Musée national de la Marine de Rochefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée national de la Marine
L'entrée du musée de la Marine de Rochefort
L'entrée du musée de la Marine de Rochefort
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Rochefort
Adresse Hôtel de Cheusses
1, place de la Galissonnière
17300 Rochefort
Coordonnées 45° 56′ 06″ N 0° 57′ 30″ O / 45.934952, -0.95836545° 56′ 06″ Nord 0° 57′ 30″ Ouest / 45.934952, -0.958365
Informations générales
Date d’inauguration 1936
Collections Maritime
Superficie 2 000 m2
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 30 000
Site web Site officiel du musée

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée national de la Marine

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Musée national de la Marine

Le Musée de la Marine de Rochefort est un musée national, établi dans l'Hôtel de Cheusses situé dans le cœur historique de Rochefort, émanation du musée national de la Marine.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le musée est établi dans le plus ancien édifice civil de la ville, l'Hôtel de Cheusses, qui fut construit au début du XVIIe siècle[1]. L'hôtel servit de logis seigneurial au châtelain de Rochefort. Après la fondation de l'arsenal en 1666, il abrite le commandement, puis l'intendance de la Marine et au XIXe siècle le Commissariat de la Marine. En 1927, l'arsenal est supprimé et un musée naval ouvre dans le bâtiment dès 1936. Un magnifique portail donne accès à la cour de ce monument historique aujourd'hui transformé en musée national.

Il est l'une des cinq implantations du Musée national de la Marine, Etablissement public du ministère de la Défense comprenant celles de Paris, Brest, Toulon et Port-Louis.

Il s'agit d'un des musées les plus fréquentés de la ville avec 30 000 visiteurs chaque année dont un grand nombre sont des touristes lors de la saison estivale[2].

Il fait partie des huit musées de Rochefort[3], il est l'un des musées plus attractifs de la ville et du département de Charente-Maritime.

Le musée de la Marine de Rochefort est inscrit dans la Route historique des trésors de Saintonge, circuit de découverte des monuments de la Saintonge, et fait également partie du réseau des grands musées de la région Poitou-Charentes[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Le musée est installé dans l'hôtel particulier qui a conservé le nom d'Henri de Cheusses, le dernier seigneur de Rochefort.

De 1690 à 1927, il abrite successivement le logis du Commandant de la Marine, de l'Intendant et du Commissaire de la Marine.

Créé en 1930, le Musée de la Marine qui se nommait alors "Musée Naval" hérita des collections de l'ancien "Musée des petits modèles" qui conservait des maquettes de machines et de navires et divers souvenirs de l'arsenal.

Les anciennes collections de modèles et de sculptures de l'arsenal furent transférées dans l'Hôtel de Cheusses qui fut classé monument historique en 1932.

Le "Musée Naval" ouvrit ses portes au public en 1936 mais dut fermer ses portes en 1940.

C'est en 1966 que la Direction des musées de la Marine le réorganise en profondeur et l'ouvre de nouveau au public à l'été 1973. Il est intégré à l'établissement public du Musée national de la Marine depuis 1978. Depuis l'été 2008, le musée a entrepris de nouveaux aménagements intérieurs avec l'installation d'un nouvel espace d'accueil et d'une boutique et des aménagements extérieurs avec le percement d'une nouvelle porte d'entrée qui le met directement en contact avec le quartier de l'arsenal où se trouve notamment l'espace muséographique de la Corderie Royale - Centre International de la Mer et le chantier-exposition de L'Hermione. Le musée de la Marine de Rochefort devient le musée du grand arsenal.

Muséographie[modifier | modifier le code]

Vue arrière du Dauphin Royal, modèle réduit construit en 1751 pour l'instruction du Dauphin. Modèle exposé au musée.

Les collections de modèles de vaisseaux de l'arsenal, de sculptures ornementales et d'autres objets de la marine de guerre qui y sont exposées témoignent du destin militaire exceptionnel de Rochefort, ville nouvelle du XVIIe siècle érigée par Colbert pour la construction et l'entretien de navires.

L'Hôtel de Cheusses qui abrite désormais les précieuses collections a conservé des boiseries datant des années 1770 et présente un plan en U typique des hôtels particuliers, lui permettant d'être à la fois ouvert sur la ville et l'arsenal.

La muséographie remarquable de ce musée est consacrée pour l’essentiel à l'histoire de l'arsenal maritime de Rochefort dans toutes ses dimensions :

  • L'histoire des techniques de la construction navale et de son architecture par l'élaboration des ornements des navires.
  • L'histoire politique et militaire.
  • L'histoire sociale avec le récit de la vie de l'arsenal mais aussi des bagnards au temps où Rochefort possédait un des bagnes les plus importants du pays.
  • L'histoire urbaine avec le développement de l'arsenal, son impact sur la ville, et économique concernant notamment les approvisionnements.
  • L'histoire scientifique avec les récits des explorations et des explorateurs.

Des modèles de navires y sont exposés comme La Dédaigneuse et Le Dauphin Royal. Ils rappellent que la construction de ces anciens vaisseaux de guerre était d'une grande complexité et nécessitait une réelle ingéniosité.

Les activités de l'arsenal et de la corderie sont également présentées par des modèles réduits de machines dont la maquette de la plus ancienne forme de radoub maçonnée du monde datant de 1671 et qui a fait l'objet d'une très récente restauration. Parmi ces autres pièces exposées se trouve un des cabestans du Duguay-Trouin, vaisseau lancé à Rochefort en 1800.

Le travail des anciens bagnards y est également relaté .

Salle des sculptures.

Au deuxième étage du musée des cariatides en bois que les sculpteurs de l'arsenal réalisaient pour orner la poupe des navires de guerre sont exposés. Des armes et des instruments de navigation complètent ces riches collections.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Webographie[modifier | modifier le code]