Miloud Boukerche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Miloud Boukerche
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
VaucressonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité

Miloud Boukerche est un artiste peintre algérien né le 13 avril 1908 dans le quartier de Sidi-Yacine, à Sidi-Bel-Abbès, en Algérie, et il est mort à Vaucresson le 13 avril 1978 à l’âge 70 ans.

Il est un des précurseurs de la peinture algérienne avec Ahmed Benslimane (1916-1951), Abdelhalim Hemche (1906-1978), Azouaou Mammeri (1886-1954) et Mohammed Zmirli (1919-1984). Il sera en effet l’un des premiers Algériens à découvrir la peinture dite de chevalet[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Miloud Boukerche suivit une double scolarité à la medersa et à l’école française. Quelques années plus tard, il exerça comme dessinateur dans une maison de soieries. Il se rendit ensuite à Paris pour entrer à l’École nationale supérieure des beaux-arts. Ce départ aurait été fortuit. Il se serait rendu en France pour une compétition sportive et, lors de son séjour, ses talents artistiques auraient été remarqués par une personne qui l’incitera à étudier les arts. Élève studieux, il s’exerce à la copie. Il aurait reproduit[évasif] entre autres au Musée du Louvre la toile de Jan Vermeer, Jeune femme au turban. Durant ses études, il expose au Salon des artistes français. Dans les années 1930, il a travaillé à Paris dans la publicité cinématographique. Il rentre ensuite en Algérie où, influencé par Eugène Delacroix et Étienne Dinet notamment, il opte pour l’orientalisme, à l’instar de tous les premiers peintres algériens. La première exposition de Miloud Boukerche remonte à 1947 au Cercle franco-musulman d’Alger.

Il s’est consacré ensuite à la peinture à l’huile essentiellement comme portraitiste. Il a eu l’occasion de faire le portrait du roi du Maroc Mohamed V, le grand père du roi actuel, et en 1961 celui du peintre Georges Mathieu. À la fin des années 1950, il a été récompensé au Salon des artistes français du Grand Palais en recevant la Médaille d’or pour le portrait d’un aristocrate espagnol. Il a fait également beaucoup de « Compositions arabes » sur le vif à Bou-Saada en Algérie dans les années 1940 sur les traces de son prédécesseur dans ce domaine, Étienne Dinet. Il a travaillé à Paris dans son atelier de la place Pigalle puis à Vaucresson dans l’atelier qu’il avait aménagé à son domicile. Il a également été Copiste officiel du Louvre dans les années 1960 où il a copié des tableaux pour des acheteurs étrangers.

Il a vécu à Vaucresson de 1934 à sa mort le 13 avril 1978.

Décédé en 1978 dans l'anonymat, il laisse une production qui n’a pas été cataloguée mais dont les ventes aux enchères attestent de l’importance. Ses œuvres, bien cotées sur le marché de l’art, ont pris de la valeur avec la résurgence de la mode orientaliste chez les collectionneurs. Les titres des toiles indiquent bien la vision exotique de cet artiste : Berbère près de l’oasis, Jeune homme lutinant une Ouled Naïl, Élégante sur la terrasse en Algérie. De même, ils confirment le fait qu’il ait beaucoup peint également au Maroc : Idylle de l’Atlas, Jeune femme allaitant, sud marocain. En 2006 et 2007, des ventes aux enchères de quelques-unes de ses œuvres ont eu lieu à Casablanca.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Peintres algériens 24 : Miloud Boukerche sur site de chroniquesalgeriennes - consulté le 29 mai 2016

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]