Aller au contenu

Marc Fievet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marc Fievet
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Marc François Xavier Jean Philippe FievetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Marc Fievet, né le à Cambrai (Nord), est un aviseur des douanes françaises.

Début de carrière

[modifier | modifier le code]

Il est « tour à tour routier international convoyant du fret en Irak, pilote en Afrique, skipper basé à Gibraltar où grouillent les trafiquants, parlant trois langues »[1].

Infiltration puis détentions

[modifier | modifier le code]

Contacté par la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières en , il infiltre, pour le compte des autorités douanières françaises, un important réseau mafieux italien dirigé par Claudio Pasquale Locatelli, alias Mario de Madrid[2]. Il est engagé sous le code « NS 55 ». Il permet d'importantes arrestations et saisies de cocaïne et de haschich[3].

Les autorités anglaises et canadiennes arraisonnent deux de ses bateaux, le Poseidon et le Pacifico. Il est alors incarcéré en en Espagne pour trafic de stupéfiants.

Trois ans plus tard, après un détour par l'Angleterre, c'est au tour du Canada de le condamner, cette fois à perpétuité[4]. En effet, des agents français le convainquent de plaider coupable afin d'être transféré en France où il serait relaxé. Le , il est effectivement transféré en France mais, le , le tribunal correctionnel de Bobigny le condamne à vingt ans de réclusion criminelle en traduction du jugement canadien[1],[3].

Il va alors travailler sans relâche pour écrire ses mémoires et obtenir réparation. Il se rebelle et fait à 5 reprises des grèves de la faim. « Il gagne un procès en diffamation intenté par Michel Charasse en novembre 2004 »[1] sur la base d'une interview publiée dans Le Parisien le [3],[5].

Le , il est libéré sous conditions par la justice française[6]. Il vit alors à Boulogne-sur-Mer où il travaille comme veilleur de nuit. En , la justice reconnaît l'erreur judiciaire de sa condamnation comme trafiquant[1].

  • L'Aviseur, Éditions Michel Lafon, 2003
  • Marc Fievet et Olivier-Jourdan Roulot, Dans la peau d'un narco, HUGOdoc, 2007
  • Gibraltar, Éditions Michel Lafon, 2013
  • Marc Fievet et Olivier-Jourdan Roulot, Infiltré - Au cœur de la mafia, HUGOdoc, 2013

Filmographie

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a b c et d CHRISTOPHE CORNEVIN, « Marc Fiévet : l'« indic » des douanes veut sa revanche », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  2. Yves Bonnet, La Cour des miracles : Que font les juges ?, Flammarion, , 441 p. (ISBN 978-2-08-068211-6, lire en ligne), p. 408-409
  3. a b et c « "L'aviseur" des douanes condamné pour trafic de drogue gagne un procès contre M. Charasse », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. http://www.lamontagne.fr/editions_locales/thiers_ambert/l_ancien_infiltre_reclame_reparation@CARGNjFdJSsBExoNCg==.html
  5. « Quand l'agent NS 55 rencontrait le ministre... », sur Le Parisien,
  6. « VIDEO. L'histoire vraie de Marc Fiévet, qui a inspiré le film "Gibraltar" », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes

[modifier | modifier le code]
  • L'infiltré, Les pieds sur Terre, France-culture, Reportage : Aladine Zaïane, Réalisation : Emily Vallat, Mixage : Valérie Lavallart, émission du 23 mars 2022 (écouter en ligne)