Médecine prédictive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La médecine prédictive désigne les capacités nouvelles de la médecine, et notamment de la génétique de prévoir, parfois très longtemps à l'avance, les affections qui frapperont le patient. Cette perspective a beaucoup préoccupé le législateur français à l'occasion de l'examen des lois de bioéthique de 1994, et suscité un certain intérêt de la part des compagnies d'assurance.

Cette expression est popularisée[réf. souhaitée] par le professeur Jacques Ruffié, dans son livre Naissance de la médecine prédictive (éditions Odile Jacob, 1993).

Limites[modifier | modifier le code]

En fait, comme le souligne Jacques Ruffié dans son livre, le déterminisme génétique n'est pas simple au point de permettre la prédiction certaine d'une affection du patient. Hormis quelques maladies particulières, monogéniques et peu influencées par l'environnement (chorée de Huntington) la plupart des troubles sont déterminés par un ensemble mal connu de gènes et fortement influencés par l'environnement et les conditions de vie (maladie polyfactorielle).

Cette prédiction probabiliste qui regroupe des marqueurs génétiques de prédisposition et des marqueurs pathogéniques de la maladie est entachée d'incertitude liée à l'imperfection des marqueurs. En dehors d'un contexte familial à risque, elle peut tout au plus dire qu'un variant d'ADN augmente la probabilité de développer telle ou telle maladie mais avec un facteur multiplicatif très faible. De plus, cette probabilité porte sur la population générale et ne détermine pas celle d'un individu[1].

Enfin, tout être humain est porteur en moyenne d'une centaine de maladies génétiques[2] mais il ne les exprime pratiquement jamais car il est protégé par le chromosome sain apporté par un de ses parents : la plupart du temps, ce dernier a deux allèles sains de la maladie autosomique récessive (les maladies génétiques dites de transmission autosomique dominante sont plus rares, de l'ordre de 200 contre 900 pour les récessives) qui ne s'exprime qu'avec les deux allèles malades apportés par les deux parents[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armelle de Bouvet, Pierre Boitte, Grégory Aiguier, Questions éthiques en médecine prédictive, John Libbey Eurotext, , p. 43
  2. Arnold Munnich, Programmé mais libre. Les malentendus de la génétique, Plon, , p. 47
  3. Jack J. Pasternak, Génétique moléculaire humaine: Une introduction aux mécanismes des maladies héréditaires, De Boeck Supérieur, p. 62-63

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]