Malek Bensmaïl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Malek Bensmaïl
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
M Bensmail Malek.jpg

Malek Bensmaïl, né en 1966 à Constantine (Algérie), est un réalisateur algérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, en Algérie, il réalise des films essais en super 8[1]. Après des études de cinéma à Paris suivi d’un stage dans les studios de Lenfilm à Saint-Pétersbourg, il consacre sa filmographie au documentaire, entièrement engagé sur son pays. Il dessine à travers ses films du réel les contours d’une humanité complexe : démocratie, modernité-tradition, langage, identité, société[2].

En 1996, il réalise Territoire(s), un essai documentaire sur les violences archaïques en Algérie et dans le monde arabe et les violences post-modernes en Occident. Entre création vidéo et documentaire, le film remporte quelques prestigieux prix internationaux comme le Loupbar, prix de la meilleure découverte documentaire au Festival du nouveau cinéma à Montréal ou le Prix Télévision à Avança/ Porto. Territoire(s) est projeté dans le monde entier. La même année, pour Canal+, il réalise un court-métrage entre fiction et documentaire, qui raconte l'autodérision des spectateurs vis-à-vis de la télévision unique : Algérian TV Show, il réalise aussi une des émissions culte Culture Pub sur l'Algérie[réf. nécessaire].

Il consacre l'année 1998 à la musique. Malek Bensmaïl brosse un portrait dans son film Décibled de cinq musiciens algériens qui en exil derrière l’arbre Raï cache la forêt.

En 1999, il coréalise un film sur Mohammed Boudiaf, le président algérien qui fut assassiné, six mois après son retour d'exil de 30 ans. Le film Boudiaf, un espoir assassiné est déprogrammé par Arte avant d'être re-programmé quelques mois plus tard, pour ne pas gêner l'élection présidentielle algérienne de 1999.

Il réalise en 2000 Des vacances malgré tout, qui remporte le Prix du Patrimoine au Festival du Cinéma du réel.

En 2001, il réalise un court-métrage de fiction Dêmokratia diffusé sur Arte et la BBC avec le comédien Louis Beyler, une adaptation très libre d'Une peine à vivre de Mimouni, une fable sur la machinerie de la dictature et du pouvoir absolu.

En 2002, il réalise Plaisirs d'Eau, les bains de ce monde flottant, un film sur le rapport de l'homme avec les bains. Le hasard qui va inexorablement rapprocher quatre personnages à travers le monde dont les vies vont être liées par la passion de l'eau et des bains.

En 2003, il coréalise avec le journaliste Thierry Leclere Algérie(s), Algeria's Bloody year, un film documentaire d'investigation en deux volets qui éclaire et montre à travers des archives et des entretiens inédits de personnalités du gouvernement, de l’armée, des islamistes, de la société civile, la descente aux enfers du peuple algérien et décortique les maux qui ont fait basculer le pays dans la terreur. Le film Algérie(s) en deux épisodes est édité aux Éditions Montparnasse.

En 2004, il rend hommage à son père, l'un des fondateurs de la psychiatrie algérienne en réalisant Aliénations, un film tourné au plus près des malades mentaux et de leurs familles. Le film est un succès international et remporte quelques prix internationaux prestigieux tels que le Grand Prix des Bibliothèques au Festival du Cinéma du Réel à Paris, le Grand Prix du documentaire à la Biennale des Cinémas Arabes à Paris ou le Magnolia Award du meilleure documentaire au Festival International de Shangha et reçoit le prix spécial du jury au Fespaco.

En 2005, il réalise le film Le Grand Jeu, sur la campagne présidentielle algérienne de 2004 qui a réélu Abdelaziz Bouteflika à 85%. Le film est interdit d'antenne. Le film est censuré à ce jour en France et en Algérie. Un débat important autour de cette censure et des liens politiques algéro-français, fut organisé à la SCAM avec Le Canard Enchaîné[réf. nécessaire].

Il réalise en 2008 La Chine est encore loin, un long-métrage documentaire cinématographique.

