Chaos quantique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme « chaos quantique » désigne un champ de recherches ouvert dans les années 1970 qui est issu des succès de la théorie du chaos en dynamique hamiltonienne classique ; il tente essentiellement de répondre à la question :

Quel est le comportement en mécanique quantique d'un système classiquement chaotique ?

Résultats principaux[modifier | modifier le code]

Les recherches ont montré que :

  • il n'existe pas de « chaos quantique » au sens strict du terme, c'est-à-dire qu'il n'existe pas de divergence exponentielle des états quantiques au cours du temps dans l'espace de Hilbert qui serait l'analogue de la divergence exponentielle des orbites dans l'espace des phases classique. Cette absence de « sensibilité aux conditions initiales » en mécanique quantique est lié au fait que l'équation de Schrödinger est une équation linéaire ; c'est pourquoi Michael Berry a suggéré d'utiliser l'expression « chaologie quantique » à la place de « chaos quantique » ;
  • cependant, les systèmes physiques classiquement chaotiques présentent certaines propriétés quantiques clairement distinctes de celles des systèmes classiquement intégrables : il existe en quelque sorte des « signatures » quantiques du chaos classique sous-jacent.

Signatures quantiques du chaos classique[modifier | modifier le code]

Orbites périodiques et spectre d'énergie[modifier | modifier le code]

En utilisant la formulation de Feynman en intégrale de chemin de la mécanique quantique, Martin Gutzwiller[1] a démontré en 1971 une relation intégrale liant à la limite semi-classique le spectre d'énergie quantique d'un système physique aux orbites périodiques classiques de ce même système. Cette relation est aujourd'hui appelée formule des traces de Gutzwiller[2]. Or, les orbites périodiques ont des propriétés très différentes selon que la dynamique hamiltonienne classique est intégrable ou chaotique.

Il est intéressant de remarquer qu'il existe un système physique pour lequel la formule des traces approchée de Gutzwiller est en fait exacte : c'est le flot géodésique sur une surface compacte à courbure négative constante[3]. Une telle surface peut se représenter comme l'espace quotient du demi-plan de Poincaré par un sous-groupe discret du groupe PSL(2,ℝ) des isométries. Cette formule exacte a été établie en 1956 par le mathématicien Atle Selberg (indépendamment de la physique et des intégrales de chemin), et est aujourd'hui appelée formule des traces de Selberg en son honneur.

Propriétés statistiques du spectre d'énergie[modifier | modifier le code]

Les propriétés statistiques du spectre d'énergie d'un système physique classiquement chaotique sont très différentes de celle d'un système intégrable. Oriol Bohigas, Marie-Joya Giannoni et Charles Schmidt (Institut de physique nucléaire, Orsay) ont conjecturé que les propriétés des fluctuations statistiques du spectre d'énergie d'un système physique classiquement chaotique sont universelles (une fois normalisées), et bien décrites par un ensemble de matrices aléatoires qui ne dépend que des symétries du système.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chercheur chez IBM en Suisse, à New York et à Yorktown Heights
  2. (en) Martin C. Gutzwiller, « Periodic orbits and classical quantization conditions », dans Journal of Mathematical Physics, 12 no. 3 (1971).
  3. (en) Nandor Balazs (en) et André Voros, « Chaos on the pseudosphere », dans Physics Reports, vol. 143, 1986, p. 109

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles liés[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

  • (en) Martin C. Gutzwiller, Quantum Chaos, Scientific American (January 1992).
  • (en) Martin C. Gutzwiller, Chaos in classical and quantum mechanics, Interdisciplinary Applied Mathematics 1, Springer-Verlag (1990) (ISBN 0-387-97173-4).
  • (en) Michael V. Berry, Quantum chaology, not quantum chaos, Physica Scripta 40 (1989) 335-336 [texte intégral][PDF].
  • (en) Michael V. Berry, Chaology : the emerging science of unpredictability, Proceedings of the Royal Institution of Great Britain, 61 (1990) 189-204 [texte intégral][PDF].

Formule des traces de Gutzwiller[modifier | modifier le code]

  • (en) Martin Lubcke, Gutzwiller trace formula and applications (Juin 2001) [texte intégral][PDF].

Optique atomique[modifier | modifier le code]

  • (en) Farhan Saif, Classical and quantum chaos in atom optics, Physics Reports 419 (2005) 207 et Physics Reports 425 (2006) 369. Texte en accès libre sur arXiv : quant-ph/0604066.