Mont Thou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la montagne image illustrant la métropole de Lyon
Cet article est une ébauche concernant la montagne et la métropole de Lyon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Mont Thou
Vue du mont Thou (à droite au premier plan) et du mont Verdun (à gauche en arrière-plan) depuis le mont Cindre.
Vue du mont Thou (à droite au premier plan) et du mont Verdun (à gauche en arrière-plan) depuis le mont Cindre.
Géographie
Altitude 611 m
Massif Monts d'Or
Coordonnées 45° 50′ 28″ Nord, 4° 47′ 47″ Est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Collectivité locale Métropole de Lyon

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Mont Thou

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mont Thou

Le mont Thou est, avec ses 609 mètres d'altitude, le deuxième plus haut sommet, derrière le mont Verdun (625 mètres), des monts d'Or, au nord-ouest de Lyon. Il est situé sur le territoire de la commune de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or[2].

Panneau des Monts d'Or avec, en arrière-plan, le mont Thou

Au sommet se trouve une grosse boule. Il s'agit d'un volumineux radar « Palmier » construit en 1970 (100 m2 de surface, 15 tonnes, six tours par minute)[3]. Opérant 24h/24, ce radar tridimensionnel permet de connaître l’altitude, la distance et le gisement (l’angle) des avions surveillés, dans un rayon de 400 km. Cette installation est rattachée à la base de contrôle aérien de l'armée de l'air (Base aérienne 942 Lyon-Mont Verdun).

Le sommet offre une vue panoramique sur l'agglomération lyonnaise, la plaine du Rhône ainsi que le massif alpin. Une table d'orientation est également à disposition.

Culture[modifier | modifier le code]

« Mont Cindre, Mont Thou, Mont Verdun, trois géants qui n'en font qu'un, se haussent à l'envi pour voir Lyon. »

— Jean Melchior Villefranche, Essai de Grammaire du patois lyonnais[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site Geoportail de l'IGN
  2. Voir le plan de la commune
  3. Lyon Capitale N°550, du 6 au 12 décembre 2005
  4. Jean Melchior Villefranche, Essai de Grammaire du patois lyonnais, Bourg-en-Bresse, Imprimerie J.-M. Villefranche, 1891

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]