Maison forte de Saint-Germain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maison forte de Saint-Germain
Image illustrative de l’article Maison forte de Saint-Germain
Nom local Tour de Gy
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction XIVe siècle
Propriétaire initial Guillaume de Bolomier
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Personne privée
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1984)[1]
Coordonnées 45° 56′ 57″ nord, 5° 22′ 22″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Ancienne province de France Bugey
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Commune Ambérieu-en-Bugey
Géolocalisation sur la carte : Ain
(Voir situation sur carte : Ain)
Maison forte de Saint-Germain
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Maison forte de Saint-Germain

La maison forte de Saint-Germain ou Tour de Gy est une ancienne maison forte, des XIVe et XVe siècles, centre de la seigneurie de Gy, qui se dresse sur la commune d'Ambérieu-en-Bugey dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La maison forte fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Situation[modifier | modifier le code]

La maison forte de Saint-Germain ou Tour de Gy est située dans le département français de l'Ain sur la commune d'Ambérieu-en-Bugey, sur le penchant d'un coteau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de Saint-Germain-d'Ambérieu, de la maison forte et du château de Saint-Germain

Le fief avec maison forte est, vers 1440[3], la possession de Guillaume, seigneur de Bolomier (Poncin), maître des requêtes, puis vice-chancelier de Savoie[Note 1], sur lequel il est confisqué par le duc de Savoie, qui l'inféode à André de Chevron Villette, dont les héritiers l’aliènent à Jean-François de Lucinge, seigneur de la Motte (Treffort-Cuisiat). René de Lucinge, son fils, seigneur de la Motte et des Allymes remet la maison noble et la tour de Gy à son frère, Jean-François de Lucinge, écuyer, seigneur de Gy, capitaine au régiment de la Grange, à la réserve des rentes nobles dépendantes de Gy lorsqu'il se marie avec Renée-Isabeau de Rovorée[4], fille de Louis de Rovorée, écuyer, seigneur de Montburon (Confrançon) et d'Attignat, le .

Vers 1650, les héritiers dudit sieur de la Motte jouissent des rentes ; quant à la maison et ses dépendances, elles sont par rétention[Quoi ?] la possession de ladite Rovorée[4].

Cette terre reste dans la famille de Lucinge jusque vers la fin du XVIIe siècle[3]. Elle passe ensuite à François de Suduyrand, qui la donne, le [3], à Jacques Estienne, écuyer. En 1789, elle appartenait à la famille Dujast.

La maison forte est ruiné en 1595.

Description[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Condamné à mort et exécuté en 1446 [1].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]