Maison de Doulo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Symbole Gögtürk du clan

La Maison de Doulo ou Clan de Doulo,(du bulgare : Дуло, dulo, également connu sous le nom chinois : 咄陆 ; pinyin : duōlù) est une dynastie de khans qui a régné sur l'Ancienne Grande Bulgarie et le khanat bulgare du Danube de 628 à 760[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Selon John Van Antwerp Fine Jr., ses origines sont obscures[3]. Différents chercheurs considèrent que les origines du clan étaient probablement turques[4],[5],[6]. Cette proposition a été suggérée par Mikhail Artamonov[7] et a été mis en avant par Lev Goumilev en 1967, ce qui a pour conséquence une probable association entre le clan Dulo avec les tribus des Cing Duolu ou Tu-lu du Khaganat turc oriental[7]. Le premier khaganat turc (552 – 581) était constitué pendant la guerre civile Göktürk (581 – 593), alors divisé entre turcs orientaux et le Khaganat turc occidental. L'occidental était gouverné par les tribus Onoq (six flèches), des cinq Duolu et des cinq Nushibi (en)[7]. De nombreux historiens modernes considèrent que le premier gouverneur bulgare historique, Kubrat, était du clan Dulo des Turcs occidentaux — de l'alliance appelée Onogurs Bulgars[8],[9],[10],[11]

Règne en Europe[modifier | modifier le code]

Le clan a dirigé diverses parties de l'Europe dont la Magna Hungaria (jusqu'au XIIIe siècle), la Patria Onoguria (à partir de 460), et l'Ancienne Grande Bulgarie (à partir de 632).c

Attila est supposé être le descendant du roi des Méotes fondateur du clan des Doulo[12]. Le Nominalia des Khans bulgares (en) appelle cet ancêtre Avitohol[13].

Le clan deviendra la dynastie régnante des Bulgares occidentaux[14].

Un des membres du clan nommé Koubrat est le fondateur de l'Ancienne Grande Bulgarie[15]. Ses généraux sont entre-autres: Batbayan (Volga), Kotrag (Khazars), Kouber ( Macédoine), Asparoukh (Bulgarie du Danube ) et Alcek (Italie).

Chefs[modifier | modifier le code]

Le clan des Doulo et a compté les chefs suivant:

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Royaumes bulgares », Bulgarie le guide
  2. (en) John Van Antwerp Fine, The early medieval Balkans : a critical survey from the sixth to the late twelfth century, Ann Arbor Mich., University of Michigan Press, , 336 p. (ISBN 0-472-08149-7), p. 76
  3. (Van Antwerp Fine 1991)
  4. Panos Sophoulis, Byzantium and Bulgaria, 775-831, Brill, , 92, 147–148, 71, 111 p. (ISBN 978-90-04-20696-0, lire en ligne)
  5. (en) Denis Sinor, The Cambridge History of Early Inner Asia, Cambridge/New York/Melbourne, Cambridge University Press, , 261 p. (ISBN 0-521-24304-1, lire en ligne)
  6. Sanping Chen, Multicultural China in the Early Middle Ages, University of Pennsylvania Press, , 296 p. (ISBN 978-0-8122-0628-9 et 0-8122-0628-2, lire en ligne)
  7. a b et c (en) Peter Benjamin Golden (en), Oq and Oğur~Oğuz*, Turkish and Middle Eastern Studies, Rutgers University, (lire en ligne)
  8. (en) Kevin Alan Brook, The Jews of Khazaria, Rowman & Littlefield, , 13 p. (ISBN 978-1-4422-0302-0, lire en ligne)
  9. (en) Florin Curta et Roman Kovalev, The Other Europe in the Middle Ages : Avars, Bulgars, Khazars and Cumans, Leiden, Brill, , 288 p. (ISBN 978-90-04-16389-8, lire en ligne)
  10. (en) Peter Benjamin Golden, Nomads and Their Neighbours in the Russian Steppe : Turks, Khazars and Qipchaqs, Ashgate/Variorum, , 71 p. (ISBN 978-0-86078-885-0, lire en ligne)
  11. Kim 2013, p. 59.
  12. (hu) KÉZAI SIMON's MAGYAR KRÓNIKÁJA (trad. Szabó Károly) (lire en ligne)
  13. (en) Hyun Jin Kim, The Huns, Rome and the Birth of Europe, Cambridge/New York, Cambridge University Press, , 338 p. (ISBN 978-1-107-00906-6 et 1-107-00906-5, lire en ligne), p. 59
  14. (en) Panos Sophoulis, Byzantium and Bulgaria, BRILL, , 367 p. (ISBN 978-90-04-20695-3 et 90-04-20695-7, lire en ligne), p. 775-831
  15. (en) Florin Curta et Roman Kovalev, The Other Europe in the Middle Ages : Avars, Bulgars, Khazars and Cumans, Leiden, BRILL, , 492 p. (ISBN 978-90-04-16389-8 et 90-04-16389-1, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Diane Stanley, La monocratie, De Boeck, coll. « Bodin », , 826 p. (ISBN 978-2-8041-2895-1), p. 554
  • (en) John Van Antwerp Fine, The Early Medieval Balkans : A Critical Survey from the Sixth to the Late Twelfth Century, University of Michigan Press, , 66, 300 p. (ISBN 978-0-472-08149-3, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]