Maïmouna Doucouré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maïmouna Doucouré
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Maïmouna Doucouré, née en 1985 à Paris, est une scénariste et réalisatrice franco-sénégalaise.

Le film Maman(s) qu’elle a écrit et réalisé, a remporté de nombreux prix internationaux dont le prix du Meilleur Court métrage au Festival de Toronto au Canada, le prix du meilleur court-métrage international au Festival du film de Sundance aux États-Unis et le César 2017 du Meilleur court métrage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maïmouna Doucouré est née à Paris en 1985. Sa mère commerçante et son père éboueur sont venus tous deux du Sénégal, ils s'installent dans le 19e arrondissement de Paris. Après un bac S, elle obtient une licence en biologie de l'université Paris VI[1]. En parallèle à ses études, elle suit des cours de théâtre[2] au sein du laboratoire de l'actrice Hélène Zidi.

Son premier court-métrage auto-produit Cache-cache sorti en 2013, et réalisé dans le cadre d'un concours de scénario initié par l'union sociale pour l'habitat, reçoit le 3e Prix de HLM sur Cour(t) et le coup de cœur du jury du festival Génération Court d’Aubervilliers[3].

Son deuxième film, Maman(s), a été présenté dans plus de 200 festivals et a remporté près de 60 prix internationaux dont le prix du meilleur court-métrage international au Festival de Sundance, le grand prix au Festival de Toronto[4] ou le grand prix CinéBanlieue, qui a été remis à Maïmouna Doucouré par la Ministre de la Culture, Fleur Pellerin[5]. Il est récompensé du César 2017 du Meilleur court métrage[4]. Avec ce film, elle a participé au dispositif Talents en courts, partenariat entre Jamel Debbouze[6] et le CNC. Il évoque l'histoire douloureuse d'Aïda, une enfant confrontée à la polygamie dans sa famille. Face au désarroi de sa mère la fillette décide de se débarrasser de la nouvelle femme de son père[7]. Maimouna Doucouré s'est inspirée de sa vie pour raconter cette histoire[8],[2].

En , de nouveau à Sundance, elle reçoit le Global Filmmaking Award pour son projet de long métrage Mignonnes[9], qui est aussi nommé à la cérémonie des Césars dans la catégorie « Meilleur premier film  »[10]. Lors de l'événement, la réalisatrice représente la France parmi les quatre réalisateurs choisis dans le monde entier et elle est parrainée par la réalisatrice afro-américaine Ava DuVernay[11]. Forte de ce soutien, elle réalise le long métrage Mignonnes, qui sort sur les écrans en août 2020[11]. Il évoque l'hypersexualisation des pré-adolescentes à travers l’histoire d’Amy, 11 ans, qui intègre à Paris un groupe de danseuses de sa génération[12]. Depuis sa sortie sur la plateforme Netflix, le film fait l'objet de vives controverses aux États-Unis, accusé par la droite conservatrice de promouvoir « l’exhibition obscène des parties génitales de mineures, sollicitant un intérêt lubrique pour le sexe »[13], alors même que le film entend dénoncer la sexualisation précoce des jeunes filles, soumises à la dictature des apparences amplifiée par les réseaux sociaux.[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claire Diao, Les mamans de Maïmouna Doucouré, Bondy Blog, 28 janvier 2015
  2. a et b Maïmouna Doucouré décoréeEntre gens
  3. Maïmouna Doucouré, Fenêtre sur court mars 2016
  4. a et b Sundance 2017 : Maïmouna Doucouré à nouveau récompensée Le Quotidien (Sénégal), 3 février 2017
  5. La Ruche : Maman(s) de Maïmouna Doucouré nommé aux César 2017 ! Gindou Cinéma
  6. Regardez “Maman(s)”, le film multiprimé de Maïmouna Doucouré, révélée par Talents en court Télérama, 12 avril 2016
  7. (en) Maman(s) Toronto International Film Festival
  8. « Maman(s) » de Maimouna Doucouré a remporté le Grand prix et le Prix du jury jeunes au festival international de Contis (40) Dakar-écho, 24 juin 2015
  9. Le prochain film de Maïmouna Doucouré récompensé à Sundance Unifrance, 30 janvier 2017
  10. Sandra Onana et photos Henrike Stahl, « Maïmouna Doucouré, parcours de la combattante », sur Libération, (consulté le )
  11. a et b Clémentine Goldszal, « Le cinéma français prend des couleurs », sur lemonde.fr, (consulté le )
  12. Marine Langlois, « "Mignonnes" de Maïmouna Doucouré : le corps, obsessionnel objet de fascination d'une préadolescente », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  13. « États-Unis. Netflix poursuivi en justice au Texas pour le film « Mignonnes » », sur ouest-france.fr,
  14. Damien Leloup et Clarisse Fabre, « La polémique sur le film « Mignonnes », et ses « images sexualisées », ne désenfle pas aux États-Unis », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]