Marie-Luise Jahn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie-Luise Jahn
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
Bad TölzVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Friedhof am Perlacher Forst (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction

Marie-Luise Jahn, née le à Sandlack, en Prusse-Orientale (aujourd'hui Sędławki, en Pologne) et morte le 22 juin 2010 à Bad Tölz, est une médecin allemande, soutien du mouvement de résistance anti-nazi La Rose blanche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-Luise Jahn naît et grandit à Sandlack, en Prusse orientale. De 1934 à 1937, elle étude à Berlin. Puis elle commence des études en chimie à l'université de Munich en 1940. Elle y rencontre Hans Leipelt, dont elle devient l'amie, et d'autres membres du groupe de résistance anti-nazi la Rose Blanche.

Après l’arrestation de Hans et Sophie Scholl et de Christoph Probst, Leipelt et Jahn reprennent la publication et la distribution de tracts, et ramassent de l'argent pour aider la veuve de Kurt Huber. En octobre 1943, ils sont arrêtés par la Gestapo. Leipelt est exécuté, tandis qu'elle est condamné à douze ans de prison par le Volksgerichtshof en 1944[1].Elle est alors âgée de 26 ans.

Après la libération du pays, elle étudie la médecine à l'université de Tübingen et travaille en tant que médecin à Bad Tölz.

En 1987, elle est l'un des membres fondateurs de la Weiße Rose Stiftung, qui commémore le souvenir du groupe[2].

Références[modifier | modifier le code]