Ministère Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ministère Talleyrand
Régime Restauration
Président du Conseil Prince de Talleyrand
Début
Fin
Durée 79 jours
Chronologie
Gouvernement
précédent
Commission Napoléon II
Gouvernement
suivant
Ministère Richelieu I

Le ministère de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord est un ministère de la Restauration conduit par le prince de Talleyrand qui dure du au sous le règne de Louis XVIII.

Composition[modifier | modifier le code]

Présidence du Conseil[modifier | modifier le code]

Fonction Image Nom
Président du Conseil des ministres Le prince de Talleyrand Charles-Maurice, prince de Talleyrand

Ministères[modifier | modifier le code]

Fonction Image Nom
Ministre des Affaires étrangères Le prince de Talleyrand Charles-Maurice, prince de Talleyrand
Ministre de la Justice
et de l'Intérieur
Le baron Étienne-Denis Pasquier Étienne-Denis, baron Pasquier
Ministre de la Guerre Le marquis de Saint-Cyr Maréchal Laurent Gouvion, marquis de Saint-Cyr
Ministre des Finances Le baron Joseph-Dominique Louis Joseph-Dominique, baron Louis
Ministre de la Marine et des Colonies Le comte de Jaucourt François, comte de Jaucourt
Ministre de la Police Le duc d’Otrante Joseph Fouché, duc d’Otrante

Actions[modifier | modifier le code]

Nommé par le roi Louis XVIII de retour d’exil à l’issue des Cent-Jours le [1],[2], ce premier ministère de la seconde Restauration succède à la commission provisoire de gouvernement présidée par Fouché qui administre la France depuis la seconde abdication de l’empereur Napoléon Ier. Sur la pression des ultras, Fouché est écarté du ministère, le roi l’envoyant comme ambassadeur à Dresde. Mais cela ne sauve pas le ministère, celui-ci prenant fin par la démission de l’ensemble du cabinet présentée au roi le , sur fond de négociations du second traité de Paris — le prince de Talleyrand se refusant à signer un traité qu’il juge humiliant pour la France, tandis que le tsar Alexandre Ier fait pression pour son remplacement[3]. Le premier ministère Richelieu lui succède le .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. de Waresquiel et Yvert 2002, p. 143
    Date de publication de l’acte de nomination au Moniteur, c’est la date officielle qui est retenue pour dater ce ministère ; dans les faits Talleyrand a été appelé par le roi le 7 juillet à Saint-Denis.
  2. de Waresquiel et Yvert 2002, p. 506
  3. de Waresquiel et Yvert 2002, p. 152