Magnésie du Méandre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Magnésie.
Magnésie du Méandre
(grc) Μαγνησία
Héraclès combattant les Amazones, détail d'une Amazonomachie de la frise du temple d'Artémis Leucophryène (IIe siècle av. J.-C.) (Musée du Louvre)
Héraclès combattant les Amazones, détail d'une Amazonomachie de la frise du temple d'Artémis Leucophryène (IIe siècle av. J.-C.) (Musée du Louvre)
Localisation
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Province Aydın
District Germencik
Village Tekin
Région de l'Antiquité Ionie
Coordonnées 37° 51′ 10″ nord, 27° 31′ 38″ est

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Magnésie du Méandre
Magnésie du Méandre

Magnésie est un site archéologique de Turquie et une cité grecque d'Ionie fondée vers 530 av. J.-C. non loin d'Ephèse et de Priène. Aristote[1] dit dans ses Commentaires, que les Magnésiens des bords du Méandre sont une colonie de Delphes[2]. Ils offrent aux étrangers le logement, le sel, l'huile, le vinaigre, la lumière, les lits, les tapis et les tables. »
Le site est près du village de Tekin dans le district de Germencik de la province d'Aydın au bord de la route D525.

Occupée par les Perses au IVe siècle av. J.-C., elle fut refondée sur un autre site, sur le fleuve Méandre, dans un lieu nommé Leucophrys[3] (littéralement Sourcils blancs), autour d'un sanctuaire dédié à la déesse Artémis, sœur jumelle d'Apollon[4]. La situation de la ville initiale est inconnue, mais sans doute est-elle sur les rives du Méandre[5].

Son plan hippodaméen ainsi que plusieurs monuments furent conçus par l'architecte et urbaniste Hermogène. Trois campagnes de fouilles y furent menées au XIXe siècle pour les musées d'İstanbul, de Berlin et du Louvre. Sa grande agora dallée de 26 000 m2 entourée de portiques. De nombreux fragments sont actuellement exposés au Musée de Pergame de Berlin. Les fouilles ont été reprises par Orhan Bingöl, professeur à l'université d'Ankara[5].

Ignace d'Antioche fait référence à la ville dans la lettre aux Magnésiens.

Les bâtiments religieux[modifier | modifier le code]

Le grand autel

C'est un autel en forme de pi dont le modèle se met en place à l'époque hellénistique, comme à Pergame, mais dont la restitution n'est pas assurée.

Le temple d'Artémis Leucophryène

C'est un temple pseudodiptère de huit colonnes par quinze, typologie propre à Hermogène. Il présente un fronton ouvert de trois baies quadrangulaires destinées à éclairer, d'après Orhan Bingöl, la statue de culte d'Artémis. Sa frise, conservée au Louvre, représente une amazonomachie, et c'est une des mieux conservées de l'Antiquité.

Le temple de Zeus Sosipolis

Construit par Hermogène au début du IIe siècle av. J.-C., il se trouve sur l'agora. C'est un petit temple de style ionique construit après une victoire de la cité sur Milet. Ouvert vers l'ouest, ce temple prostyle tétrastyle (4 colonnes en façade), présente un pronaos (ou vestibule) et un opisthodome de mêmes dimensions.

Les édifices de la période romaine[modifier | modifier le code]

Le théâtre est 500 m au sud ouest du site en bord de route. Entre le temple d'Artémis et le théâtre se trouve un odéon et, plus loin, un autre théâtre inachevé. Un stade de 25 000 places, dégagé récemment, se trouve plus à l'est. Il y aussi un gymnase sur le modèle de celui de Milet et des bains. Une basilique civile romaine a été ajoutée ultérieurement, et s'ouvre sur l'agora, en face du temple de Zeus Sosipolis. Un rempart est venu plus tard protéger le sanctuaire[5].

Édifice de la période musulmane[modifier | modifier le code]

Le seul édifice datant de la période musulmane est une mosquée en ruine datant du XVe siècle. Ces ruines sont dans la zone au bord de la route[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ou peut-être Théophraste, selon Jean Baptiste Lefebvre de Villebrune, 173e-173f
  2. [173f] « Les Magnésiens, colonie de Delphes, qui habitent le bord du Méandre, sont consacrés au dieu Apollon
  3. Tacite, Annales [lire en ligne] « III, 62 »
  4. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne]
  5. a, b, c et d (en) « Magnesia Ad Meandrum », sur « Ministère de la Culture et du Tourisme de la République de Turquie »

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Davesne, La frise du temple d'Artémis à Magnésie du Méandre, Erc/Adpf, 1982, (ISBN 2-86538-026-2)
  • Roland Martin, L'art grec, Paris, Livre de Poche, Pochothèque, 1994