Ludwik Klimek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ludwig Klimek
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Nice ou AntibesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Ludwik KlimekVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Formation
Fratrie
Józef Klimek (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ludwik Klimek, en allemand Ludwig Klimek ou en français Ludovic Klimek, né le à Skoczów en Autriche-Hongrie (aujourd'hui en Pologne), et mort le dans les Alpes-Maritimes, est un peintre français d'origine polonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

1912-1939 : Europe de l'est[modifier | modifier le code]

Ludwik Klimek naît le à Skoczow en Autriche-Hongrie (aujourd'hui Pologne)[1].

La grande famille vit avec douze enfants à Skoczów et le père est commerçant et tient un magasin.

Avec la fondation de la deuxième République polonaise en , la région de Skoczów devient partie intégrante du territoire polonais.

Il fait sa première exposition à l'âge de onze ans dans sa ville natale[1].

Il étudie à l’Académie des beaux-arts de sa ville natale. Il obtient son diplôme de Cieszyn.

Ludwik Klimek étudie l'art et la peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Cracovie[2].

1939-2006 : France[modifier | modifier le code]

Il se rend ensuite à Paris grâce à des bourses d'études au printemps 1939[3]. Il visite souvent le Louvre et admire les œuvres originales de Titien, Francisco de Goya, Nicolas Poussin et de Pierre Paul Rubens. Il reste à Paris après l'invasion de la Pologne en . Il travaille dans l’atelier d’André Lhote et à l'Académie de la Grande Chaumière. Son ami Édouard Vuillard lui fait obtenir une bourse des Affaires étrangères. En , il part pour Aix-en-Provence.

À la libération, il revient à Paris, y reste deux ans[4].

Puis retourne dans le sud de la France, à la Côte d’Azur. Il vit à Nice, puis surtout à Menton où il resta vingt ans jusqu'en 1947. Il s'installe alors à Saint-Paul-de-Vence, puis à Juan-les-Pins.

En peignant à Vallauris de 1951 à 1952, il rencontre Pablo Picasso, qui y vit de 1948 à 1955. Il rencontre également Marc Chagall et est son ami pendant des années. Avec Henri Matisse, qui vit à Vence, il fonde la Biennale Internationale d'Art de Menton[5] en 1951 et y expose ses œuvres jusqu'en 1972. En 1951 et 1953, il reçoit le deuxième prix pour ses peintures.

Ludwik Klimek a créé environ 3000 œuvres d'art - principalement sous forme de peinture à l'huile sur toile, mais moins sous forme d'aquarelle, de peinture au pastel et de gouache. En raison de la longue maladie de son fils, il vend une grande partie de ses œuvres d'art.

Dans ses œuvres d'art, où il baigne souvent des figures féminines, des naïades, des nixes, des héliades, des sirènes apparaissent comme des emprunts spirituels aux mythes et aux légendes, ainsi que des paysages et des natures mortes.

Il meurt le [1] à Nice[6] ou à Antibes[4]. Le a lieu la cérémonie de ses funérailles à la cathédrale d’Antibes[7].

En 1998 et en 2005 son atelier est dispersé par Me Appay à Cannes, puis en 1999 et 2000 par Mes Lombrail et Teucquam à Paris, et en 2006 par France-Enchères à Lyon[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Une huile de Ludwik Klimek.
  • 1930 : nu féminin réalisé à l'encre de Chine[8]
  • 1930 : Landscape[9]
  • 1946 : Niçoise au chapeau, fusain
  • 1949 : Les Amants, huile sur bois
  • 1950 : Landscape, huile sur toile
  • 1951 : Paysage de bord de mer, huile sur toile
  • 1954 : La Fleur de Bananer, huile sur toile
  • 1955 : Ruelle animée avec Palmier, huile sur toile
  • 1956 : Nature morte à la Guitarre, huile sur toile
  • 1956 : Les Voiliers, huile sur toile
  • 1957 : Madridene au Bouquet de Fleurs
  • 1963 : Les Naïades, huile sur toile
  • 1963 : Composition, pastel
  • 1964 : Baigneuses et jouner de Guitarre
  • 1965 : La plaque des Intellectueles, huile sur toile
  • 1966 : Diane du bain, huile sur toile
  • 1972 : La femme fleur, huile sur toile
  • 1973 : Nu au chapeau, huile sur papier
  • 1974 : Les trois Graces, aquarelle
  • 1975 : Jeune femme à la Colombe et aux fleurs, technique mixte sur papier
  • 1978 : Fleurs et fruits, huile sur toile
  • 1978 : Vase de fleurs, huile sur papier
  • 1977 : Odalisque, aquarelle
  • 1980 : Fruits, huile sur toile
  • 1995 : Maternité au figuier, huile sur toile
  • 1998 : Jeune femme à sa toilette, crayon de couleur
  • 1998 : Baigneuses – Hommage à Jean Cocteau, aquarelle
  • 1998 : Femme au miroir, pastel
  • 1998 : L’orientale

Illustration[modifier | modifier le code]

Il illustre un livre de contes de fées paru en polonais à Paris en 1946.

Expositions[modifier | modifier le code]

Personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1923, Skoczow[4]
  • 1941, Fouque, Aix-en-Provence[4]
  • 1945, Greuze, Paris[4]
  • 1963, La Tana, Savone[4]

Collectives[modifier | modifier le code]

  • 1943, Galliera, Paris[4]
  • 1948, Malmö[4]
  • 1951 à 1972, Biennale de Menton (médaille d'argent en 1953)[2]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1951 : médaille d'argent – Première Biennale Internationale d’Art de Menton[10]
  • 1953 : médaille d'argent – Deuxième Biennale Internationale d’Art de Menton


Littérature jeunesse[modifier | modifier le code]

  • avec Irena Lewulis, Bronisław Kamiński: Bajki. Impr. les Presses rapides, Paris 1946.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c René Pettiti, « Ludwik Klimek, l'art en totale discrétion », sur nicematin.com, (consulté le ).
  2. a et b (en) « Klimek, Ludwig or Ludwik or Ludovic », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787)
  3. (pl) Janusz Jarosławski, « Ludwik (Ludwig) Klimek – kilka słów. (Biografische Note) » (consulté le )
  4. a b c d e f g h et i « Klimek, Luwig », sur ledelarge.fr (consulté le ).
  5. « Henri Matisse. Biennale Internationale Menton – 1951 »
  6. (en) « Ludwik Klimek (Skoczow 1912 - 1992 Nice) », sur artyzm (consulté le ).
  7. « Klimek cinquante ans de peinture », sur klimek.fr.nf (consulté le ).
  8. (en) « Ludwig KLIMEK (1912-1993): 1930's ink of nudes, signed », sur frenchart-deco.com (consulté le ).
  9. (en) « Ludwig KLIMEK (1912-1993): 1930's cubist landscape, signed », sur frenchart-deco.com (consulté le ).
  10. (pl) Marta Chrzanowska-Foltzer, « „Rozmowy prowansalskie“ – polscy malarze na południu Francji od 1909 do dziś » [PDF; 218 kB], Archiwum Emigracji, Toruń, (consulté le ), p. 308–309

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]