Ludmilla Otzoup-Gorny Chiriaeff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ludmilla Otzoup-Gorny Chiriaeff
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Ludmilla ChiriaeffVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Людмила Александровна ШиряеваVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Ludmilla Otzoup-Gorny Chiriaeff, plus connue sous le nom de Ludmilla Chiriaeff G.O.Q., C.C., (née le à Riga, et morte le à Montréal au Canada à l'âge de 72 ans) est danseuse, chorégraphe, professeure et directrice de compagnies de danse. Elle a immigré au Canada en 1952.

Elle fut la directrice fondatrice de la compagnie des Grands Ballets canadiens et de l'école de ballet qui deviendra l'École Supérieure de Ballet du Québec.

Le fonds d’archives de Ludmilla Chiriaeff (P952)[1] est conservé au centre BAnQ Vieux-Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Riga en Lettonie en 1924, d’une mère polonaise et d’un père russe. Ses parents ont fui la Russie lors de la révolution russe, ce qui les a menés en Lettonie où elle est née. Par la suite, la famille Chiriaeff est déménagée à Berlin, en Allemagne où a grandi Ludmilla Chiriaeff.[2]

Ludmilla Chiriaeff est une femme importante liée au domaine de la danse. Elle a commencé à danser à l’âge de six ans et sa carrière s’est poursuivie durant plusieurs années. En1939, Ludmilla Chiriaeff s’est faite enfermer dans un camp de concentration, car il y avait des soupçons qu’elle était juive, ce qui a mis fin à sa carrière de danseuse. Puis, en 1945 elle a réussi à s’enfuir de l’Allemagne pour se rendre en Suisse. Quelques années plus tard, en 1949 elle fonde le Ballet des Arts de Genève, qui est sa première compagnie. Puis en 1952, Ludmilla Chiriaeff a immigré à Montréal, au Canada. À son arrivée à Montréal, elle fonde d’autres compagnies de danse en commençant par les Ballets Chiriaeff. Ludmilla Chiriaeff est décédée en 1996 à l’âge de 72 ans à Montréal[2].

Carrière/Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Elle a commencé la danse à l’âge de 6 ans. Ses débuts en danse se font aux côtés d’une autre danseuse de ballet, Alexandra Nicolaieva. À la fin des années 1930, sa carrière en tant que danseuse soliste débute dans les ballets russes. Puis, sa carrière est interrompue lorsque se fait enfermer dans les camps de concentration en 1939[2].

Lors de son arrivée à Montréal en 1952, elle crée sa compagnie de danse qu’elle nomme les Ballets Chiriaeff. Puis, en 1958 sa compagnie les Ballets Chiriaeff deviennent les Grands Ballets Canadiens, il s’agit d’ailleurs de la première compagnie de ballet professionnelle au Québec[3]. Durant la même année, elle fonde l’Académie des Grands Ballets Canadiens où elle était directrice. Puis en 1966-1967, à la requête du ministère Ludmilla Chiriaeff a créé une nouvelle école de danse soit l’École Supérieur de danse[4]. Elle s’est retirée des Grands Ballets Canadiens en 1974, puis elle a tenté d’implanter des cours de ballets dans différentes écoles et différents niveaux scolaires[5]. En 1981, la création de la fondation Ludmilla Chiriaeff se joint aux nombreuses réalisations de Ludmilla Chiriaeff. La fondation remet des bourses d’études reliées au domaine de la danse. En plus d’être danseuse, elle a été enseignante, membre de jury pour des concours de ballet et a offert des conférences autant à Montréal qu’à l’étranger[4].

Sa compagnie, les Grands Ballets Canadiens, est encore aujourd’hui présente dans le domaine de la danse, il s’agit même d’une des plus grandes compagnies de ballet. D’ailleurs, les Grands Ballets Canadiens ont plusieurs productions par année telle que la production Casse-Noisette présentée durant les fêtes[3]. Elle est considérée comme la marraine du ballet au Québec, étant donné qu’elle a été très influente en ce qui concerne la danse classique au Canada. Elle a aussi réalisé des chorégraphies pour la société Radio-Canada, une société de télévision canadienne. Au cours de sa carrière, Ludmilla Chiriaeff a créé plus de 300 ballets autant pour des émissions de télévision que pour des spectacles sur scène[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fonds Ludmilla Chiriaeff (P952) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec. », sur Pistard - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). (consulté le 19 janvier 2017)
  2. a b et c Internet et Services numériques, Archives numérisées, « Ludmilla Chiriaeff, mère de la danse au Québec - Les Archives de Radio-Canada », sur archives.radio-canada.ca (consulté le 6 novembre 2018)
  3. a et b « La compagnie | Les Grands Ballets Canadiens de Montréal », sur grandsballets.com (consulté le 6 novembre 2018)
  4. a et b « Ludmilla Chiriaeff – Ordre national du Québec », sur www.ordre-national.gouv.qc.ca (consulté le 6 novembre 2018)
  5. a et b Ludmilla Otzoup-Gorny Chiriaeff sur L'Encyclopédie canadienne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]