Alain Blondy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blondy.
Alain Blondy
Description de l'image Alain Blondy.jpg.
Naissance (73 ans)
Bordeaux
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur
Officier de l'ordre national du Mérite de la République de Malte
Commandeur des Palmes académiques
Chevalier dans l'ordre du Mérite agricole

Alain Blondy, né le à Bordeaux, est un historien spécialiste de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, de l'ordre souverain de Malte et du monde méditerranéen aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Après ses études supérieures à la faculté des Lettres et Sciences humaines de Bordeaux, Alain Blondy travaille sous la direction du professeur André-Jean Tudesq, s'orientant vers l'histoire de la communication. Sa maîtrise sur la presse à Bordeaux sous Louis XVIII, puis sa thèse sur les ultraroyalistes bordelais s'inscrivent dans l'étude du rôle historique des médias dans les débuts de la diffusion des idées.

Administration[modifier | modifier le code]

Alain Blondy rejoint en 1972 l'équipe dirigée par le professeur Charles-Pierre Guillebeau, chargée de la création de l'Office national d'information sur les enseignements et professions (ONISEP) que venait de décider Olivier Guichard, ministre de l'éducation nationale. Chargé de mission, puis conseiller technique auprès du directeur, il contribue à la mise en place de l'information sur les débouchés des études et les possibilités d'insertion professionnelle des lycéens et étudiants.

En 1976, il entre au cabinet de Jacques Legendre, Secrétaire d'État chargé de la formation professionnelle, pour s'occuper plus spécialement des mesures destinées aux jeunes. Dans ce cadre, il fait notamment partie de la mission d'experts de l’OCDE dirigée par Shirley Williams sur les politiques de formation et d’insertion professionnelles des jeunes en République fédérale d’Allemagne (1979). Il coorganise en 1980, avec la Chambre de Commerce franco-arabe, le colloque d'Amman (Jordanie) sur les Transfert des savoir et transfert de technologies.

En 1989, il devint chef de cabinet de l'administrateur provisoire de l'université Paris-IV et contribue à la mise en place des nouveaux statuts de l'université. De 1993 à 1998, il dirige le cabinet du recteur Jean-Pierre Poussou, président de la Sorbonne, ayant en charge les affaires générales de cette université.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Nommé chargé de cours au CELSA (École des hautes études en sciences de l'information et de la communication - Celsa, université Paris IV -Sorbonne) depuis 1973, Alain Blondy mène de front ses activités administratives et pédagogiques. En 1985, il intègre définitivement le CELSA, y mettant en place successivement un DEUG préprofessionnel et un magistère de communication. En 1995, il est élu professeur à la Sorbonne (Paris-IV).

Après avoir été professeur invité à l’université de Tunis-I et de Chypre ainsi que chargé de cours aux collèges universitaires de Moscou et de Saint-Pétersbourg, Alain Blondy enseigne à l’université de Malte de 1998 à 2010.

De 1999 à 2003, il préside les jurys de concours d'entrée à l'École nationale supérieure de sécurité sociale. Il est professeur émérite à la Sorbonne depuis septembre 2013.

Recherches[modifier | modifier le code]

Parallèlement, toujours intéressé par le mécanisme d'obsolescence des institutions et des idées, Blondy centre principalement ses recherches sur les États méditerranéens : d'abord la république de Gênes puis Chypre et enfin l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui est le sujet de son habilitation (1993). À la Sorbonne, Alain Blondy travaille principalement sur Malte, l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et les États barbaresques (régence d'Alger, régence de Tunis et régence de Tripoli)[2]. Mais à côté de l’histoire du monde méditerranéen à l’époque moderne (XVIe siècle-début XIXe siècle), il reste attaché à l’histoire des idées et de la communication politiques dans le monde occidental à la même époque[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Publications de sources[modifier | modifier le code]

