Luis Alcoriza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Luís Alcoriza)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un acteur image illustrant espagnol
image illustrant un réalisateur image illustrant espagnol
Cet article est une ébauche concernant un acteur espagnol et un réalisateur espagnol.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Luis Alcoriza
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
CuernavacaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités

Luis Alcoriza de la Vega est un scénariste, réalisateur et acteur espagnol né le à Badajoz (Espagne), décédé le à Cuernavaca (Mexique).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un couple de comédiens espagnols, Luis Alcoriza s'installe au Mexique au moment de la Guerre civile espagnole. Il débute comme acteur de théâtre et de cinéma et joue dans plus d'une quinzaine de rôles, dont celui du Christ dans María Magdalena et Reina de reinas de Miguel Contreras Torres en 1945. Il apprend le métier de scénariste auprès du réalisateur américain Norman Foster et devient le collaborateur de Luis Buñuel dans huit de ses films. Il effectue ses débuts de réalisateur avec Los jóvenes en 1960, film où l'univers des adolescents de la capitale est décrit avec sobriété et maturité. Dans le cadre d'un cinéma mexicain en crise et sclérosé, il s'impose comme un cinéaste original avec sa trilogie, Tlayucan (1961), Tiburoneros (1962) et Tarahumara (1964) dans lequel Alcoriza « récupère le monde complexe des cultures indigènes, en même temps qu'il dénonce l'exploitation et la marginalisation des Indiens par l'homme blanc. »[1] À la différence de son compatriote Buñuel, Alcoriza s'intégrera plus profondément à la réalité de son pays adoptif.

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme scénariste[modifier | modifier le code]

comme réalisateur[modifier | modifier le code]

comme acteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. in : Paulo Antonio Paranagua, Le cinéma mexicain, Éditions du Centre Georges-Pompidou, Paris, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]