Médias à Cuba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'introduction de cet article est soit absente, soit non conforme aux conventions de Wikipédia (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Ces motifs sont peut-être précisés sur la page de discussion. — Découvrez comment faire pour en améliorer la rédaction.

La presse écrite en exil[modifier | modifier le code]

  • Encuentro de la Cultura Cubana, à Madrid (en internet et en version papier)
  • Linden Lane Magazine, à Fort Worth, Texas (en internet et en version papier)
  • Sinalefa, à New York (en version papier seulement)
  • La Primavera de Cuba, en Suède (en internet et en version papier)
  • Misceláneas de Cuba, en Suède (en internet et en version papier)
  • Cubanet, à Miami (en internet et en version papier)
  • Revista Hispano Cubana, à Madrid (en internet et en version papier)
  • Diario Las Américas, à Miami (journal en espagnol le plus ancien des États-Unis)
  • El Nuevo Herald, à Miami (journal offrant de nouvelles et d'analyses sur Cuba)
  • El Ateje, à Miami (revue littéraire des Cubains exilés en internet)
  • Baquiana, à Miami (revue littéraire des Cubains en exil et des auteurs latino-américains)
  • Decir del Agua, à Miami (revue de poésie par internet des Cubains en exil)
  • Arique, au Chili (revue de poésie par internet des Cubains en exil)
  • La Habana Elegante, à Arlington, Virginia, États-Unis (revue littéraire en internet des Cubains en exil)
  • Cuba Nuestra, en Suède (en internet et en version papier)
  • Libre, à Miami (journal en internet et en version papier)
  • El Veraz, à San Juan de Porto Rico (journal en internet des exilés cubains à Porto Rico)
  • Vitral, à Pinar del Río, Cuba (l'une des rares publications indépendantes à l'intérieur de l'île publiée par le Diocèse de Pinar del Río)
  • Enepecé, à Miami (en papier et dans le site internet de Nueva Prensa Cubana)
  • Herencia, à Miami (revue de sauvegarde du patrimoine culturel cubain)

Maisons d'édition en exil[modifier | modifier le code]

  • Aduana Vieja, à Valence, Espagne, dir. Fabio Murrieta
  • Verbum, à Madrid, Espagne, dir. Pío Serrano
  • Colibrí, à Madrid, Espagne, dir. Víctor Batista Falla
  • Ed. Universal, à Miami, États-Unis, dir. Juan Manuel Salvat
  • Playor, à Madrid, Espagne, dir. Carlos Alberto Montaner
  • Ed. Plaza Mayor, à San Juan de Puerto Rico, dir. Patricia Gutiérrez-Menoyo
  • Ego Group, à Miami, dir. Orlando Coré

Journaux nationaux / presse officielle[modifier | modifier le code]

  • Granma (journal)
  • Granma Internacional : journal hebdomadaire qui reprend les nouvelles du quotidien Granma (journal officiel du Parti Communiste, quotidien d’information à diffusion nationale) . Granma International est distribué dans 76 pays et édité dans quatre langues : espagnol, anglais, portugais et français. Avec un tirage de 50 000 exemplaires, dont 20 000 destinés à l’étranger, Granma International effectue des réimpressions dans 6 pays : Canada, Venezuela, Brésil, Argentine et France. site internet
  • Trabajadores
  • Juventud Rebelde
  • Notinet de Cuba
  • Cubaweb
  • Miami 5
  • Antiterroristas
  • LatinCuba
  • El Economista de Cuba
  • ProyectoWeb
  • Cubadebate
  • La Jiribilla
  • Aduana

Journaux provinciaux - tous officiels[modifier | modifier le code]

  • Tribuna de La Habana
  • 5 de Septiembre
  • Invasor
  • Sierra Maestra
  • Vanguardia
  • 26 Digital
  • Ahora
  • Victoria
  • Adelante
  • Girón
  • Escambray
  • El Habanero
  • La Demajagua
  • Venceremos
  • Guerrillero

Revues officielles[modifier | modifier le code]