  • (fr) Froment de Champlagarde (Anne- Charles) Histoire abrégée de Tripoly de Barbarie (1794) et Suite de l'histoire de la Régence de Tripoly. Règne d'Aly Caramanly (1793), Paris, Bouchène, 2001. (ISBN 2-912946-34-4)
  • (fr) Parfum de Cour, gourmandise de rois. Le commerce des oranges entre Malte et la France au XVIIIe siècle, Paris, Bouchène/Fondation de Malte, 2003, 192 p. (ISBN 2-912946-52-2)
  • (en) Court Fragrance, Royal Greed : The Commerce of Oranges in the XVIIIth Century based on the correspondence between Joseph Savoye, a grocer in Paris, and his son, abbé Louis Savoye, conventual chaplain of the Order of Malta, translated from the French original by Alina Darmanin, Malte, Fondation de Malte, 2009, 247p. (ISBN 999320613X)
  • (fr) Des lettres de Malte. La correspondance de M. l’abbé Boyer (1738-1777), PIE-Pieter Lang, Paris, Direction des archives et de la documentation, Ministère des affaires étrangères, 2004, XXXIV-260 p. (ISBN 90-5201-229-6)
  • (fr) Lettres consulaires reçues de Chypre par le chargé d’affaires du Roi à Malte, Nicosie, Centre de recherche scientifique, LVI, 2007, 146 p. (ISBN 978-9963-0-8103-5)
  • (fr) Étienne Félix d'Henin de Cuvillers, Mémoire concernant le système de paix et de guerre que les Puissances européennes pratiquent à l’égard des régences barbaresques, 1787, introduit et présenté par Alain Blondy (p. 7-32), Paris, Bouchène, 2009, 108p. (ISBN 978-2-35676-012-8)
  • (fr) Les journaux de campagne de Jean-François de Villages, chevalier de Malte, 1765-1773, Paris, Bouchène, 2010. (ISBN 978-2-35676-018-0)
  • (fr) Usages et éthiquettes observées à la Cour du Grand Maître, au Conseil et à l'Église (1762), Paris, Honoré Champion, 2011. (ISBN 978-2-7453-2121-3)
  • (fr) Documents consulaires. Lettres reçues par le chargé d'affaires du Roi à Malte au XVIIIe siècle, 5 tomes (tome 1: vol. I à X (ISBN 978-1-291-86301-7); tome 2: vol.XI à XV; tome 3: vol. XVI à XXV; tome 4: vol. XXVI à XXXV; tome 5: index (ISBN 978-1-291-91109-1)), La Valette, Fondation de Malte, 2014

Traductions et présentations[modifier | modifier le code]

  • (fr) Luigi Monga, Galères toscanes et corsaires barbaresques. Le journal d’Aurelio Scetti, galérien florentin (1565-1577). Traduction de l'italien et avant-propos par Alain Blondy, Paris, Bouchène, 2008, 208 p. (ISBN 978-2-35676-001-2)
  • (fr) Stephen Cleveland Blyth, Histoire de la guerre entre les États-Unis, Tripoli et les autres Puissances barbaresques à laquelle sont jointes une géographie historique et une histoire politique et religieuse des États barbaresques en général, 1805, traduit de l’anglais, présenté et annoté par Alain Blondy, Paris, Bouchène, 2009. (ISBN 978-2-35676-010-4)
  • (fr) Elizabeth Broughton, Six ans de résidence à Alger par Mrs Broughton (1806-1812), traduction de l'anglais, présentation et notes par Alain Blondy, Paris, Bouchène, 2011. (ISBN 978-2-35676-021-0)

Conférences[modifier | modifier le code]

  • L’indépendance de Malte (1964) dans les dépêches diplomatiques et la presse française, Malte, Fondation internationale de Malte, 1989
  • Chypre, fenêtre orientale de l’Europe occidentale, Nicosie, association française Vivre à Chypre, 30 janvier 2006
  • Chypre et Malte au sein de l’UE : convergences et différences, Nicosie, université de Chypre, 31 janvier 2006
  • Europe, Turquie et Chypre : passé, présent et avenir, Nicosie, Intercollege, 1er février 2006
  • The silent martyrdom of Cyprus, Nicosie, 50 ans d’Union européenne, 8 juin 2007
  • Chypre ottomane et l’influence européenne, Nicosie, Centre culturel français, 22 avril 2010

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paris Sorbonne pdf
  2. Libération
  3. France inter
  4. (en) Ambassade de France [1]

Liens Externes[modifier | modifier le code]