Mouvement du 2 Juin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mouvement du 2-Juin)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mouvement du 2-Juin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Logo Bewegung 2. Juni.png
Marque ou logotype

Le Mouvement du 2 Juin (allemand : Bewegung 2. Juni) était un groupe anarchiste armé d'Allemagne de l'Ouest basé à Berlin-Ouest et actif dans les années 1970.

Le mouvement fait expressément référence au décès, le 2 juin 1967, de l'étudiant Benno Ohnesorg tué par un policier d'une balle de pistolet dans la tête lors d'une manifestation contre la venue du Chah Mohammad Reza Pahlavi à Berlin-Ouest, suggérant que c'était l'idée que « l'État a tiré le premier »[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Créé en , il fut nommé d'après la date où l'étudiant Benno Ohnesorg fut tué par Karl-Heinz Kurras, un agent de police de Berlin-Ouest, le 2 juin 1967. La principale activité du groupe a été la pose de bombes à Berlin. L'opération la plus importante a été l'enlèvement de Peter Lorenz le 27 février 1975. Lorenz était le candidat de la CDU pour la mairie de Berlin. Le mouvement obtint la libération de quatre de ses membres, qui s'envolèrent le 3 mars pour Aden, en Yémen du Sud. Lorenz fut libéré le lendemain.

Le Mouvement du 2 Juin fut allié à la Fraction armée rouge, mais il était anarchiste alors que celle-ci était marxiste. Au début des années 1980, il s'autodissout partiellement. Certains de ses membres rejoignirent alors la Fraction armée rouge.

On apprit bien des années après que le policier Karl-Heinz Kurras travaillait secrètement pour le ministère de la Sécurité d'État est-allemand sans que les historiens ne fassent de lien entre la mort de Benno Ohnesorg et les activités d'espionnage de Kurras en faveur de la Stasi[2].

Membres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Reiner Burger, Der Polizist und sein Mörder, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 14 juin 2015, [lire en ligne].
  2. Nathalie Versieux, « L'ombre de la Stasi sur les années de plomb », Libération, 28 mai 2009
  3. Ulrike Edschmid, La Disparition de Philip S, traduit de l’allemand par Anna de Fries, Piranha, 2015, (ISBN 978-2371190245), présentation éditeur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]