Napoléon Caron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Napoléon Caron
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Napoléon Caron (1846-1932) est un prêtre canadien, écrivain, directeur du grand séminaire et à l'initiative de l'hymne Ô Canada adopté officiellement en 1980.

Biographie[modifier | modifier le code]

Napoléon Caron est né à Louiseville, le . Ses parents Françoise et Nazaire Caron sont cultivateurs.

Formation[modifier | modifier le code]

Le jeune Caron étudie à Trois-Rivières et à Québec et est ordonné prêtre en 1869[1].

Prêtre et écrivain[modifier | modifier le code]

Il est chanoine de la paroisse Immaculée-Conception de Trois-Rivières (Québec) et enseigne pendant huit ans au séminaire de Trois-Rivières.

Il est promu directeur du grand séminaire en 1878.

En 1880 il publie un petit ouvrage de 63 pages ayant pour titre : Petit vocabulaire à l'usage des Canadiens français contenant les mots dont il faut répandre l'usage, et, signalant les barbarismes qu'il faut éviter, pour bien parler notre langue[2].

Chanoine de la cathédrale de l'Assomption de Trois-Rivières, il accompagne Mgr Louis-François Laflèche (évêque du diocèse des Trois-Rivières) en 1887 tout au long de la visite pastorale effectuée en Haute-Mauricie.

Du journal qu'il tient pendant ce voyage et des onze articles que publie le Journal des Trois-Rivières[3], du au , naît en partie, son livre Deux voyages sur le Saint-Maurice.

La première partie du trajet de 1887 se fait en train de Trois-Rivières à Grandes-Piles et ensuite en barge et en canot jusqu'en haut de La Tuque, sur la rivière Croche.

En 1888, il voyage seul avec un guide du nom de Basile Maurice pour faire le trajet en canot des Piles à Trois-Rivières.

En 1892, il publie l'Histoire de la Paroisse d'Yamachiche, dont il devient curé en 1902 jusqu'à sa retraite en 1926.

Il meurt dans sa paroisse, le , à l'âge de 86 ans.

L'hymne canadien[modifier | modifier le code]

Napoléon caron soumet l'idée d'un hymne national canadien[4], par lettre envoyée le à la Convention nationale des Canadiens français, à l'occasion des fête de la Saint-Jean-Baptiste.

La Société Saint-Jean-Baptiste met sur pied, le de la même année, un concours. À l'issue de ce concours, le « Ô Canada » de Adolphe-Basile Routhier et Calixa Lavallée est retenu:[5]

« Dans une lettre à la Convention nationale des Canadiens français, qui a lieu du 23 au 25 juin 1880 à Québec, durant les festivités de la Saint-Jean-Baptiste, l’abbé Napoléon Caron, du diocèse de Trois-Rivières, suggère qu’un concours ait lieu afin de choisir un hymne national pour la célébration du mois de juin.. »

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Le Vatican lui donne le titre honorifique de Monseigneur en reconnaissance à sa contribution à l'Église[6].
  • La commune de Yamachiche a nommé, en 1979, une de ses rues, rue Monseigneur-Napoléon-Caron[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Petit vocabulaire à l'usage des Canadiens français, Trois Rivières, 1880[8]
  • Deux voyages sur le Saint-Maurice, ed. Ayotte, Trois-Rivière, 1889
  • Histoire de la paroisse d'Yamachiche, avec François Lesieur- Desaulniers, Benjamin Sulte, Éd. P. V. Ayotte, 1892
  • Vie de saint Jean-Baptiste, patron des Canadiens-français : tirée des saints évangiles et des Bollandistes, Éd. P.V. Ayotte, 1897
  • Légendes des forges du Saint-Maurice, in L'opinion publique vol. 3, avril-mai, 1872 (sous le pseudonyme de Minié)[9]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Vaugeois, Préface de la réédition de Deux voyages sur le Saint-Maurice, P. 6-12, Éd. Les éditions du Septentrion, 2000, (ISBN 2894481535)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Caron, Napoléon - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  2. Gérard Boouchard, Martine Ségalen, Une langue, deux cultures : Rites et symboles en France et au Québec , p. 140, Éd. La Découverte, 2010, (ISBN 2707155527)
  3. journal des Trois-Rivières, numérisé sur Banq numérique
  4. Le Bulletin Des Recherches Historiques, vol. 33, p. 89, Éd. A. Roy, 1927
  5. Helmut Kallmann, « Ô Canada! » dans L'Encyclopédie canadienne, Historica Canada, 1985–. Publié le 7 février 2018. (consulté le ).
  6. « Monseigneur Napoléon Caron », sur yamachiche.ca (consulté le )
  7. Monseigneur Napoléon Caron - Municipalité de Yamachiche
  8. Sophie Montreuil, Yvan Lamonde, Lire au Québec au XIXe siècle,P. 263, Éd. Les Editions Fides, 2003 (ISBN 2762125006)
  9. Les Productions symboliques du pouvoir, XVIe-XXe siècle,vol. 2, p. 142, Éd. Les éditions du Septentrion, 1990 (ISBN 2921114461)