Nicolas Afanassieff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Afanassiev.

Nicolas Afanassieff (en russe : Николай Николаевич Афанасьев, Nikolaï Nikolaïevitch Afanassiev), né le 4 septembre 1893 à Odessa et mort le 4 décembre 1966 à Paris, est un théologien orthodoxe russe, connu pour son rôle dans l'œcuménisme. Prêtre protopresbytre, il fut professeur de droit canon et d'histoire de l'Église ancienne à l'Institut Saint-Serge (Paris) de 1930 à sa mort.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Nikolaï Grigorievitch et Praskovia Iakovlevna Afanassiev. Le père meurt tôt et Nikolaï et sa sœur Zinaïda sont élevés par la mère et la grand-mère.

Après ses études secondaires, Afanassieff commence les études de médecine à l'université de Nouvelle-Russie, mais un an plus tard change pour la faculté juridique. En 1914, à l'approche des événements de la Première Guerre mondiale, il se retire à Reval. Le 15 novembre 1915, il devient élève de l'école d'officiers d'artillerie Serge Romanov (Сергиевское артиллерийское училище) d'Odessa et six mois plus tard intègre le corps d'artillerie côtière basé à Ravel.

Démobilisé en 1918, il travaille à la banque. Lors de la Guerre civile russe, il vit à Odessa, Novorossiisk, Sébastopol.

En novembre 1920, en passant par Constantinople, il rejoint le Royaume de Yougoslavie. Au printemps 1921, il entame les études à la Faculté de théologie orthodoxe de l'université de Belgrade dont il sera diplômé en 1925. Il est actif au sein de l'action chrétienne des étudiants russes.

En 1930-1931, il est professeur invité de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, c'est durant cette période que naît son fils, Constantin Afanassieff (dit Anatole). Il devient par la suite, maître de conférences en droit canonique et de grecque, de 1932 à 1940.

Le 7 janvier 1940, il est ordonné diacre et le 8 janvier reçoit le sacrement de l'ordre par Sergueï Boulgakov et Cyprian Kern.

Nicolas Afanassieff est contraint de s'exiler avec sa femme, Marianne Andrusoff, et son fils, durant une partie de la seconde guerre mondiale.

Avec son ami l'archimandrite Cyprien Kern, il fonde en 1954 les Conférences liturgiques Saint-Serge, qui réunissent des spécialistes orthodoxes, catholiques et protestants.

Lors du concile Vatican II, il fut l'un des observateurs officiels des Églises orthodoxes russes en Occident (exarchat du Patriarcat œcuménique de Constantinople) pour la quatrième session. Nicolas Afanassieff a longuement étudié l'ecclésiologie et le rôle central (la « primauté ») de l'apôtre Pierre. Pour Hervé Legrand, professeur à l'Institut catholique de Paris, « le mouvement œcuménique est redevable à Afanassieff pour avoir rendu possible, grâce à l’ecclésiologie eucharistique remise en valeur à Vatican II, le dialogue entre l’Église catholique romaine et l’Église orthodoxe ».

Nicolas Afanassieff était le parrain du fils de Paul Evdokimov, Michel, lui-même devenu prêtre. Michel Evdokimov se souvient qu'à la fin d'une session du concile Afanassieff s'est exclamé avec enthousiasme, en parlant des catholiques : « Mais qu'est-ce qui nous sépare encore[1] ? »

Il meurt en décembre 1966 à Paris. La cérémonie funéraire se déroule à la Paroisse Saint Serge. Afanassieff sera enterré au Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Entretien accordé à La Vie, numéro du 23 septembre 2012.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Église du Saint-Esprit (en russe, traduit en français), Cerf, 1975 et 2012, Recension en ligne par Jean-Claude Larchet
  • Una Sancta
  • La Table du Seigneur (en russe)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]