Michael Ward (économiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michael Ward.
Michael Ward
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Michael Ward (1939-2008) est un économiste et statisticien britannique qui a apporté une contribution significative à l'évolution du système statistique international pendant l'après-guerre.

Éducation et carrière[modifier | modifier le code]

Michael Peter Ward est né en 1939 à Hammersmith, dans la banlieue sud-ouest de Londres, et a commencé ses études à l'école St Clement Danes[1], puis au Fetters College, à Londres[2]. Il obtient un honours degree (Bachelor of Arts) en économie et statistique à l'université d'Exeter en 1958. Sa première affectation sera à Salisbury (aujourd'hui Harare, Zimbabwe), capitale de ce qui était à l'époque la Fédération de Rhodésie et du Nyassaland, de 1961 à 1962, en tant que fonctionnaire du UK [Official] Overseas Service Aid Scheme de l'Agence de la Couronne (en:Crown Agency. Il y est responsable des indices des prix à la consommation et prend une part active dans la conduite d'enquêtes sur le budget et la consommation des ménages européens et africains.

Il reprend en 1963 ses études à l'université de Cambridge où il obtient en 1964 un diplôme de Master of Arts en économie et où il restera Senior Research Officer jusqu'en 1972. En 1965 il est élu en:fellow du Selwyn College (Cambridge) où il devient directeur des études économiques. Il est dean du collège de 1970 à 1972. Il y conduit diverses études, sur la croissance à long terme de l'économie britannique (1688-1960), sur la croissance économique britannique et la comptabilité nationale. Il y est également "development fellow" de l'ODA, ce qui l'amènera à occuper des postes au Lesotho et aux Fidji.

En 1965-1966, il est ainsi fonctionnaire du ministère du développement outre-mer (UK Ministry of Overseas Development) au bureau des statistiques du Lesotho, consultant en comptabilité nationale et en analyse du secteur public, en préparation pour l'indépendance et pour évaluer les besoins futurs en aide extérieure. Fonctionnaire du UK Colonial Service de 1967 à 1969, il crée le service statistique (Government Statistical Service) de Fidji qu'il dirige, et conseille les services statistiques de Tonga et des autres membres du Haut-Commissariat au territoires britanniques du Pacifique occidental (Western Pacific High Commission)[3].

De 1972 à 1975 il devient conseiller régional en statistique de l'Unesco pour l'Afrique australe (Botswana, Lesotho et Swaziland) où il développe la formation statistique, laquelle bénéficie aussi aux pays voisins (Afrique du Sud, Malawi, Zambie, Ouganda et Zimbabwe).

De 1975 à 1982, il est directeur du programme statistique de l'Institut des Etudes sur le Développement (en:Institute of Development Studies) de l'université du Sussex. Il conduit plusieurs missions de longue durée au NEDA et à la Banque Centrale des Philippines, à la Commission économique et sociale de l'Asie et du Pacifique (CESAP), Bangkok, Thailande et des missions plus courtes dans de nombreux pays.

Ses liens avec l’OCDE datent du début des années 1970, alors qu’il participait avec Derek Blades et David Roberts[4] à différent ateliers du Centre de Développement de l’OCDE sur les statistiques dans les pays en développement. En 1975, entre ses missions pour l’Unesco et son poste à l'université du Sussex, il travaille quelques mois comme consultant pour l’OCDE sur la mesure du capital. Son rapport, publié en 1976[5] reste un « classique » sur le sujet Quittant l'université du Sussex, il devient consultant à plein temps de l’OCDE à Paris de 1982 à 1985, où il participe avec Eurostat aux premiers calculs de parité de pouvoir d'achat pour l’année 1980 dans le cadre du « Projet de comparaisons internationales ».

En 1985, Ward devient Économiste Principal (Principal Economist) à la Banque mondiale. De 1989 à 1995, il est Économiste Principal pour l'Asie et le Pacifique et conduit de nombreuses missions en Asie, notamment au Vietnam, au Cambodge, au Laos, en Indonésie, en Birmanie et dans les îles du Pacifique. En 1995, il est nommé directeur des Services de conseil statistique de la banque (World Bank's Statistical Advisory Services). À ce titre, il collabore avec le Comité de l’aide au développement (en) (CAD) de l’OCDE pour la mise au point d’un ensemble d’objectifs internationaux pour le développement concernant divers aspects démographiques, économiques, sociaux et environnementaux. Ceux-ci deviendront plus tard les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

De 1999 à 2000, tout en étant fonctionnaire de la Banque mondiale, il devient Directeur de la réhabilitation et conseiller économique adjoint auprès de la mission de maintien de la paix de l’ONU au Cambodge à Phnom Penh.

Après avoir pris sa retraite en 2000, il continue de travailler comme consultant pour diverses organisations internationales et des instituts nationaux de statistiques, notamment en Chine, en Inde et en Asie du Sud-Est[6]. Ward avait, au cours de sa carrière, non seulement été employé par l’Unesco, l’OCDE et la Banque mondiale, mais il avait aussi travaillé pour un grand nombre d’autres organisations internationales, notamment la Banque africaine de développement (BAfD), la Banque asiatique de développement (BAD), la FAO, le Fonds monétaire international (FMI), ou l’Institut de statistiques pour l’Asie et le Pacifique[7]. Fort de cette expérience, il participe au Projet d’histoire intellectuelle des Nations unies[8] pour lequel il est responsable de l’histoire du développement des statistiques. En 2004 paraît son ouvrage « La quantification du monde : idées et statistiques aux Nations unies[9] dans lequel il passe en revue les succès et les échecs des services statistiques des Nations unies au cours des 60 années précédentes.

Michael Ward est décédé en novembre 2008.

Michael était membre (fellow) de la Société royale de statistiques et membre actif de l’Institut international de statistique et de l’Association internationale de recherche sur les revenus et la richesse (International Association for Research in Income and Wealth ou IARIW), dont il a été membre du Conseil et président[10] En 1999 il reçoit la médaille Henry Willem Methorst de l’Institut international de statistique pour sa "contribution exceptionnelle aux statistiques internationale". En 2000, il est élu "Chair" de l’Association internationale de recherche sur les revenus et la richesse. Pendant plusieurs années, il a été membre du groupe consultatif sur les statistiques (Statistical Advisory Panel) pour le Rapport sur le développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et était membre du groupe d'experts des Nations unies sur la pauvreté.

Publications[modifier | modifier le code]

Ward écrivait beaucoup. Il produisit sept ouvrages, dont The Measurement of Capital en 1976, Purchasing Power Parities and Real Expenditures in the OECD (1980) en 1985, et Quantifying the World. UN Ideas and Statistics en 2004. Il a contribué un grand nombre d’articles et d’analyses de publications dans de nombreuses revues économiques et statistiques[11]. Il a aussi contribué nombre d’articles à des ouvrages collectifs[12].

Il était aussi un contributeur prolifique au courrier des lecteurs de plusieurs journaux et revues – le « Financial Times », « The Economist », ou le « International Herald Tribune ».

Ses sujets d’intérêt étaient :

