Philipp Ludwig von Seidel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ludwig Seidel)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Seidel.

Philipp Ludwig von Seidel, né le à Deux-Ponts et mort le à Munich, était un mathématicien, physicien de l'optique et astronome allemand. Seidel est connu pour la méthode de Gauss-Seidel sur la résolution des équations numériques.

Il étudia les aberrations optiques du premier ordre qu'il décompose en cinq polynômes dits polynômes de Seidel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Justus Christian Felix Seidel et de Julie Reinhold, il a grandi et a étudié dans de multiples villes du fait du travail de son père occasionnant plusieurs déménagements de la famille. Il étudia d'abord à Nördlingen puis Nuremberg et enfin Hof. Il termina ses études en 1839, puis entra à l'université après avoir reçu un an de cours privés de mathématiques de L. C. Schnürlein (en), lui-même ancien élève de Carl Friedrich Gauss[1].

Il suivit les cours de l'université Humboldt de Berlin puis de Königsberg à partir de 1842, étudiant sous la férule de professeurs tels que Johann Peter Gustav Lejeune Dirichlet, Johann Franz Encke à Berlin, ou de Friedrich Wilhelm Bessel, Charles Gustave Jacob Jacobi et Franz Neumann à Königsberg. Il acheva ses études en 1846 à Munich avec un doctorat, soutenant sa thèse Über die beste Form der Spiegel in Teleskopen sur les télescopes[1].

Il a professé à partir de 1851 à l'université de Munich (un de ses élèves fut Max Planck). Il a été membre de l'Académie bavaroise des sciences à partir de 1851 (membre de plein rang en 1861).

Hommages[modifier | modifier le code]

Un des cratères de la Lune porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]