Michel Tarrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Tarrier

Michel Tarrier est un entomologiste, écologue, essayiste, polémiste, philosophe de l'écologie (écosophe) et militant écologiste (dénataliste[1]) français né en 1947 à Paris.

Travaux[modifier | modifier le code]

Spécialiste des coléoptères Carabidae du monde de 1965 à 1996, puis des lépidoptères de la Méditerranée occidentale (notamment Rhopalocères et Zygaeninae) de 1990 à ce jour, Michel Tarrier a consacré sa vie à l'entomologie et publié plus d'une centaine d'articles dans les Revues scientifiques francophones. Il est l'auteur de la découverte d'insectes nouveaux pour la science, dont deux portent son nom : Carabus solieri[2] tarrieri Ochs, 1965 (France), et Zerynthia rumina tarrieri Binagot, 1998 (Maroc)[3].

Son ouvrage naturaliste (Les Papillons de jour du Maroc, guide de détermination et de bio-indication, paru aux Éditions Biotope) a été récompensé par le prix Constant du meilleur livre entomologique pour l'année 2008[4], décerné par la Société entomologique de France.

Après plusieurs décades d'entomologie de terrain en France, en Italie et en Espagne, Michel Tarrier prospecte la biodiversité du Maroc (et aussi Géographie du Maroc) depuis plus de vingt ans pour l’établissement d’une cartographie entomologique, ainsi que d’une banque de données très conséquente et documentée des écosystèmes de ce pays[5]. Il tente par le biais des médias de participer aux efforts de préservation et de pérennisation des habitats botaniques et entomologiques de l'Afrique berbérique, entretenant des projets de conservation concernant notamment la forêt d’arganiers du Souss et de l'Anti-Atlas, et la forêt de cèdres de la région d’Ifrane, ville située dans le Moyen Atlas. Il s'investit également dans la sauvegarde et la protection de la flore, la faune, principalement les invertébrés, étant très concerné par la menace qui plane au Maroc, comme partout, sur les écosystèmes malmenés, notamment par la pression du surpâturage.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Engagement[modifier | modifier le code]

Michel Tarrier est aussi une figure de l'écologisme radical, très actif sur le Web et l'auteur de plusieurs essais d'écosophie publiés par les Éditions du Temps : 2050, Sauve qui peut la Terre (2007), et Faire des enfants tue, éloge de la dénatalité[6] (2008), ouvrage complété et nouvellement publié en 2011 sous le titre de Faire des enfants tue la Planète[7] par les Éditions LME, traitant des dangers de la surpopulation et prônant l'adoption d'une politique de dénatalité pour éviter l'épuisement des ressources naturelles. Il a aussi publié Nous, Peuple dernier. Survivre sera bientôt un luxe (L’Harmattan, 2009) et un opus polémique : Dictature verte[8] (Les Presses du Midi, 2010). Deux autres livres sont sortis en 2012 : L'agroterrorisme dans nos assiettes[9] (Éditions LME), un implacable procès de l'agriculture, et Les Orphelins de Gaïa (Les Presses du Midi), un appel à l'écorésistance dont le thème est une indignation documentée suscitée par le déshéritement organisé à l'endroit des générations futures. En 2014, il est co-auteur dans l'ouvrage collectif Moins nombreux, plus heureux. L'urgence écologique de repenser la démographie[10], dirigé par Michel Sourouille, paru aux Éditions Le Sang de la Terre. Il est aussi l'auteur de La Route du Safran. Des origines à nos jours, publié par les Éditions Les Presses du Midi.

Il fut l'initiateur du Groupe Écorésistance qui réunit 17000 membres (novembre 2014) sur Facebook.

Michel Tarrier est père de deux filles : Mélanie et Daisy Tarrier, cette dernière est la fondatrice de l'ONG environnementaliste Envol Vert.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Michel Tarrier vit retiré en Andalousie avec son épouse. Lui est végétarien, elle végane.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • (fr) John Brunner, Tous à Zanzibar. Le Livre de Poche, 1995.
  • (en) Matthew Connelly, Fatal Misconception: The Struggle to Control World Population, Harvard University Press, 2008, [présentation en ligne]
  • (fr) Jared Diamond, Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie. Folio, 2009.
  • (fr) Paul R. Ehrlich, La bombe P, 7 milliards d'hommes en l'an 2000. Éditions J'ai lu, 1971.
  • (fr) Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes, Pocket, 1958
  • (fr) Albert Jacquard, L'explosion démographique, 1994
  • (fr) André Lebeau, L’enfermement planétaire. Éditions Gallimard, 2008.
  • (fr) André Lebeau, L’engrenage de la technique : Essai sur une menace planétaire. Éditions Gallimard, 2005.
  • (fr) Thomas Robert Malthus, Essai sur le principe de population (1798). Éditions Hachette, 2012.
  • (fr) Georges Minois, Le poids du nombre. Éditions Perrin, 2011.
  • (fr) Francis Ronsin, La Grève des ventres - Propagande néomalthusienne et baisse de la natalité en France 19e-20e siècles. Éditions Aubier, 1980
  • (fr) Alfred Sauvy, Théorie générale de la population, P.U.F., 1956
  • (fr) Hugues Stoeckel, La faim du monde. Éditions Max Milo, Paris 2012.
  • (fr) Alan Weisman, Homo disparitus. Éditions Flammarion, Paris 2007. Traduction française de Christophe Rosson.
  • (fr) Roger Ribotto, L'Écologie profonde. Éditions du Cygne, 2007.
  • (fr) Fabrice Nicolino, Qui a tué l'écologie ? Éditions Points, 2012.
  • (fr) Yves Paccalet, L'Humanité disparaîtra, bon débarras ! Éditions Arthaud, 2006

