Musée Bernard d'Agesci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée Bernard d'Agesci
Musée Bernard d'Agesci 2.jpg
Informations générales
Ouverture
2006
Visiteurs par an
14.000 (2011)
Site web
Collections
Collections
Bâtiment
Protection
Localisation
Adresse
26 avenue de Limoges, 79000 NiortVoir et modifier les données sur Wikidata
Niort
Flag of France.svg France
Coordonnées

Le musée Bernard-d'Agesci est le principal musée de la ville de Niort (Deux-Sèvres). Il a ouvert en 2006 dans l'ancien lycée de jeunes filles, dans un bâtiment de la fin du XIXe siècle. Il est géré par la communauté d'agglomération du Niortais et ses collections bénéficient de l'appellation « musée de France ».

Ce musée, bénéficiant d'une grande superficie (près de 5 000 m2), regroupe en un même lieu trois collections différentes : un fonds beaux-arts et arts décoratifs, l'ancien museum d'histoire naturelle ainsi qu'un conservatoire de l'éducation.

Histoire du musée[modifier | modifier le code]

Le musée actuel[modifier | modifier le code]

L'ancien lycée de jeunes filles Jean Macé conçu par l'architecte municipal Georges Lasseron (1844-1932) ouvre ses portes en 1897. Ce lieu fut le premier édifice public de la ville où l'on utilisa des faïences décoratives et des terres cuites sur la façade principale en pierre de taille[1]. Il perd ses fonctions scolaires en 1993. Deux ans plus tard, la municipalité décide de regrouper en un seul lieu des collections exposées jusqu'alors sur plusieurs sites distincts. Le musée municipal des beaux-arts et le museum d'histoire naturelle ferment en 1996.

Un nouveau musée pluridisciplinaire est conçu et se concrétise une décennie plus tard, une fois le bâtiment restauré et modernisé, lors de l’inauguration en juin 2006. Le musée emprunte alors son nom à Bernard d'Agesci, grande figure artistique niortaise du début du XIXe siècle, ancien conseiller municipal de 1816 à 1829 et créateur de la première bibliothèque publique de la ville, de l'école gratuite de dessin, du jardin botanique et transformateur de plusieurs édifices publics[1].

Le musée est dirigé depuis octobre 2012 par Laurence Lamy, musicologue, historienne de l'art et conservatrice en chef des musées de la communauté d'agglomération du Niortais[2].

Les collections[modifier | modifier le code]

Dans le grand hall vitré ouvrant le parcours à travers le musée est exposé une copie de l'Apollon du Belvédère attribuée à Hubert Le Sueur. Il s'agit du seul bronze confié par l’État à la ville au XIXe siècle à avoir échappé à la réquisition de 1942 — sous le régime de Vichy — et à ne pas avoir été envoyé à la fonte. Deux grands plâtres de Jean-Baptiste Baujault sont également présentés : Au gui l'an neuf ! et L'Éducation de Vercingétorix.

La section beaux-arts[modifier | modifier le code]

C'est la section la plus importante du musée, s’étalant sur sept salles au premier étage, le grand escalier ainsi que tout le deuxième étage.

Les arts décoratifs du Moyen Âge et de la Renaissance ouvrent le parcours, avec des ivoires gothiques, émaux, terres cuites, de l'orfèvrerie ainsi qu'une collection d'art islamique.

Les boiseries historiées de la chapelle du château de La Mothe-Saint-Héray sont également présentées. Datant du début du XVIIe siècle, elles furent sauvées de la destruction et données au musée en 1842. Elles illustrent la Bible.

Une enfilade de cinq salles présente ensuite des peintures du XVIe au XVIIIe siècle, hollandaises, italiennes et françaises, avec des œuvres de Willem van Mieris, Domenico Fetti, Charles-Antoine Coypel, Alexis Grimou, Charles et Henri Beaubrun, Giacomo Francesco Cipper, Alexandre-François Desportes, Charles Parrocel, Charles de La Fosse (attribué), Jean-Marc Nattier, Louis-Michel Van Loo, des portraits de Françoise d'Aubigné par Henri Gascar et Pierre Mignard (attribué).

Bernard d'Agesci, qui donne son nom au musée, bénéficie d'une salle qui présente ainsi quelques unes des œuvres de ce peintre et sculpteur néoclassique : des portraits, des scènes mythologiques et des bas-reliefs pour différents édifices publics de la ville.

Plusieurs espaces sont consacrés aux artistes locaux : les peintres Louis Georges Brillouin, Louis-Alphonse Combe-Velluet et Julien Thibaudeau, les sculpteurs Jean-Baptiste Baujault et Pierre-Marie Poisson.

