Mohamed Ghenima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mohamed Ghenima
Illustration.
Fonctions
Ministre-conseiller auprès du président de la République
Premier ministre Hamed Karoui
Mohamed Ghannouchi
Gouvernement Karoui
Ghannouchi
Gouverneur de la Banque centrale de Tunisie
Président Habib Bourguiba
Premier ministre Hédi Nouira
Gouvernement Nouira
Prédécesseur Ali Zouaoui
Successeur Moncef Belkhodja
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Akouda, Tunisie
Date de décès (à 80 ans)
Lieu de décès Tunis, Tunisie
Sépulture Cimetière du Djellaz
Nationalité tunisienne
Parti politique Néo-Destour, Parti socialiste destourien puis Rassemblement constitutionnel démocratique
Profession Économiste

Mohamed Ghenima (arabe : محمد غنيمة), né le à Akouda et mort le à Tunis[1], est un économiste et homme politique tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

En parallèle à ses études supérieures en droit, il milite au sein du mouvement nationaliste dès 1949[2], dans les rangs du Néo-Destour. Après l'indépendance, il occupe plusieurs responsabilités politiques, parmi lesquelles celle de membre du bureau politique du Parti socialiste destourien[2].

Mohamed Ghenima est nommé président du Conseil économique et social, ainsi que président-directeur général de la Banque nationale de Tunisie, une première fois de 1968 à 1971 et une deuxième de 1981 à 1989[1]. Il occupe entretemps le poste de gouverneur de la Banque centrale de Tunisie de 1972 à 1980[2].

Il est ensuite nommé ministre-conseiller auprès du président de la République, Zine el-Abidine Ben Ali, poste qu'il occupe de 1990 à 2000[2] ; il y est responsable du pôle économique et financier[1]. Il est également membre du comité central de son parti, le Rassemblement constitutionnel démocratique[2].

Il est par ailleurs officier de l'Ordre du 7-Novembre et grand cordon de l'Ordre de l'Indépendance et de l'Ordre de la République[2].

Mort le , il est inhumé le lendemain au cimetière du Djellaz à Tunis[1]. Abdallah Kallel, président de la Chambre des conseillers, prononce l'oraison funèbre[1].

Références[modifier | modifier le code]

(ar) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en arabe intitulé « محمد غنيمة » (voir la liste des auteurs).