Muscle omo-hyoïdien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le muscle omo-hyoïdien.

Le muscle omo-hyoïdien (Musculus omohyoideus en latin) est un muscle digastrique (il possède deux faisceaux séparés par un tendon) du cou qui relie l'os hyoïde à la scapula avec un rôle accessoire dans les mouvements de la tête et dans la phonation

Description[modifier | modifier le code]

  • Origine : il s'insère sur le bord supérieur de la scapula, en dedans de l'échancrure scapulaire, voire sur le ligament transverse supérieur de la scapula ;
  • trajet : son premier ventre musculaire se dirige obliquement vers le haut, en dedans et vers l'avant, puis il forme une portion tendineuse intermédiaire, en dessous du muscle sterno-cléido-mastoïdien, au niveau du bord latéral de la gaine jugulo-carotidienne, avant de donner un deuxième ventre qui est orienté vers le haut presque à la verticale, en arrière et en dehors ;
  • terminaison : il s'insère sur la partie caudale et latérale du corps de l'os hyoïde ainsi que sur une partie des grandes cornes ;
  • variations : le muscle omo-hyoïdien connaît nombreuses variations. Il est décrit en effet de fréquentes insertions de son chef supérieur sur le muscle sterno-hyoÏdien[1]. Enfin, le tendon intermédiaire a des morphologies très variables. Il est même possible d'avoir une absence de tendon intermédiaire[2].

Innervation[modifier | modifier le code]

L'innervation motrice est assuré par deux rameaux issue de la boucle de l'anse cervicale, un rameau pour chaque chef musculaire. De plus, le nerf accessoire (XI) participe à l'innervation du chef inférieur du muscle omo-hyoïdien[3].

Vascularisation[modifier | modifier le code]

Le ventre supérieur est vascularisé par l'artère thyroïdienne supérieure, le ventre inférieur par l'artère supra-scapulaire. Par ailleurs, la vascularisation veineuse suit la vascularisation artérielle (veine thyroïdienne supérieure et veine supra-scapulaire)

Action[modifier | modifier le code]

Il participe à la stabilisation et à la mobilisation de l'Os hyoïde et donc à la stabilisation posturale de la tête osseuse.

Le muscle omo-hyoïdien à également un rôle phonatoire par l'abaissement de l'os hyoïde, donc du larynx, et le raccourcissement des cordes vocales (production des basses fréquences)[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sukekawa R, Itoh I, « Anatomical study of the human omohyoid muscle: regarding intermediate morphologies between normal and anomalous morphologies of the superior belly » Anatomical science international 2006;81(2):107-114. Résumé
  2. a et b (en) Bellier A, Cavalié G, Chaffanjon P, « Relationship between the ansa cervicalis and the omohyoid muscle: clinical consequences in parathyroid surgery », Surg Radiol Anat, 2013 (lien Pubmed)
  3. (en) Vanneuville G, Mondie JM, Scheye T et al. « Anatomic and physiologic considerations about human omohyoid muscle inervation and function » Bulletin de l’association des anatomistes 1986;70(211):55-59

Lien externe[modifier | modifier le code]