Des salles thématiques consacrées à l'orfèvrerie des Deux-Sèvres, à la collection du musicien, luthier, compositeur et pédagogue Auguste Tolbecque (avec plusieurs violes de gambe) et à la faïencerie d'art de Parthenay (1882-1914, avec les créations de Jouneau, Amirault et Knoëpflin) scandent le parcours des peintures au second étage. Le plafond en faïence de Parthenay réalisé par Prosper Jouneau pour l'Exposition universelle de Paris de 1889 est une des pièces maîtresses du musée.

La peinture du XIXe siècle est représentée par Louis-Marie Baader, Félix-Hippolyte Lanoüe, le marquis d'Aubuisson, Pauline Goujon (portrait du préfet Dupin), Alexandre-Louis Leloir ou encore Antoine Grivolas et Frank Myers Boggs.

La section d'histoire naturelle[modifier | modifier le code]

Une installation contemporaine de Zette Cazalas évoque d'un cabinet de curiosité et présente des animaux naturalisés, des œufs d'autruche, des coraux et des coquillages.

Plusieurs espaces sont consacrés à la faune régionale, avec une collection d'oiseaux du littoral naturalisés (mouettes, goélands, albatros hurleurs, etc.) ainsi que des mammifères et les rapaces nocturnes.

Une salle de géologie régionale et une collection de squelettes ponctuent également le parcours.

La section du conservatoire de l'éducation[modifier | modifier le code]

Le conservatoire de l'éducation illustre l'histoire de l'enseignement sous la Troisième République et occupe toute une aile du premier étage, soit six salles. Cette section présente :

  • les sciences naturelles, l'histoire et la géographie (cartes, panneaux historiques, écorché en papier mâché…) ;
  • la physique et la chimie avec de nombreux instruments scientifiques pédagogiques ;
  • l'apprentissage des arts du dessin et la musique (moulages en plâtre, partitions, pratique du dessin…) ;
  • la lecture et l'écriture (porte-plumes, encriers, buvards, méthodes d'apprentissage…) ;
  • le mobilier scolaire (pupitres, tableaux, images et bons points, uniformes…).

Les œuvres MNR[modifier | modifier le code]

Le sigle MNR (Musées nationaux récupération) renvoie au catalogue général des œuvres d'arts spoliées par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale mais qui n'ont pu être restituées à leurs propriétaires d'origine à la fin de la guerre. Ces œuvres, environ 2000, sont confiées à la garde des musées nationaux, actuelle Direction générale des patrimoines, pour leur présentation au public et la diffusion d'information les concernant. Elles attendent toujours de retrouver leurs légitimes propriétaires ou leurs ayants-droit[3].

Le musée Bernard-d'Agesci en conserve provisoirement sept :

Objets d’art - Art civil et religieux[modifier | modifier le code]

Une exceptionnelle collection d’art islamique qui va du XIIIe au XIXe siècle.

Services[modifier | modifier le code]

La grande aile est du rez-de-chaussée, modulable, permet la tenue d'expositions temporaires, sur des figures locales ou l'histoire de la ville.

Le musée dispose également d'une boutique, d'une salle de conférences et de concerts de cent places, d'un service pédagogique, d'une bibliothèque spécialisée[11] ainsi que d'un atelier de restauration de peintures traitant les collections publiques de l'Ouest de la France[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Découvrir l'édifice », sur niortagglo.fr (consulté le 13 novembre 2017).
  2. « Interview de Laurence Lamy dans La Nouvelle République », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 13 novembre 2017).
  3. « Présentation de la base Rose-Valland », sur culture.gouv.fr (consulté le 13 novembre 2017)
  4. « Bassin, AOR 41-106 », sur Base Rose-Valland (consulté le 13 novembre 2017).
  5. « Bassin, AOR 41-92/41-94 », sur Base Rose-Valland (consulté le 13 novembre 2017).
  6. « Huet, La ferme, MNR 80 », sur culture.gouv.fr (consulté le 13 novembre 2017).
  7. « Vendeur d'oignons, MNR 554 », sur culture.gouv.fr (consulté le 13 novembre 2017).
  8. « Vendeur de légumes, MNR 555 », sur culture.gouv.fr (consulté le 13 novembre 2017).
  9. « Madame Adélaïde en Diane, MNR 81 », sur culture.gouv.fr (consulté le 13 novembre 2017).
  10. « Portrait d'homme, MNR 844 », sur culture.gouv.fr (consulté le 13 novembre 2017).
  11. « Bibliothèque de recherche », sur niortagglo.fr (consulté le 13 novembre 2017).
  12. « Atelier de restauration », sur niortagglo.fr (consulté le 13 novembre 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeanne Bily-Brossard, « Histoire des musées de Niort », 1968, Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, Niort, 1975.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :