Myra Cree

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Myra Cree
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Myra Cree (Oka-Kanesatake 1937 - 13 octobre 2005) ést une animatrice de télévision et une créatrice radiophonique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Myra Cree est une autochtone d'origine mohawk, fille et petite-fille de grand-chef[1]. En 1960, après deux ans d'enseignement dans une école, Myra Cree décide de se tourner vers le monde des communications. Madame Cree est parfaitement bilingue et très cultivée lorsqu'elle commence sa carrière comme scripteur (rédaction de messages publicitaires) au poste de radio CKRS. Parallèlement, à son emploi principal elle agit aussi à titre de préposée à certains programmes de CKRS. Ensuite, elle joint la télévision de Sherbrooke au Québec. En 1975, elle devient la première femme à occuper le poste de chef-d'antenne au Téléjournal de Radio-Canada. Par la suite, elle se fait connaître pour ses émissions à caractère social. Entre 1977 et 1984, elle anime à Radio-Canada le magazine d'intérêt public Second Regard. En 1985, elle fait un retour à la radio de Radio-Canada. Puis en 1987, elle crée sur la chaîne culturelle de la radio FM de Radio-Canada, l'émission de nuit L'Embarquement pour si tard. On la retrouve ensuite sur les ondes du programme Cree et chuchotement jusqu'en 2002.

Madame Cree a toujours été très active dans le dossier autochtone de la réserve de Kanesatake. En 1990, elle a cofondé le Mouvement pour la justice et pour la Paix à Oka-Kanesatake. Son originalité, sa rigueur, son audace mais aussi son ton humoristique, ont sans doute beaucoup contribué à son succès. En 1991, elle est collaboratrice pour la rédaction du livre Les langues autochtones du Québec publié par le Conseil de la langue française du Québec. Myra Cree est aussi liée au Festival Présence autochtone de Montréal depuis ses débuts. Elle est également membre du Conseil d'administration de Terres en vues, société pour la diffusion de la culture autochtone. De même, elle signe des textes dans la revue « Terres en vues ». Qui plus est, elle anima le Festival du film et de la vidéo autochtone depuis ses débuts en 1988. L'animateur Jean-Paul Nolet fut le collègue de Madame Cree à Radio-Canada. Myra Cree est décédée le 13 octobre 2005, à 68 ans[2].

Depuis 2019, la bibliothèque d'Oka porte son nom.[1]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Myra Cree, la voix de l'audace », sur Radio-Canada.ca (consulté le 23 juillet 2019)
  2. Bernard Lamarche, « Myra Cree (1937-2005) : une inestimable voix s'éteint », Le Devoir,‎ , A1 et A10 (ISSN 0319-0722, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]