Ministère de la Police générale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Emblème du ministère de la Police générale. Aux côtés du coq gaulois personnifiant la vigilance, une figure féminine allégorique est assise dans un fauteuil dont les bras représentent deux sphinx, symboles du secret des opérations. Elle brandit un flambeau de la main gauche afin de dissiper les ténèbres où se tapit le crime (le nuage noir menaçant de l'envelopper). De sa main droite, elle tient le miroir de la prudence où se mire un serpent. Sur sa poitrine, la tête de Méduse évoque la terreur qu'elle inspire aux coupables. Dessin de Pierre-Paul Prud'hon[1],[2],[3].
Exemplaire des Bulletins quotidiens de la Police générale, établis grâce aux renseignements des services centraux du ministère, des arrondissements et des commissaires généraux, . Archives nationales de France.

Le ministère de la Police générale est un ancien ministère français créé par le Directoire et s'ajoutant au ministère de l'Intérieur.

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier ministre fut Philippe-Antoine Merlin de Douai qui entra en poste le . Pendant le Directoire, ce poste fut très instable, et seul Charles Cochon de Lapparent y resta plus d'un an. Lors du Consulat et de l'Empire, les choses changèrent et Joseph Fouché fut le seul ministre de la Police jusqu'en 1810, date à laquelle il fut remplacé par Anne Jean Marie René Savary. Lors de la Restauration ce fut Jules Anglès qui le remplaça. Pendant les Cent-Jours, Fouché reprend ce poste jusqu'à la déchéance de Napoléon Ier, où trois ministres, dont lui-même, se succèdent jusqu'au , lorsque Louis XVIII décida de dissoudre ce ministère.

Jusqu'à sa suppression, le ministère loge à l'hôtel Juigné sis quai Malaquais[4],[5].

Lors du Second Empire, Napoléon III décida de recréer ce poste pour son ami Charlemagne de Maupas, mais cette expérience ne dura qu'un an et cinq mois.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Cabinet de l'amateur et de l'antiquaire, vol. 3, Paris, 1844, p. 505, lire en ligne.
  2. Charles Clément, Prud'hon, sa vie, ses œuvres et sa correspondance, Paris, Librairie académique Didier et Cie, 1872, p. 230, lire en ligne.
  3. Jean Guiffrey, L'œuvre de Pierre-Paul Prud'hon, Société de l'histoire de l'art français, 1924, p. 417.
  4. Léo Mouton, Le Manoir de Jean Bouyn et l'École des beaux-arts. Un coin du Pré-aux-Clercs, Paris, Honoré Champion, 1912, p. 116-125 (lire en ligne).
  5. Jean-Paul Bertaud, Le Consulat et l'Empire (1799-1815), Paris, Armand Colin, 2011.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]