Muntadhar al Zaidi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Muntadhar al Zaidi (en arabe منتظر الزيدي, orthographes alternatives : Mountazer, Muntazar, Muthathar, Muntadar, ou Muthathi - al Zaidi ou al Zeidi), né en 1979, est un journaliste irakien, correspondant depuis 2005 d'Al-Baghdadia TV (en), une chaine de télévision satellitaire irakienne indépendante, basée au Caire en Égypte.

Il s'est rendu mondialement célèbre en lançant ses deux chaussures en direction du président George W. Bush lors d'une conférence de presse à Bagdad en décembre 2008, action pour laquelle il a été condamné à trois ans de prison en mars 2009, peine réduite à un an en appel. Il a été remis en liberté le 15 septembre 2009[1].

Enlèvement en 2007[modifier | modifier le code]

Le , Muntadhar al Zaidi est enlevé par des inconnus à Bagdad. Il est relâché trois jours plus tard sans qu'aucune rançon ne soit demandée par les ravisseurs. Reporters sans frontières avait suivi cette affaire et annoncé sa libération[2].

Lancer de chaussures contre George W. Bush en 2008[modifier | modifier le code]

Le président Bush et le Premier ministre irakien, tentent d'empêcher que la deuxième chaussure n'atteigne sa cible.

Au cours d'une conférence de presse du président américain George W. Bush et du premier ministre irakien, au palais du premier ministre irakien à Bagdad le , Muntadhar al-Zaidi jette ses deux chaussures sur le président américain situé à quelques mètres, sans l'atteindre, et l'insulte en criant « C'est le baiser de l'adieu au nom du peuple irakien, espèce de chien ! »[3] puis « C'est pour les veuves et les orphelins et tous ceux tués en Irak ! »[3] George Bush esquive la première chaussure et le premier ministre irakien Nouri al-Maliki esquisse un geste de protection du président américain qui n'est pas touché sur le second lancer. Le journaliste est ensuite évacué de force par les services de sécurité irakiens et américains, en criant à l'adresse de George W. Bush : « Vous êtes responsable de la mort de milliers d'Irakiens ! »

Dans la culture arabe, se faire traiter de « chien » ou se faire lancer une chaussure représente l'insulte suprême[4].

Réaction de George W. Bush[modifier | modifier le code]

Le président américain a d'abord souri, puis a repris un visage sérieux en voyant le nombre d'agents mobilisés. Des journalistes irakiens se sont levés pour s'excuser auprès du président américain. « Ne vous inquiétez pas. Merci de vous excuser au nom du peuple irakien. Cela ne m'a pas dérangé. Et si vous voulez tout savoir, c'était une chaussure de taille 10 (44 en taille française) »[3], a plaisanté Bush. Interrogé ensuite par un journaliste américain, George W. Bush assure qu'il n'avait « pas ressenti la moindre menace ». « Et alors, cet homme a jeté une chaussure sur moi ? C'est une manière d'attirer l'attention », ajoute-t-il.

Arrestation[modifier | modifier le code]

Selon le frère de al-Zaidi, les services de sécurité irakiens lui ont cassé un bras et des côtes et lui ont laissé des blessures ouvertes au visage et à la jambe[5]. Après son arrestation, et toujours selon sa famille, il aurait été torturé durant trente-six heures à coups de barre de fer et de décharges électriques[6]. Après sa libération, al-Zaidi a confirmé qu'il aurait bel et bien été torturé[7].

Médiatisation[modifier | modifier le code]

L'incident filmé est diffusé sur les principaux médias du monde et plusieurs manifestations de soutien au journaliste ont eu lieu en Irak. Son sort est suivi avec intérêt dans toute la région du Proche-Orient et le parlement jordanien observe une minute de silence en solidarité[8].

