Naïade (lune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Naïade
Neptune III
Image illustrative de l’article Naïade (lune)
Naïade vue par Voyager 2
Type Satellite naturel de Neptune
Caractéristiques orbitales
(Époque J2000.0)
Demi-grand axe 48 227 km
Excentricité 0,000 4
Période de révolution 0,294 d
Inclinaison 4,746°
Caractéristiques physiques
Diamètre (à l'équateur) 66 km
Masse 1,9×1017 kg
Masse volumique moyenne 1,3 × 103 kg/m3
Gravité à la surface 0,010 m/s2
Période de rotation ?d
probablement
synchrone
Magnitude apparente 23,91
(à l'opposition)
Albédo moyen 0,07
Température de surface ~71 K
Caractéristiques de l'atmosphère
Pression atmosphérique Pas d'atmosphère
Découverte
Découvreur Richard J. Terrile
Date de la découverte 1989
(< 18 septembre)
Désignation(s)

Naïade est un satellite naturel de Neptune, initialement découvert en 1989 par la sonde Voyager 2.

Historique[modifier | modifier le code]

Découverte[modifier | modifier le code]

Naïade est le dernier des satellites découverts par Voyager 2 en 1989. Il a été dans un premier temps « perdu » puis « retrouvé » en par Mark Showalter (au SETI), sur des photographies du télescope Hubble datant de 2004.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Temporairement désigné S/1989 N 6, ce satellite tire son nom des naïades, nymphes aquatiques de la mythologie grecque.

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

C'est un corps céleste de forme irrégulière qui ne présente aucune activité géologique.

Orbite[modifier | modifier le code]

L'orbite de Naïade, située en deçà de l'orbite synchrone de Neptune, est instable et cet astre spirale lentement vers sa planète en raison des forces de marée exercées par celle-ci. Il devrait probablement se briser au niveau de la limite de Roche, formant un nouvel anneau planétaire, ou s'écraser sur Neptune[1].

Naïade est en résonance orbitale 73:69 avec Thalassa dans une « danse d'évitement ». Alors qu'elle orbite autour de Neptune, Naïade double Thalassa deux fois par au-dessus puis deux fois par en dessous. Les deux satellites se trouvent à seulement 3 540 km l'un de l'autre quand l'un double l'autre, même si leurs orbites ne sont séparées que de 1 850 km[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Naiad: In Depth », sur nasa.gov
  2. (en) « NASA Finds Neptune Moons Locked in 'Dance of Avoidance' », sur jpl.nasa.gov, (consulté le )
  3. (en) M. Brozovic, M. R. Showalter, R. A. Jacobson, R. S. French, J. J. Lissauer et I. de Pater, « Orbits and resonances of the regular moons of Neptune », Icarus, vol. 338, no 2,‎ (DOI 10.1016/j.icarus.2019.113462, arXiv 1910.13612, lire en ligne [PDF])

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :