Michael Berry (physicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berri et Michael Berry.
image illustrant  un physicien
Cet article est une ébauche concernant un physicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Michael Berry
Michael Berry, Yerevan - Ashtarak, Armenia, FOP-2014, 03.09.2014.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
SurreyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Étudiant de thèse
Jenny Nelson (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Médaille Onsager (en)
Prix Wolf de physique
Fellow of the Royal Society of Arts (en)
Médaille royale
Médaille Dirac (d) ()
Prix Lilienfeld (en) ()
Prix Dirac ()
Prix Ig Nobel ()
Josiah Willard Gibbs Lectureship (en) ()
Prix Pólya ()
Médaille Lorentz ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Sir Michael Victor Berry, né le dans le Surrey, est un physicien théoricien britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est professeur à l'université de Bristol depuis 1967. Il est élu membre de la Royal Society, le 18 mars 1982[1] et membre de la Royal Society of Edinburgh en 2005.

Il est notamment reconnu pour ses travaux sur les phases géométriques, qui sont parfois appelées "phases de Berry"[2].

En 1994, il a reçu le premier prix "Science pour l'art", décerné par le groupe LVMH[2].

Il a été fait chevalier en 1996[3].

Il a reçu le prix Wolf de physique en 1998, et la médaille Lorentz en 2014.

Il est considéré par certains comme nobélisable[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) [PDF] List of Fellows of the Royal Society, 1600-2007. A-J, p. 33.
  2. a et b « Michael Berry, un géomètre des ondes », La Recherche, no 269, 1994, p. 1066 et 1067.
  3. (en) Notice sur maths.usyd.edu.au.
  4. « Des Ig Nobel pas si nuls », La Recherche, no 423, octobre 2008, p. 87. À la fin de l'article, une mention signale que, parmi les récipiendaires des IgNobel, Michael Berry et André Geim sont de potentiels prix Nobel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]