  • la mesure du capital[15]
  • les parités de pouvoir d’achat (PPA), au départ pour la déflation des comptes nationaux[16] et les politiques économiques[17], et même pour les dépenses d'armements[18]
  • Très rapidement, Ward vit l’intérêt des PPA pour améliorer la comparabilité des données sur la pauvreté et les inégalités[19]. Étendant le concept de PPA de la sphère internationale au cadre national, il fut à l’origine de plusieurs études sur les différences de prix auxquels font face les membres de différents groupes sociaux an sein de chaque pays.
  • les idéologies sous-jacentes à la production des statistiques et au cadre d’intégration statistique[20]. Dès son passage à l'université de Cambridge et à celle du Sussex, il fréquentait certains des économistes du développement les plus notables de l'époque, incluant Richard Stone, Dudley Seers, Richard Jolly (en), Hans Singer, Nancy Baster et Graham Pyatt, des personnes qui, comme il le nota dans son livre « La quantification du monde » « avaient en horreur tout suggestion de contraindre les faits à se plier aux théories et passèrent leur vie à construire des théories à partir des faits et à créer des cadres d'analyse qui décrivent mieux le fonctionnement du monde réel ».
  • les systèmes statistiques, en particulier dans les pays en développement[21]. Ward a exercé ses activités dans de nombreux pays en voie de développement où il avait acquis une expérience considérable des statistiques et de leur utilisation dans la préparation et la conduite de politiques de développement économique et social.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jolly, Richard (11-1998). "Obituary. Michael Ward. Creator of Economic Statistical Systems for Developing Countries", The Guardian, 13 Nov. 2008.
  2. Blades, Derek (03-2009). "Michael Ward (1939-2008): In Memoriam", The Review of Income and Wealth, Series 55, No.1, March 2009, pp. 186-190 (draft).
  3. * Ward, Michael (1969). "The National Income and Balance of Payments of Fiji". Government Printer, Suva, Fiji, 1969.
    • Ward, Michael (1971a). "Aspects of the Official National Incomes Tables of Fiji", The Review of Income and Wealth, Series 17, 1971, pp. 273-283.
    • Ward, Michael (1971b). "The Role of Investment in the Development of Fiji", Occasional paper 26, Department of Applied Economics, University of Cambridge, Cambridge University Press, England, 1971, xviii + 349 pp.
    • Ward, Michael (1975). "Dependent Development: Problems of Economic Planning in Small Developing Countries”. In Selwyn, Percy, ed. "Development Policy in Small Countries", Croom Helm, London, in association with the Institute of Development Studies, 1975, 208 pp..
  4. De nombreux amis de Michael Ward étaient ressortissants de pays de pays du Tiers-Monde ou y avaient travaillé. Derek Blades avait été statisticien en chef au Malawi pendant huit ans; David Roberts avait été statisticien en Gambie.
  5. * Ward, Michael (1976). "The Measurement of Capital", OECD, Paris 1976.
  6. Decoster, Renaud et Ward, Michael (03-2006). "Appraisal Mission. EC-ASEAN Statistical Capacity Buiding Programme", ECORYS in consortium with Sofreco, March 2006, 146 pp.
  7. Statistical Institute for Asia and the Pacific (SIAP), Tokyo, Japon.
  8. United Nations Intellectual History Project
  9. Ward, Michael (2004). "Quantifying the World. UN Ideas and Statistics". United Nations Intellectual History Project Series edited by Louis Emmerij, Richard Jolly and Thomas G. Weiss. Indiana University Press, Bloomington & Indianapolis, 2004, xx + 326 pp.
  10. International Association for Research in Income and Wealth.
  11. The Review of Income and Wealth, IDS Bulletin, Economics, The Economic Journal, The Banker, The Bankers Magazine, Economic Record, The Journal of Modern African Studies, the Journal of Development Studies, International Development, the Journal of Business Economists, American Scientist, notamment.
  12. Encyclopedia Britannica (on economic forecasting and international comparisons); Indicator Systems for Political, Economic and Social Analysis (Taylor); Development in small countries (Selwyn); Development Planning in Developing Countries (OECD); Surveys and Social Statistics (Bulmer); International Comparisons (Heston and Summers); Problems and Issues in International Comparisons(Salazar-Camillo and Rao); National Accounts in Developing Countries (OECD); 1999 ISI Conference (Helsinki) Collected Papers; 2001 ISI Conference (Seoul) Collected Papers; Statistics and Human Rights (IAOS Montreux, 2000).
  13. * Ward, Michael (1971). "Review of National Economic Accounting by C. O’Loughlin, 1971", The Economic Journal, Vol. 81, No. 323, Sept. 1971, pp. 637-639.
  14. * Ward, Michael (1977). "The Extension of the UN SNA Supply-Disposition Table for Development Policy Analysis", The Review of Income and Wealth, Series 23, 1977, pp. 237-258.
  15. * Ward, Michael (1976). "The Measurement of Capital", OECD, Paris 1976.
    • Ward, Michael (1996c). "A Perspective on International Comparisons of Capital" Pp. 71-90 in "International Comparisons of Prices, Output and Productivity," by D. S. Prasada Rao and J. Salazar-Carrillo, Series: Contributions to Economic Analysis, No. 231, Elsevier, North Holland, Amsterdam, 1996. (ISBN 978-0-44482-144-7).
    • Ward, Michael (03-1997). "From Pleioscene to Plasticine. The Age of Capital Measurement", Conference on Capital Stock Measurement, OECD, 10-14 March 1997, 21 pp.
  16. * Ward, Michael (1985). "Purchasing Power Parities and Real Expenditures in the OECD (1980)". OECD, Paris 1985, 95 pp. (ISBN 926412764X).
  17. Ward, Michael (01-2001). "International Price Levels and Global Inflation)", Joint World Bank – OECD Seminar on Purchasing Power Parities, ‘Recent Advances in Methods and Applications’, Washington D.C., 30 January – 2 February 2001, 7 pp. (disponible également [http://www.oecd.org/std/ppp/MTG2001/michaelward11.pdf ici).
  18. Ward, Michael (2006). "International Comparisons of Military Expenditures: Issues and Challenges of Using Purchasing Power Parities", Appendix 8E, pp. 369-386 in “SIPRI 2006 Yearbook – Armaments, Disarmament and International Security”, Stockholm International Peace Research Institute, 2006.
  19. * Ward, Michael (1996a). "Perspectives on Poverty Policy, The Review of Income and Wealth, Series 42, Issue 3, Sept. 1996, pp. 365-378.
  20. Ward, Michael (1996). "Shadows and Reflections: Indicators of Reality", International Association for Research in Income and Wealth, 24th General Conference, Lillehammer, Norway, Aug. 18-24 1996.
  21. Ward, Michael (1999). "Technical Co-operation, Information Sharing and Knowledge Transfer in Statistics", 52nd Session of the International Statistical Institute, Finland, 1999, 2 pp.

Liens externes[modifier | modifier le code]