Maladie de Marek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La maladie de Marek est un lymphome d'origine virale touchant les gallinacés et en particulier les élevages de poules/poulets. Cette maladie néoplasique hautement contagieuse et pouvant toucher des volailles très jeunes est associée à des tumeurs nerveuses ou viscérales. Elle n'est pas zoonotique, c'est-à-dire qu'elle n'est pas transmissible à l'homme. Son nom se réfère à celui József Marek, vétérinaire hongrois.

La maladie est causée par un alphaherpesvirus de la famille des Alphaherpesvirinae. Ce virus est parfois désigné par l'acronyme MDV (pour 'Marek's disease virus') ou dénommé Gallid herpesvirus 2 (GaHV-2). La maladie est caractérisée par la présence de lymphome des cellules T ainsi que par l'infiltration des nerfs et des organes par des lymphocytes[1]. Certaines souches de virus liés à la MDV semblent être bénignes et peuvent être utilisées comme souches vaccinales pour prévenir la maladie de Marek. Par exemple, le virus de l'Herpès de Dindes (HVT) ne provoque aucune symptôme apparent de maladie chez les dindes et continue d'être utilisé comme une souche de vaccin pour la prévention de la maladie de Marek (voir ci-dessous). Les oiseaux infectés avec GaHV-2 peuvent être porteurs et excréteurs du virus pour la vie[2]. Les poussins nouveau-nés sont protégés par les anticorps maternels mais uniquement durant quelques semaines. Après l'infection, des lésions microscopiques apparaissent en une à deux semaines, visibles après trois à quatre semaines. À l'occasion des mouvements et notamment des mouvements d'ailes de l'animal, le virus se propage dans l'environnement dans les squames de follicules de plumes ; il se transmet d'un animal à l'autre par inhalation[3].

Selon l'emplacement des tumeurs dans les tissus et organes l'animal est victime d'une paralysie des membres, du cou (paralysie flasque) et parfois des ailes[2]. Selon la pathogénicité de la souche virale et la résistance propre à chaque animal la mortalité est plus ou moins élevée. Certains meurent en 3 semaines[2]. Ceux qui guérissent restent porteurs sains[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première description scientifique de cette maladie remonte à 1907 en Hongrie, par le Professeur Marek.

Cette maladie, favorisée par la concentration des animaux dans les grands poulaillers et élevages industriels est véritablement apparue comme une contrainte majeure pour la production avicole mondiale au cours des années 1960, avec l’émergence de variants pathogènes ou hautement pathogènes.

La vaccination a ensuite permis la maîtrise relative de cette infection mais des accidents liés à de mauvaises pratiques vaccinales, ou à des isolats particulièrement pathogènes sont régulièrement observés[4],[2]. Un rappel de vaccination doit être fait tous les 6 mois.

Syndromes[modifier | modifier le code]

À gauche : œil normal de poulet œil et à droite : œil de poulet atteint de la maladie de Marek

Six syndromes peuvent survenir lors de la maladie de Marek, syndromes qui peuvent se chevaucher.

  • Forme classique de la maladie de Marek ou neurolymphomatose ; elle cause une paralysie asymétrique d'un ou de plusieurs membres (souvent l'animal semble faire le grand écart, ou à une patte paralysée vers l'avant et l'autre vers l'arrière), avec implication du nerf vague, difficulté à respirer ou à la dilatation du tube digestif. Outre des lésions des nerfs périphériques, il y a souvent des infiltrations lymphomateuses et tumeurs de la peau, des muscles attachés au squelette et/ou des organes viscéraux. Les organes souvent affectés incluent l'ovaire, la rate, le foie, les reins, les poumons, le cœur, le proventricule et les glandes surrénales.
  • Forme aiguë de la maladie de Marek ; c'est une maladie épidémique qui touche des poulaillers ou lots précédemment sains ou même vaccinés. Elle est caractérisée chez les oiseaux par une dépression, une paralysie et la mort dans un grand nombre de cas (jusqu'à 80% d'un élevage). L'âge d'apparition (4 à 8 semaines d'âge) est beaucoup plus précoce que dans la forme classique de la maladie. Des infiltrations sont observées dans de multiples organes et tissus .
  • Forme "lymphomatose oculaire" : Elle cause des infiltrations lymphocytaires de l'iris (iris qui apparait alors gris), et une taille inégale des pupilles, ainsi qu'une cécité.
  • Forme cutanée de la maladie de Marek ; elle cause des lésions rondes et ferme des follicules qui produisent les plumes[3].
  • Athérosclérose ; elle est induite expérimentalement chez les poulets infectés[5].
  • Immunosuppression ; la déplétion des lymphocytes T dégrade la réponse immunologique contre les autres pathogènes. Les oiseaux touchés deviennent alors plus vulnérables à d'autres maladies telles que la coccidiose et les infections opportunistes par Escherichia coli[6]. En outre, l'immunité humorale conférée par les lignées de lymphocytes B de la Bourse de Fabricius est aussi inhibée, ce qui entraîne une immunosuppression totale.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic des tumeurs lymphoïdes chez les volailles est compliqué par le fait que plusieurs agents peuvent causer de telles tumeurs. Et il n'est pas rare que plus d'un virus aviaire capable d'induire des tumeurs soit présent dans une même oiseau d'élevage, il faut donc considérer à la fois les éléments de diagnostic de la maladie, le type de tumeurs (diagnostic tumoral) et les résultats de la recherche de virus (diagnostic étiologique). Un processus à étapes a été proposé pour diagnostiquer la maladie de Marek : il comprend (1) une phase basée sur l'histoire du cas, de l'épidémiologie, des observations cliniques et résultats d'autopsie, (2) les caractéristiques des cellules tumorales et (3) les caractéristiques virologiques[7]

