Médecine personnalisée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La notion de « médecine personnalisée » peut avoir plusieurs sens

  • Une médecine basée sur un entretien plus long et personnalisé lors du dialogue médecin-patient (fréquent dans le domaine de l'homéopathie[1] ou de la médecine chinoise par exemple), et cherchant à prodiguer un parcours personnalisé pour un traitement plus adapté à chaque patient (rééducation, médication, chimiothérapie, radiothérapie, etc.[2];
  • Une médecine utilisant des moyens de modélisation individuelle[3] et/ou des moyens de prévention personnalisés (avec par exemple l'utilisation de dosimètres individuels dans le domaine du nucléaire[4]) ;
  • une médecine construite sur une caractérisation fine du patient notamment basée sur une l'analyse moléculaire et les signatures génétiques[5] afin d'être plus prédictive[6] d'optimiser les chances de guérison, d'efficacité des médicaments (pharmacogénétique[7]) et d'améliorer la gestion de la maladie en identifiant mieux les prédispositions à une maladie d’un patient, aux éventuels effets secondaires d'un traitement, etc.[8]. Dans ce cas, elle se veut aussi être une médecine de précision[9]. C'est de la médecine stratifiée. Dans le cardre du cancer on parlera alors de Profilage moléculaire des tumeurs.
  • Une médecine également capable de prendre en compte les caractéristiques et effets du « gnotobiote » et en particulier du microbiote cutané humain, du microbiote vaginal humain et surtout du microbiote intestinal ainsi que leurs composantes génétiques[10]. Grâce à la médecine translationnelle, et à un accès à des bases de données open-source, le séquençage génomique tend à passer dans la pratique quotidienne d'un nombre croissant de praticiens[11].

Cette médecine se veut capable de donner des conseils plus personnalisés concernant les activités sportives et physiques[12] ou l'alimentation (nutrigénomique[13], etc.).

Elle pourrait aussi utiliser l'informatique ubiquitaire et des systèmes spécialisés de capture électronique des données d'intérêt médical pour un suivi constant ou épisodique de certains patients[14]

Limites et enjeux éthiques[modifier | modifier le code]

Comme on l’a fait autrefois à propos des antibiotiques, cette médecine est parfois présentée comme permettant de mettre fin à la plupart des maladies [15].

D’autres estiment qu’il existe des risques que cette médecine du futur[16] qui pourra à la fois s'appuyer sur les développements de l'informatique médicale et du « triptyque Biologie systémique, biologie de synthèse et nanobiotechnologies »[17] puisse dériver vers le tout génétique (au détriment de l'épigénétique et des composantes sociopsychologiques de la santé) ou vers une médecine outrepassant les limites éthiques et bioéthiques fixées par la société, dans le domaine des neurosciences et de la psychiatrie notamment[18]

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Les pays scandinaves et le Canada (avec l'Université de la Colombie-Britannique[19])ont récemment construit des « Population Data Centers » reliés aux systèmes d’information médico-sociaux existants, mis à disposition (à certaines conditions) des acteurs de la santé publique et de la recherche.

En France[modifier | modifier le code]

Ce sujet est depuis longtemps évoqué dans ce pays qui dispose d'importantes bases de données médico-sociales et économiques centralisées, presque exhaustive et permanente couvrant des domaines stratégiques tels que le recours aux soins, l'hospitalisation, les prestations, les situations professionnelle et sociale[20])... Mais avec les progrès faits dans les domaines des cellules souches, de la neurologie, des greffes ou de la génomique, de l'analyse ADN, il met en jeu des risques et enjeux éthiques et moraux nouveaux.

La Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a pour cette raison saisi l'Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) d’une demande d’étude sur les enjeux scientifiques, technologiques, éthiques et juridiques de la médecine personnalisée[21]. Ce rapport suggère de lancer une réflexion « sur les moyens de concilier d’une part, l’indispensable partage scientifique des données à partir de larges tailles d’échantillons permettant des méta-analyses et d’autre part, le respect de la confidentialité et de la sécurité de l’accès aux données [...] des personnes », en espérant que « l’individu participe à la collectivité en mettant ses données au service de l’analyse globale et qu’avec beaucoup de chances il lui revienne quelque chose ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quemoun, A. C., & Wittner, L. (2004). Homéopathie: guide pratique. le Grand livre du mois.
  2. Hans S., Scotte F., Hoffman C., Pelicier N., Ménard M., Badoual C. & Brasnu D. (2014). Expérimentation du parcours personnalisé des patients atteints d’un cancer des voies aéro-digestives supérieures. Bulletin du Cancer, 101(10), 910-915.
  3. COSSON, M., RUBOD, C., VALLET, A., WITZ, J. F., & BRIEU, M. (2011). Modélisation biomécanique des mobilités des organes pelviens: vers une médecine personnalisée. Bulletin de l'Académie nationale de médecine, 195(8), 1869-1883 (résumé).
  4. Chiavassa, S. (2005). Développement d'un outil dosimétrique personnalisé pour la radioprotection en contamination interne et la radiothérapie vectorisée en médecine nucléaire (Doctoral dissertation, Toulouse 3).
  5. Sansregret, L., & Nepveu, A. (2011). La médecine personnalisée grâce aux signatures d’expression génique: l’exemple du cancer du sein. MSA.
  6. Mathieu T., Bermont L., Boyer J. C., Versuyft C., Evrard A., Cuvelier I. & Peoc’h, K. (2012). Champs lexicaux de la médecine prédictive et personnalisée. In Annales de Biologie Clinique (novembre 2012, Vol. 70, no 6, p. 651-658).
  7. Allorge, D., & Loriot, M. A. (2004). La pharmacogénétique ou la promesse d’une médecine personnalisée: variations du métabolisme et du transport des médicaments. In Annales de Biologie Clinique (Vol. 62, No. 5, p. 499-511).
  8. CEPMED () Rapport annuel 2009-2010, Centre d'excellence en médecine personnalisée
  9. CLAEYS, A., & VIALATTE, J. S. (2014). Les progrès de la génétique, vers une médecine de précision. Les enjeux scientifiques, technologiques, sociaux et éthiques de la médecine personnalisée [Internet], 444. (http://www.jeansebastienvialatte.com/presse/TrombinoscopeNovembre2014Claeys-Vialatte.pdf résumé])
  10. Blasco-Baque, V., Serino, M., & Burcelin, R. (2013, January). La thérapie métabolique à l’interface entre l’homme et le microbiote intestinal. In Annales Pharmaceutiques Françaises (Vol. 71, No. 1, p. 34-41). Elsevier Masson
  11. Nau, J. Y. (2010). Séquençage génomique en pratique quotidienne?. Revue médicale suisse, 6(249), 1038-1039.
  12. Bréchat, P. H., Lonsdorfer, J., & Vogel, T. (2007). Pour une promotion de la santé par des activités physiques et sportives, sûre, personnalisée et accessible pour tous. La Presse Médicale, 36(3), 379-380.
  13. Junien, C. (2008). Une science émergente: la nutrigénétique.
  14. Achkar C., Molina J., Haentjens Y., Leborgne A., Alquié G., Sou G. & Audet M. (2011). Capture électronique des données pour le suivi médical personnalisé (CapElecMed). IRBM, 32(2), 113-117.
  15. Martin, J. (2013). La fin de la maladie (?) par la médecine personnalisée (recension d’un ouvrage de David B. Agus). Bull Méd Suisses, 94(21), 806-8
  16. Villedieu, Y. (2013, May). La société est-elle prête pour la médecine du futur?. In Document présenté au: Colloque annuel du Collège des médecins du Québec.
  17. Haiech, J., & Galli, T. (2010). Biologie systémique, biologie synthétique et nanobiotechnologies: le triptyque du XXIe siècle. M/S-Medecine Sciences, 25(6), 576.
  18. Evers, K. (2009). Personalized medicine in psychiatry: ethical challenges and opportunities. Dialogues in clinical neuroscience, 11(4), 427
  19. htps://www.popdata.bc.ca/
  20. Haut Conseil de la santé publique : Rapport Pour une meilleure utilisation des bases de données nationales pour la santé publique et la recherche :
  21. Rapport intermédiaire de l’OPECST sur les enjeux scientifiques, technologiques, sociaux et éthiques de la médecine personnalisée (22 janvier 2014) et rapport final : Les progrès de la génétique, vers une médecine de précision ? Les enjeux scientifiques, technologiques, sociaux et éthiques de la médecine personnalisée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Becquemont, L., Bordet, R., & Cellier, D. (2012). La médecine personnalisée: comment passer du concept à l’intégration dans un plan de développement clinique en vue d’une AMM?. Thérapie, 67(4), 339-348 (résumé).
  • Ciccolini, J. (2012). La pharmacogénétique constitutionnelle est-elle le chaînon manquant de la médecine personnalisée en oncologie?. Bulletin du Cancer, 99(10), 903-905 (résumé).
  • Darmont, J. (2008). Entreposage de données complexes pour la médecine d'anticipation personnalisée. In Proceedings of the 9th International Conference on System Science in Health Care (ICSSHC 08).
  • Dausset, J. (1997). La médecine prédictive et son éthique. Pathologie et biologie, 45(3), 199-204. (résumé)
  • Dr Jean-Claude Lapraz, Marie-Laure de Clermont-Tonnerre : La médecine personnalisée - Retrouver et garder la Santé - Editions Odile Jacob
  • Moreau A & Queneau P (2005). La décision thérapeutique personnalisée. Observance médicamenteuse. La Revue du praticien, 55(8), 899-902 (résumé).
  • Thieffry, D. (2009). Biologie des systèmes: des réseaux d'interactions moléculaires à la médecine personnalisée. MS. Médecine sciences, 25(6-7), 547-548.