Luma Arles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
LUMA Arles
Informations générales
Type
Surface
11 hectares
Site web
Collections
Collections
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
35 avenue Victor Hugo, 13200 Arles
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

LUMA Arles est un projet de complexe artistique et culturel réalisé par la Fondation LUMA de Maja Hoffmann, à Arles, sur le Parc des Ateliers. Le site englobe sept anciennes usines ferroviaires rénovées et une tour dessinée par l’architecte Frank O. Gehry.

L’ensemble du Parc des Ateliers devrait accueillir des expositions, des performances, du spectacle vivant, des conférences, des présentations mais également des résidences d’artistes[1].

Depuis 2008, Maja Hoffmann mène à bien ce projet de campus culturel entourée d’une équipe de proches collaborateurs et avec le soutien de son Core Group – Tom Eccles, Liam Gillick, Hans Ulrich Obrist, Philippe Parreno et Beatrix Ruf[2].

De 2008 à 2020, LUMA a commandité et présenté le travail de plus d’une centaine d’artistes sur plusieurs sites arlésiens, des arènes romaines au campus de LUMA Arles au Parc des Ateliers[1]. Le Parc des Ateliers a rouvert ses portes le 26 juin 2021[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Fondation LUMA est créée en 2004 en Suisse (Zurich) par Maja Hoffmann, collectionneuse d'art, mécène et réalisatrice de documentaires suisse, pour soutenir des artistes et leurs projets, notamment dans le domaine de la photographie. La Fondation privilégie des projets traitant de façon croisée l'écologie, les droits de l'homme, l'éducation et la culture[4].

En 2013, la vision de la Fondation est matérialisée par la création du campus expérimental LUMA Arles[5][Pas dans la source].

Le projet arlésien[modifier | modifier le code]

Premier logotype du projet, utilisé jusqu'en juin 2018.

La construction de LUMA Arles débute en avril 2014. Ce bâtiment du Parc des Ateliers, conçu par Frank Gehry, est recouvert de 10 752 blocs en acier inoxydable et compte 10 étages, tous différents, des planchers en forme de pétales, une rotonde de verre qui rappelle les arènes d'Arles et 53 baies vitrées. La Tour mesure 56 mètres de haut pour une superficie de 15 000 m2[6].

L’apparence de ce bâtiment aurait largement été influencée par la région camarguaise : « Nous voulions évoquer l'ancrage local, de la Nuit étoilée de Van Gogh à l'émergence des blocs rocheux des Alpilles. La rotonde fait pour sa part écho aux arènes romaines » a déclaré Frank Gehry, à propos de La Tour[7]. Isabelle Regnier du Monde explique au contraire en quoi selon elle ce bâtiment original mais anachronique « s’accorde mal avec les valeurs de respect d’environnement et d’ancrage local que défend la Fondation Luma »[8].

La Tour abrite des salles d'exposition, des galeries pour projets in-situ, les centres de recherche et d'archives de LUMA, ainsi que des salles multi-usages notamment pour des colloques et groupes de travail[9].

Au sujet des autres bâtiments industriels du Parc des Ateliers, leur réhabilitation par Selldorf Architects a intégré un concept énergétique soucieux de l'environnement à base de biocarburants locaux (huile végétale), de ventilation naturelle et de panneaux solaires[6].

Le parc et l’étang qui entourent LUMA Arles sont l’œuvre de l’architecte paysagiste Bas Smets, au départ d'un paysage stérile. Le parc paysager est étendu sur une superficie de 41 800 m2 et arbore désormais plus de 1 100 arbres de 140 espèces différentes ainsi que 80 000 plantes en godets[10].

Au cours des dix dernières années, LUMA Arles a développé un programme d’expositions, d’Archives Vivantes (avec une première exposition consacrée à la photographe Annie Leibovitz), une plateforme de soutien destinée aux éditeurs indépendants en art et design (Offprint), un laboratoire (Atelier LUMA), un programme de tables rondes et conférences (LUMA Days) et des résidences artistiques[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La Fondation Luma ouvrira le 26 juin à Arles », sur LEFIGARO (consulté le ).
  2. « Luma Arles ouvrira cet été », sur Le Quotidien de l'Art (consulté le ).
  3. « A Arles, la Fondation Luma espère un « effet Bilbao » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. Condé Nast, « La tour Luma ouvre ses portes à Arles », sur Vogue Paris, (consulté le ).
  5. Condé Nast, « La Fondation Luma à Arles ouvrira officiellement cet été », sur AD Magazine, (consulté le ).
  6. a et b « La Fondation Luma, un navire suisse à Arles », sur Information Immobilière, (consulté le ).
  7. « La Fondation Luma et la tour de Frank Gehry brillent de mille feux sous le soleil arlésien », sur Le Soir Plus, (consulté le ).
  8. Isabelle Regnier, « La Tour Luma, une montagne d’inox posée à Arles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Arles : 5 choses à savoir sur la Tour Luma qui ouvre ses portes au public ce samedi », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le ).
  10. Guy Duplat, « À Arles, le "jardin extraordinaire" de Bas Smets », sur La Libre.be (consulté le ).