Natalie Nougayrède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Natalie Nougayrède
Image illustrative de l'article Natalie Nougayrède
Natalie Nougayrède en 2014.

Naissance (50 ans)
Dijon (Côte-d'Or)
Nationalité Française
Profession Journaliste
Spécialité Espace post-soviétique
Récompenses Prix Albert-Londres
Médias
Presse écrite Libération, Le Monde, The Guardian
Radio BBC, RFI
Fonction Directrice du journal Le Monde (2013-2014)

Natalie Nougayrède, née le à Dijon, est une journaliste française, spécialiste des questions internationales, notamment de l'Europe orientale et de l'espace post-soviétique ; elle est directrice du journal Le Monde[1] de mars 2013 à sa démission le 14 mai 2014. Elle rejoint l'équipe du Guardian en .

Biographie[modifier | modifier le code]

En raison des mutations professionnelles de son père ingénieur, Natalie Nougayrède effectue sa scolarité dans différents pays, notamment la Grande-Bretagne et le Canada, fréquentant des établissements bilingues français-anglais[2]. Elle apprend aussi le russe durant son séjour au Canada[2].

Libération[modifier | modifier le code]

Diplômée de l’Institut d’études politiques de Strasbourg (1988) et du Centre de formation des journalistes de la rue du Louvre à Paris (1990), elle commence sa carrière en 1991 comme correspondante de Libération et de la BBC en Tchécoslovaquie ; elle est ensuite correspondante de Libération et de RFI[3] dans le Caucase. En 1995, elle devient rédactrice pour les pages Portraits de Libération.

Le Monde[modifier | modifier le code]

En 1996, elle entre au journal Le Monde[4] : d'abord pigiste en Ukraine et en Russie, elle devient correspondante à Moscou, puis correspondante diplomatique.

En 2004, elle obtient le prix de la Presse diplomatique[5].

En 2005, elle est lauréate du prix Albert-Londres[3] pour ses reportages en Tchétchénie et sur la prise d’otages dans l’école de Beslan.

Directrice du Monde[modifier | modifier le code]

Le , elle est élue directrice du journal Le Monde avec 79,4 % des voix de la Société des rédacteurs[6], après avoir été proposée à ce poste par les trois actionnaires du journal, Pierre Bergé, Xavier Niel et Mathieu Pigasse[7]. Elle succède ainsi à Érik Izraelewicz, décédé le [1].

La nomination de Natalie Nougayrède, pour un mandat de 6 ans, à la direction du Monde et comme membre du directoire en tandem avec Louis Dreyfus, président de ce dernier, est validée par le conseil de surveillance du groupe à l'unanimité, le 6 mars 2013. Dans un communiqué, il est précisé que tous deux « doivent placer la révolution numérique au cœur de leurs mandats »[8].

En février 2014, un mouvement de contestation est déclenché dans le journal par l'annonce d’un plan de mobilité prévoyant le passage vers la version numérique d’une cinquantaine de postes et la suppression d'un certain nombre de rubriques (Logement et exclusion, Economie sociale et solidaire, Banlieue...). Contestant la stratégie et le mode de gouvernance de leur directrice, sept rédacteurs en chef du Monde et du Monde.fr dėmissionnent de leurs fonctions début mai[9]. Natalie Nougayrède tente ensuite de désamorcer la crise en lâchant ses deux adjoints, Vincent Giret et Michel Guerrin, qui cristallisaient le mécontentement[10],[11].

Le conflit, né d'un plan social drastique et de réformes jugées trop rapides et trop floues concernant le numérique[12] et le développement d'une nouvelle version de l'édition papier, se greffe sur les méthodes d’une directrice jugée « autarcique » et « rigide » par ses détracteurs[13].

Le 14 mai, à la suite d'un bras de fer avec la rédaction et une absence de soutien des actionnaires[12], Natalie Nougayrède démissionne de son poste de directrice du Monde[14],[10]. Dans un texte envoyé à l’AFP[15], elle explique n’avoir « plus les moyens d’assurer en toute plénitude et sérénité » ses fonctions.

À sa décharge, Libération relaie les propos d'un syndicaliste : « Tout se cristallise sur Natalie Nougayrède alors qu’ils étaient deux dans le directoire, avec Louis Dreyfus. Elle a été mauvaise pour vendre les réformes, mais ils ont été deux pour les concevoir »[16].

Départ du Monde[modifier | modifier le code]

Elle annonce le qu'elle quitte le journal. Elle rejoint The Guardian où elle devient éditorialiste et commentatrice sur l'actualité internationale à partir d'octobre 2014[17],[18].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les oligarques et le pouvoir : la redistribution des cartes, in Pouvoirs no 112[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Natalie Nougayrède élue à la direction du "Monde" Le Monde, 1er mars 2013
  2. a et b http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2013/03/01/natalie-nougayrede-de-grand-reporter-a-directrice-du-monde_1841657_3236.html
  3. a et b http://www.prixalbertlondres.com/Les-laureats/Les-laureats-du-prix-Albert-Londres-de-1999-a-2012/ArticleId/2422/Laureat-2005.aspx
  4. Isabelle Hanne, « Natalie Nougayrède, femme du « Monde » », Libération,‎ , p. 26 (lire en ligne)
  5. http://afrique.atlas.pagesperso-orange.fr/SitePresseDiplo/P7_Archives.htm.
  6. Natalie Nougayrède première femme élue à la direction du Monde, Le Figaro, 1er mars 2013.
  7. Natalie Nougayrède élue à la direction du "Monde", Le Monde, 1er mars 2013.
  8. « Natalie Nougayrède officiellement à la tête du Monde », Le Point,‎
  9. Le Monde : démission de la majorité des rédacteurs en chef, Arrêts sur images du 6 mai 2014
  10. a et b Natalie Nougayrède démissionne de son poste de directrice du Monde, Le Figaro du 14 mai 2014
  11. Démissions en chaîne à la rédaction en chef du Monde, l'Express du 6 mai 2014
  12. a et b Journal du soir et tablette du matin : des divergences de vue concernant les versions papier et numérique du quotidien divisèrent également Natalie Nougayrède et Xavier Niel, l'un des actionnaires du journal (voir Le Monde–Tablettes : divergence Niel-Nougayrède dans Arrêts sur images du 9 mai 2014)
  13. Conflit au Monde: la rédaction obtient le départ de sa directrice, en pleine réforme, Le Monde du 14 mai 2014
  14. Crise au Monde : la directrice Natalie Nougayrède annonce sa démission, metronews.fr, 14 mai 2014
  15. Natalie Nougayrède démissionne de son poste de directrice du Monde, communiqué AFP du 14 mai 2014
  16. Conflit au Monde: la rédaction obtient le départ de sa directrice, en pleine réforme, Libération du 15 mai 2014
  17. http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2014/09/09/natalie-nougayrede-quitte-le-monde_4484340_3236.html
  18. http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0203759732081-natalie-nougayrede-ancienne-directrice-du-monde-rejoint-the-guardian-1040614.php
  19. Les oligarques et le pouvoir : la redistribution des cartes, Pouvoirs n°112

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]