La chaîne irakienne pour laquelle travaille le journaliste réclame sa libération au nom de la démocratie et de la liberté d'expression promises par les Américains et le nouveau régime :

« N'importe quelle mesure prise contre lui rappellerait ce qui se passait sous la dictature de Saddam Hussein : la violence, les arrestations arbitraires et le temps des fosses communes. Nous demandons à nos confrères des autres médias de nous soutenir en réclamant sa libération. »[9]

Des jeux vidéo reproduisant l'incident et donnant au joueur le rôle du lanceur sont mis en ligne. Le jeu en Adobe Flash intitulé Sock and Awe![10] est mis en ligne le 16 décembre[11], puis est vendu sur eBay pour 5215 livres sterling le 18 décembre[12].

Procès[modifier | modifier le code]

Le procès de al-Zaidi s'est ouvert le 18 février 2009, devant le Tribunal pénal central de Bagdad mais été rapidement ajourné au 12 mars suivant. Le journaliste encourait une peine de cinq à quinze ans de prison pour insulte à un chef d'État étranger[13]. Le 12 mars, il était condamné à trois ans de prison[14],[15], une peine ramenée début avril 2009 par la haute cour irakienne à un an ferme, les juges justifiant leur clémence par le casier judiciaire vide de l'accusé[16].

Demande d'asile politique?[modifier | modifier le code]

Estimant ne plus pouvoir exercer son métier en Irak et risquer de graves représailles, al-Zaidi aurait eu l'intention de demander l'asile politique en Suisse[17], selon son avocat genevois, Mauro Poggia. Le frère du journaliste a ensuite nié tout mandat confié à l'avocat, ainsi que l'intention de Muntadhar de demander l'asile, réaction que l'avocat place sur le compte de pressions subies par la famille[18].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Plusieurs chanteurs amateurs arabes ou professionnels ont consacré des chants en l'honneur de Muntadhar al Zaidi. En effet, le nom de Muntadhar, qui se prononce "Muntazir" et qui signifie littéralement "Celui qui guette" ou "Celui qui attend quelqu'un", leur a donné une inspiration particulièrement non négligeable.

Les rappeurs français Soprano et Kery James lui font aussi référence, respectivement dans la chanson Hiro et Le retour du rap français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le lanceur de chaussures irakien contre Bush libéré », LeMonde.Fr, 14 septembre 2009.
  2. (fr) Libération du journaliste de la chaîne al-Baghdadiyah après trois jours de détention sur rsf.org, consulté le 5 janvier 2009.
  3. a, b et c Dominique Dhombres, « Lancer de chaussures à Bagdad », paru dans le Le Monde du 16 décembre 2008, sur le site lemonde.fr, consulté le 15 décembre 2008.
  4. Libération, « En Irak, Bush évite de justesse une paire de chaussures »,‎ 15.12.2008 (consulté en 24.6.2009)
  5. « Rock and grolles », Le Canard enchaîné, 17 décembre 2008.
  6. « La relance par la godasse », Le Canard enchaîné, 24 décembre 2008.
  7. Mountazer al-Zaidi, libéré, dit avoir été torturé, Liberation.fr, 15 septembre 2009.
  8. (en) Punishment for the Shoe Thrower Puts al-Maliki in a Spot, Time.com, 18 décembre 2008
  9. Qui est l'homme qui a lancé ses chaussures sur Bush ?, Rue 89
  10. Sock and Awe! (Chaussette et respect mêlé de crainte) est un jeu de mot sur la doctrine militaire Shock and awe (Choc et effroi) utilisée par les Américains pour envahir l'Irak.
  11. Site du jeu Sock and Awe! : http://sockandawe.com/
  12. Bash Bush site sells on eBay in four days, Reuters, consulté le 24 décembre 2008
  13. Irak: le procès du lanceur de chaussures ajourné au 12 mars, AFP repris sur le site Lematin.ch.
  14. « 3 ans de prison pour le lanceur de chaussures », 12 mars 2009, sur le site de Radio-Canada.
  15. Le lanceur de chaussures anti-Bush condamné à trois ans de prison, LEMONDE.FR avec AFP, 12.03.09
  16. Le Nouvelliste, 8 avril 2009.
  17. « Le lanceur de chaussures réclame l'asile politique à la Suisse », Libération, 19 janvier 2009.
  18. Tribune de Genève, « Pressions sur la famille du lanceur de chaussures », 19 janvier 2009.

Articles connexes[modifier | modifier le code]