Une atteinte du système nerveux périphérique, avec des signes cliniques évocateurs chez un oiseau âgé de trois à quatre mois (avec ou sans tumeurs viscérales) doit faire penser à la maladie de Marek. L'examen histologique des nerfs révèle une infiltration par des lymphocytes pléomorphes néoplasiques et inflammatoires. Toute neuropathie périphérique doit aussi alerter chez les jeunes poulets, si associé à une paralysie, gonflement des nerfs, même sans tumeurs viscérales, en particulier dans les nerfs avec œdème interneuritique et infiltration de cellules plasmatiques[8].

La présence de nodules sur les organes internes peut aussi suggérer la maladie de Marek, mais que des tests doivent alors confirmer (histologie, montrant une infiltration lymphomateuse dans le tissu affecté). Toute une gamme de leucocytes peuvent être impliqués, y compris les lignées de cellules lymphocytaires comme les grands lymphocytes, lymphoblastiques, des cellules primitives réticulaires et, occasionnellement, des cellules du plasma, ainsi que des macrophages. Les cellules T sont impliquées dans la malignité, en montrant les modifications néoplasiques avec preuve de mitose. Les inflitrats lymphomateux doivent être différenciés des autres causes possibles chez la volaille, dont la leucose lymphoïde et la réticuloendothéliose, ainsi que d'évènements inflammatoires associés à des modifications hyperplasiques des tissus affectés.

Des signes cliniques-clé (et modifications à échelles macroscopiques et microscopiques de certains organes) permettent de différencier la maladie de Marek de la leucose lymphoïde et réticuloendothéliose, dont (1) l'âge: la maladie de Marek peut affecter des oiseaux de tous âge, y compris à moins de 16 semaines d'âge ; (2) signes cliniques fréquents: paralysie d'une aile et d'une patte ; (3) Incidence: dépassant les 5% dans les lots d'élevage non vaccinés ; (4) éventuel gonflement du réseau nerveux  ; (5) tumeur interfolliculaire de la bourse de Fabricius ; (6) atteinte du SNC; (7) Prolifération lymphoïde dans la peau et les follicules des plumes  ; (8) cellules lymphoïdes pléomorphiques dans les nerfs et les tumeurs; et (9) lymphomes touchant les cellules T[9].

En plus de ces éléments basés sur la pathologie et l'histologie, d'autres procédures, plus avancées permettent de confirmer un diagnostic de la maladie de Marek, notamment : l'immunohistochimie pour identifier le type de cellule et des antigènes spécifiques au virus, la PCR standard et/ou quantitative pour l'identification du virus, l'isolement du virus pour confirmer les infections, et la sérologie pour confirmer ou exclure les infections.

L'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) dispose d'une liste de laboratoires de référence pour la maladie de Marek, comprenant l' Institut de la Santé Animale, Compton Laboratoire, royaume-UNI et de l' USDA, la grippe Aviaire et Laboratoire d'Oncologie, États-Unis[10].