Sélection choisie de quelques articles entomologiques de Michel Tarrier[modifier | modifier le code]

  • 1971, Nouvelle contribution à la biogéographie de Dysmictocarabus solieri Dej. Entomops, 22 : 187-190
  • 1971, Sur les évolutions convergentes des diverses lignées de Dysmictocarabus solieri Dej. vert-doré. Entomops, 25 : 25-28.
  • 1973, Recherches sur le sympatrisme chromatique des Dysmictocarabus solieri solieri Dej. et D. solieri clairi Géhin, et sur le déterminisme originel de la filiation des formes intermédiaires. Entomops, 28 : 97-122
  • 1975, Les Carabus (Chrysotribax) hispanus rutilans Dej. ibériques et observations préliminaires sur la classification du sous-genre Chrysotribax Rtt. Carabologia, 1
  • 1975, Aspects raciaux et individuels de Carabus (Chrysocarabus) lineatus lateralis Chvrl. Carabologia, 2 : 60-64.
  • 1975, Essai d’une hiérarchie objective et raisonnée de Carabus (Dysmictocarabus) solieri Dej. Carabologia, 2 : 65-75.
  • 1993, La Sierra de La Sagra : un écosystème-modèle du refuge méditerranéen. Alexanor, 18 (1) : 13-42.
  • 1993, L’adieu aux biotopes de la province de Málaga (Espagne), avec un recensement lépidoptérique actualisé et commenté. Alexanor, 18 (4) : 213-256.
  • 1993, Catalogue commenté des Rhopalocères Papilionoidea et des Zygènes de la province de Grenade (Espagne). Lambillionea, 93 (2) : 228-245.
  • 1995, Hipparchia hansii (Austaut, 1879) au Maroc (première note) : Éléments éco-éthologiques, ébauche biogéographique et aspects raciaux (Lepidoptera : Nymphalidae Satyrinae). Linneana belgica, 15 (1) : 33-44.
  • 1995, Compte-rendu de deux cents jours de lépidoptérologie au Maroc (Lepidoptera Papilionoidea). Alexanor, 19 (2) : 67-144 (avec illustrations couleur).
  • 1997, Trois cents nouveaux jours de lépidoptérologie au Maroc (Lepidoptera Papilionoidea). Alexanor, 20 (2) : 81-127.
  • 2000, Cartographie des Rhopalocères Papilionoidea du Maroc. Linneana belgica 17 (5) : 197-210, 17 (6) : 255-268, 17 (7) : 301-312), 17 (8) : 349-358.
  • 2001, Valeur écologique d’un verger de l’Atlas (Maroc), selon l’évaluation de son indice lépidoptérique. Le Courrier de l’Environnement de l’INRA, 42 : 90-100 ; en ligne http://www.inra.fr/dpenv/tarric42.htm
  • 2001, Les Papillons diurnes du Parc Naturel d’Ifrane (Maroc) : biodiversité, affinités écologiques et conservation (Papilionoidea et Zygaenidae). Linneana belgica 18 (3) : 145-156, 18 (4) : 161-170.
  • 2002, (+ Hofmann, A.) Cartographie des Hétérocères Zygaeninae du Maroc. Linneana belgica 18 (6) : 301-318, 18 (7) : 321-334 (avec illustrations couleur).
  • 2002, Sept cents derniers jours de lépidoptérologie au Maroc (Lepidoptera Papilionoidea). Alexanor 21 (6) : 325-414.
  • 2003, (+ Benzyane, M.) L’arganeraie marocaine se meurt : problématique et bio-indication. Revue électronique Sécheresse. volume 1E, numéro 1, avril 2003 : http://www.secheresse.info/article.php3?id_article=228
  • 2007, (+ Delacre, J.) Cigaritis zohra Donzel, 1847, dans l’Atlas marocain, nouveau statut de C. monticola Riley, 1925, et révision du genre Cigaritis Donzel, 1847, au Maroc (Lepidoptera, Lycaenidae). Bulletin de la Société entomologique de France, 112 (2) : 197-208.
  • 2011, Le Maroc revisité (première partie) (Rhopalocera Papilionoidea et Heterocera Zygaeninae). Alexanor, 24 (3) : 165-199.
  • 2012, Le Maroc revisité (seconde partie) (Rhopalocera Papilionoidea et Heterocera Zygaeninae). Alexanor, 24 (8) : 473-508.
  • 2013, Mediterranean Red List, Butterfly Conservation, Expertise pour le Maroc. 10 p., UICN (Union mondiale pour la Nature).
  • 2014, Redécouverte de Zygaena lavandulae (Esper, 1783) sur le continent Africain (Lepidoptera : Zygaeninae). Alexanor, 25 (7) : 401-414.
  • 2014, Nouvelles sous-espèces de Zygaena beatrix Przegendza, 1932 et de Z. maroccana Rothschild, 1917 dans le Haut Atlas du M'Goun (Maroc) (Lepidoptera : Zygaeninae). Alexanor, 25 (7) : 437-445.
  • 2015, Cinq nouvelles sous-espèces de Zygènes en limites géonémiques méridionales (Anti-Atlas marocain) (Lepidoptera : Zygaeninae). Alexanor, 26 (5) : 1-12.
  • 2016, Description préliminaire d'un nouveau Porte-queue érémicole du Maroc (Lepidoptera Rhopalocera Papilionidae). Alexanor, 27 (3-4) : 171-183.

Notes et références d'écologisme[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]