Madeleine Lebeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une actrice image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une actrice française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lebeau.
Madeleine Lebeau
Nom de naissance Marie Madeleine Berthe Lebeau
Naissance
Antony, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 92 ans)
Estepona, Espagne
Profession Actrice
Films notables Casablanca
Huit et demi
Les Chouans

Madeleine Lebeau est une actrice française née le à Antony (France) et morte le [1] en Andalousie (Espagne).

Son passage aux États-Unis fait qu'elle est parfois créditée sous la graphie Madeleine LeBeau.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1940, elle fuit Paris avec son mari Marcel Dalio épousé le 30 octobre 1939[2]. Ils se rendent à Lisbonne où ils obtiennent des visas pour le Chili. Mais en débarquant au Mexique, ils apprennent que ceux-ci sont des faux. Ils se procurent alors des passeports canadiens temporaires, et finissent par s'installer aux États-Unis.
Ils divorcent quelques années après (jugement rendu le 29 juillet 1943). Elle revient en France après la guerre et y reste jusqu'en 1966 quand elle part pour Rome avec Tullio Pinelli (le scénariste de Fellini) avec lequel elle sera mariée de 1988 jusqu'à son décès en 2009. Elle s'installera ensuite à Estepona en Espagne[3].

Sa carrière représente l’un des plus étonnants éventails de cinéma, allant de Huit et demi de Fellini ou Casablanca de Curtiz à des films plus légers tels que le remake de Et moi j'te dis qu'elle t'a fait de l'œil !, en passant par des films à costumes comme Les Chouans avec Jean Marais ou chez Sacha Guitry.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Elle participe à la séquence culte de la Marseillaise chantée dans le film Casablanca, et son visage bouleversé, ses larmes bien réelles ont causé un impact profond, qui a valorisé ce film classique. Au moment où elle criait « Vive la France ! » devant la caméra, la France était toujours occupée. Pour Audrey Azoulay, ministre de la Culture, son visage «restera à jamais celui de la France de la Résistance»[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]