Prévention[modifier | modifier le code]

La vaccination est la seule méthode connue pour prévenir le développement de tumeurs quand les poulets sont infectés par le virus. Cependant l'administration d'un vaccin n'empêche pas la transmission du virus, c'est-à-dire que le vaccin ne guérit pas tout à fait l'oiseau[1] mais réduit néanmoins la quantité de virus exprimés et présents dans les squames. Il réduit donc le risque de propagation horizontale de la maladie. Le vaccin a été introduit en 1970, développé par le Dr Ben Roy Burmester[11]. Avant ce vaccin, la maladie de Marek provoquait d'importantes pertes de revenus dans les secteurs de la volaille des États-unis et du Royaume-Uni. Le vaccin peut aujourd’hui être administré à des poussins d'un jour (par inoculation sous-cutanée ou par vaccination in ovo lorsque les œufs sont transférés à partir de l'incubateur de l'éclosoir). La vaccination in ovo est souvent préférée car elle ne nécessite pas de manipulation des poussins et peut être exécutée rapidement par des automates. L'immunité se développe dans un délai de deux semaines[3].

Le vaccin contenait à l'origine comme antigène un sérotype du virus de l'herpès de la dinde (sérotype 3 de MDV)[12]. Cependant, la vaccination n'empêche pas l'infection par le virus[13], et le virus de la maladie de Marek a évolué en présentant des souches plus virulentes et résistantes à ce vaccin. Ce pourquoi les vaccins actuels combinent plusieurs vaccins, incluant une souche MDV atténuée (CVI988-Rispens ; ATCvet code: QI01AD03 (OMS))[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Current Topics in Microbiology and Immunology: Marek's Disease (Current Topics in Microbiology and Immunology), Springer: Berlin, (ISBN 3-540-67798-4)
  2. a, b, c, d et e Les maladies virales, SOS Gallinacés, consulté 2016-07-21
  3. a, b et c Fenner, Frank J., Gibbs, E. Paul J., Murphy, Frederick A., Rott, Rudolph, Studdert, Michael J. et White, David O., Veterinary Virology (2nd ed.), Academic Press, Inc, (ISBN 0-12-253056-X)
  4. Guérin JL & Boissie C (mis à jour 2008) La maladie de Marek, École nationale vétérinaire de Toulouse
  5. « Atherosclerosis induced by infection with Marek's disease herpesvirus in chickens », Am. Heart J., vol. 138, no 5 Pt 2,‎ , S465–8 (PMID 10539849, DOI 10.1016/S0002-8703(99)70276-0)
  6. Islam AFMF, Wong CW, Walden-Brown SW, Colditz IG, Arzey KE et Groves PJ, « Immunosuppressive effects of Marek's disease virus (MDV) and herpesvirus of turkeys (HVT) in broiler chickens and the protective effect of HVT vaccination against MDV challenge », Avian Pathology, vol. 31, no 5,‎ , p. 449–461 (DOI 10.1080/0307945021000005824, lire en ligne [PDF])
  7. Witter, R. L., Gimeno, I. M., Pandiri, A. R., & Fadly, A. M. (2010).
  8. L. D. Bacon, R. L. Witter et R. F. Silva, « Characterization and experimental reproduction of peripheral neuropathy in White Leghorn chickens », Avian Pathology, vol. 30, no 5,‎ , p. 487–499 (PMID 19184938, DOI 10.1080/03079450120078680)
  9. "Chapter 2.3.13.
  10. "Reference Experts and Laboratories", World Organisation for Animal Health, Retrieved 2012-08-03
  11. B. R. Burmester, H. G. Purchase et B. R. Burmester, « Protection Against Marek's Disease by Vaccination with a Herpesvirus of Turkeys' », Avian Diseases, American Association of Avian Pathologists, Inc., vol. 14, no 2,‎ , p. 413–429 (PMID 4913403, DOI 10.2307/1588488, JSTOR 1588488)
  12. Carter, G.R., Flores, E.F. et Wise, D.J., « Herpesviridae », A Concise Review of Veterinary Virology, (consulté le 10 juin 2006)
  13. R. L. Witter, « Increased Virulence of Marek's Disease Virus Field Isolates », Avian Diseases, American Association of Avian Pathologists, Inc., vol. 41, no 1,‎ , p. 149–163 (PMID 9087332, DOI 10.2307/1592455, JSTOR 1592455)
  14. Nikolaus Osterrieder, Jeremy P. Kamil, Daniel Schumacher, B. Karsten Tischer et Sascha Trapp, « Marek's disease virus: from miasma to model », Nature Reviews Microbiology, vol. 4, no 4,‎ , p. 283–94 (PMID 16541136, DOI 10.1038/nrmicro1382)

Liens externes[modifier | modifier le code]