007 : Finaliste du concours international de jazz pour jeunes solistes de Fribourg,
  • 2008 : Prix de soliste du Tremplin l'Esprit Jazz à Saint-Germain-des-Prés,
  • 2009 : Lauréate de la Fondation Jean-Luc Lagardère,
  • 2010 : Nominée dans la catégorie révélation instrumentale des Victoires du jazz,
  • 2010 : MacDowell Fellowship, séjour de deux mois à la MacDowell Colony,
  • 2011 : Tavitian Fellowship,
  • 2011 : Lauréate du programme Chamber Music of America / French American Jazz Exchange (CMA/FACE),
  • 2012 : MacDowell Fellowship, séjour de cinq semaines à la MacDowell Colony.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Damien Rupied, « Alexandra Grimal : entretien », sur citizenjazz.com, Citizen Jazz, (consulté le )
  2. Alex Duthil, « Alexandra Grimal », sur francemusique.fr, France Musique, (consulté le )
  3. (it)Romualdo Del Noce, « Il piacere e la forza. Intervista ad Alexandra Grimal », sur jazzconvention.net, (consulté le )
  4. Jean Buzelin, « Alexandra Grimal Trio : réjouissante découverte », sur culturejazz.fr, (consulté le )
  5. a et b Mathias Kusnierz, « Andromeda élu CitizenJazz », sur citizenjazz.com, (consulté le )
  6. Eyal Hareuveni, « Alexandra Grimal: Andromeda (2012) », sur allaboutjazz.com, (consulté le )
  7. Philippe Méziat, « Alexandra Grimal (Kankü) », sur jazzmagazine.com, Jazz Magazine, (consulté le )
  8. L'écriture du répertoire a fait l'objet d'une commande d’État du ministère de la Culture, et d'une fellowhip de la MacDowell Colony
  9. Jean-Louis Lemarchand, « Le prochain ONJ dans les starting blocks », sur Les Dernières Nouvelles du Jazz, (consulté le )
  10. www.scenenationaledorleans.fr
  11. Jazz Bonus : Nāga - Alexandra Grimal sur francemusique.fr (consulté le 12/03/2019).
  12. (en) Alexandra Grimal sur Discogs
  13. [MP3] Écoute en ligne et téléchargement gratuit sur drame.org
  14. [MP3] Écoute en ligne et téléchargement gratuit sur drame.org
  15. citizenjazz.com
  16. Raphaëlle T., « L’Atelier du Plateau fait son cirque », sur citizenjazz.com, Citizen Jazz, (consulté le )
  17. derrierelavitre.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]