En 2009, il est Lauréat de la Villa Kujoyama à Kyoto (Villa Médicis Asie) et participe à la Cinéfondations, au festival de Cannes avec son scénario de fiction Odysseys.

En 2010, il signe pour la case Infrarouge de France 2 un documentaire Guerres secrètes du FLN en France, un film référence sur les stratégies du FLN, le second front en France et la guerre fratricide entre FLN et MNA. Une mise en perspective historique sur une histoire méconnue.

2012, il coréalise avec M. Colonna un documentaire pour France 3 et la RTBF, sur l'année de l'indépendance algérienne : 1962, de l'Algérie française à l'Algérie algérienne.

En 2013, il réalise Ulysse, le brûleur de frontières et la mer blanche du milieu pour l'exposition inaugurale Méditerannées/ Marseille, capitale culturelle de l'Europe 2013 (Commissaire de l'exposition : Yolande Bacot).

En 2014, Malek Bensmail dirige l'atelier documentaire à La Fémis.

En 2015, il réalise pour le cinéma Contre-pouvoirs. Une plongée au sein de la rédaction d'El Watan à Alger, durant les dernières présidentielles qui ont validé le 4e mandat de Bouteflika. Première Mondiale à Locarno Film festival.

En 2017, en s’appuyant sur de nombreux témoignages et des archives exceptionnelles, le nouveau film La Bataille d'Alger, un film dans l'Histoire, opère, soixante ans plus tard, un retour passionnant sur un film mythique, qui n’a cessé de s’enrichir avec l’Histoire, "La Bataille d'Alger" de Gillo Pontecorvo. Il est invité par les prestigieuses universités américaines : Columbia University, Johns Hopkins University et Yale University. Le film est présenté dans quelques salles en Algérie[réf. nécessaire].

Des Master Class autour de ses films sont organisées à travers le monde dans les universités, festivals et ateliers de formations.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1994 : L'après Ceausescu, documentaire.
  • 1996 : Territoire(s), essai documentaire de 28 min.
  • 1997 : Algerian TV Show, court-métrage fiction/documentaire de 13 min pour Canal+.
  • 1998 : DéciBled, documentaire de 52 min.
  • 1999 : Boudiaf, un espoir assassiné, documentaire de 60 min, coréalisé avec N. Zuric.
  • 2000 : Des vacances malgré tout, documentaire long-métrage de 68 min.
  • 2001 : Dêmokratia, court-métrage fiction de 20 min.
  • 2002 : Plaisirs d’eau, les bains de ce monde flottant, long-métrage documentaire de 76 min.
  • 2003 : Algérie(s), documentaire en deux parties de 80 min.
  • 2004 : Aliénations, long-métrage réalisé pour le cinéma (2005), 1 h 45 min.
  • 2005 : Le Grand Jeu, long-métrage documentaire de 90 min.
  • 2008 : La Chine est encore loin,long-métrage réalisé pour le cinéma (2010), 120 min.
  • 2010 : Guerres secrètes du FLN en France, documentaire de 70 min pour la case infrarouge de France 2.
  • 2012 : 1962, de l'Algérie Française à l'Algérie algérienne. 2x60 min, coréalisé avec M. Colonna pour France 3 et la RTBF.
  • 2013 : Ulysse, le brûleur de frontières et la mer blanche du milieu. 10x6 min et 1x 60 min. Film/installation réalisé pour l'exposition inaugurale Méditerrannées, Marseille, Capitale culturelle de l'Europe.
  • 2015 : Contre-Pouvoirs, long-métrage réalisé pour le cinéma (2016), 97 min.
  • 2017 : La Bataille d'Alger, un film dans l'Histoire, documentaire de 118 min.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Portrait de Malek Bensmaïl (interview) », sur bed.bzh (consulté le 16 avril 2021)
  2. « Malek Bensmaïl », sur film-documentaire.fr
  3. a et b (en) « Malek Bensmaïl, Awards », sur imdb.com (consulté le 16 avril 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]