  • Opciones : journal hebdomadaire rattaché à la maison d’édition Juventud Rebelde de l’UJC (Union de la Jeunesse Communiste). Opciones est un journal qui cible essentiellement le monde des affaires. Il est tiré à 5000 exemplaires et présent sur 10 lignes aériennes.
  • Bohemia
  • Mujeres
  • La Letra del Escriba
  • Prisma
  • Marcas
  • Cine Cubano
  • Giga
  • La Gaceta de Cuba
  • Mar y Pesca
  • Temas
  • Zun Zun
  • Cuba Internacional
  • Revista Cubana de Alimentación y Nutrición
  • Avances Médicos de Cuba
  • Ciencias de la Información
  • Negocios en Cuba
  • Contracorriente
  • Salsa Cubana
  • Alma Mater
  • Somos Jóvenes
  • Juventud Técnica
  • Caimán Barbudo
  • Pionero
  • Esquife
  • Biotecnología Aplicada
  • Energía y Tú

La télévision à Cuba (officielle) et en exil[modifier | modifier le code]

Il existe deux chaînes généralistes : Cubavision et Tele Rebelde ; une chaîne culturelle double (Canal Educativo 1 & Canal Educativo 2) et une chaîne câblée (Cubavision Internacional) (dans les hôtels, pour les entreprises étrangères et les diplomates ainsi que les résidents étrangers) qui propose une sélection de programmes cubains et nord-américains (CNN, CBS, ABC...).

Tele Martí, émis depuis Miami.

Canal 41 AmericaTV, depuis Miami. Actualité cubaine, divertissements, émissions de débat politique (ex. A mano limpia, avec Oscar Haza)

Canal 22 Mega TV, depuis Miami. Actualité cubaine et d'autres thèmes. Émission Polos opuestos sur politique cubaine, présentée par María Elvira Salazar.

La radio à Cuba (officielle) et en exil[modifier | modifier le code]

Il y a une radio internationale : Radio Habana Cuba.

Principales radios nationales :

  • Radio Reloj
  • Radio Rebelde
  • Radio Habana Cuba
  • Radio Enciclopedia
  • Radio Progreso ("La onda de la alegría").

Radios locales :

  • Radio Ciudad de La Habana
  • Radio Metropolitana
  • Tiempo 21
  • Radio Cadena Habana
  • Radio Sancti Spíritus
  • CMHW Villa Clara
  • Radio Ciudad del Mar
  • CMKC
  • Radio Coco
  • Radio Taíno Holguín.

Radios et TV en exil :

Autres médias[modifier | modifier le code]

En 1996, Cuba s’est ouverte à des réseaux informatiques de portée mondiale, dont internet. Les Cubains ont accès seulement à un système d'internet surveillé : l'intranet, dont la fonction est d'empêcher que depuis le réseau national la population puisse se connecter sur les sites censurés et sur la presse internationale.

L'encyclopédie en ligne EcuRed a été créée par les autorités cubaines en 2010.

Libertés de la presse et des médias[modifier | modifier le code]

En 2016, le pays est classé 171e sur 180 par Reporters sans frontières pour le peu de liberté qui y est laissé à la presse (l'organisation déclarant par ailleurs que Cuba est «  le pire pays d'Amérique latine en matière de liberté de la presse », avec des arrestations abusives, des menaces, des campagnes de dénigrement, des confiscations de matériel, des fermetures de site web ou encore un arsenal de lois restrictives[1])[2], mais l'objectivité de cette organisation est contestée par certains comme Rony Brauman. Cependant, d'autres organisations font le même constat que RSF : en 2008, Cuba est ainsi le second pays au monde avec le plus de journalistes emprisonnés selon le Comité pour la protection des journalistes (basé à New York, États-Unis), qui fait du pays le quatrième pire pays pour le traitement des blogueurs[3]. Guillermo Fariñas a fait une grève de la faim de quatre mois contre la censure de l'Internet. Amnesty International écrit pour sa part que tous les médias sont aux mains du pouvoir et que cela rend impossible toute expression d'une voix dissidente[4] ; l'ONG des droits de l'homme y est par ailleurs interdite depuis 1990[1].

Capter les chaînes étrangères de télévision resterait interdit par le gouvernement[5],[6]. La publicité est toujours interdite à Cuba. La vente des ordinateurs aux particuliers était très limitée jusqu'en mai 2008[7], et les cybercafés qui affichaient des tarifs prohibitifs sont maintenant à des tarifs raisonnables. En effet Cuba n’a pas pu se connecter aux câbles américains passant à quelques dizaines de kilomètres au large de la Havane à cause de l’embargo impliquant des surcoûts prohibitifs de connexion internet par satellite. Un câble de fibre optique reliant Cuba au Venezuela sera opérationnel courant 2011, multipliant la capacité de connexion de l'île par 3 000. Selon RSF, les connexions ne permettent pas d'accéder aux sites étrangers tandis que l'accès à internet serait soumis à autorisation[8],[9]. Ainsi, Freedom House, une ONG américaine, classe Cuba comme pays dernier pour sa liberté d'expression sur internet, en dessous de l'Iran ou de la Chine. L'ONG écrit ainsi : « Le seul accès à Internet disponible pour la plupart des Cubains passe par les courriels, mais ceux-ci sont tous analysés par l'État »[10]. Salim Lamrani conteste les accusations portées contre Cuba sur la censure d'Internet, affirmant que, selon les rapports de Reporters sans frontières, des blogueurs opposés au gouvernement publient régulièrement des articles depuis Cuba, et que ces articles sont lus par beaucoup de Cubains, ce qui serait selon lui impossible s'ils n'avaient réellement pas accès à Internet.

Cuba détient le taux d'accès à internet le plus bas d'Amérique latine[5] (17 internautes pour mille habitants contre 630 aux États-Unis et 430 en France[11]). Toutefois, le gouvernement explique cette déficience par des raisons pratiques et énergétiques découlant de l'embargo (contraignant Cuba à se connecter par satellite, ce qui multiplie les coûts) plutôt que par des choix politiques[12]. Seulement 5 % des foyers pouvant naviguer sur Internet, Amnesty International déclare que naviguer sur le web dans le pays est « censuré ». Par ailleurs, il était interdit jusqu'en 2008 de posséder un ordinateur personnel ou un lecteur DVD[1].

Cuba a développé sa propre encyclopédie en ligne, EcuRed, dont le but est de présenter le point de vue du décolonisateur. En 2013, Twitter a fermé le compte d'EcuRed ainsi que tous les comptes ayant des adresses IP liées au Joven Club de Computación y Electrónica[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Salim Lamrani, Cuba, the Media, and the Challenge of Impartiality (trad. Larry R. Oberg), Monthly Review Press, New York, 2015, 160 p. (ISBN 978-1-583-67471-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b et c « Cuba : les chiffres de la répression et de la censure », sudouest.fr, 4 décembre 2016.
  2. « Classement mondial de la liberté de la presse 2012 », Reporters sans frontières (consulté le 19 juin 2012)
  3. Comité pour la protection des journalistes, « CPJ's 2008 prison census: Online and in jail », 4 décembre 2008
  4. Amnesty International, « Cuba: Fundamental freedoms still under attack », 17 mars 2006
  5. a et b Sara Roumette, « Pas forcément l'idée que l'on en a… », dans Géo, no 339, mai 2007, p. 97.
  6. (en) Cuba Facts, Cuban Transition Project - Institute for Cuban and Cuban-American Studies, University of Miami
  7. Génération Nouvelles Technologies le 6 mai 2008
  8. (en) ca11.uscourts.gov [PDF]
  9. journalismes.info
  10. techno.branchez-vous.com, avril 2009
  11. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées HDR07-08.
  12. (es) Cuba denuncia bloqueo estadounidense a tecnologías e información, Granma, 14 février 2007
  13. Global Voices: Twitter Suspends Cuban Encyclopedia Ecured's Account