Louis de La Châtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis de La Châtre
Biographie
Décès
Activité
Père
Autres informations
Distinctions
Église Saint-Martin d'Égreville 2017-10 n05.jpg
plaque commémorative

Louis de La Châtre (mort en 1630), Baron de La Maisonfort, était le fils de Claude II de La Châtre de La Maisonfort (1536-1614), maréchal de France, et de Jeanne de Chabot dame d'Egreville (fille de Guy Ier, baron de Jarnac, et de Louise de Pisseleu d'Heilly, demi-sœur puînée de la célèbre Anne duchesse d'Etampes ; fille de Guillaume de Pisseleu et de Madeleine de Laval-La Faigne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il embrassa le parti de la Ligue et se soumit à Henri IV en même temps que son père en 1594.

Il eut la survivance du gouvernement du Berry, charge qu'il céda au prince de Condé en échange d'une somme d'argent et du bâton de maréchal[1].

Il fut élevé à la dignité de Maréchal de France en , sans qu’on lui connaisse aucun acte de guerre méritant un tel honneur.

Epitaphe pour Louis de la Châtre, son épouse et leur fille dans église Saint-Martin d'Égreville.

Louis de La Châtre mourut en . L'année suivante, sa veuve, née Elisabeth d'Estampes dite Isabelle, fit établir un devis par Pierre II Biard, sculpteur ordinaire du roi demeurant derrière les Minimes de la place Royale, pour la réalisation de la sépulture du 2e maréchal de La Châtre en l'église Saint-Martin d'Egreville-en-Gâtinais (et non pas Saint-Martin d'Angerville-en-Gâtinais)[2].

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Louis de La Châtre de La Maisonfort épousa en premières noces Urbaine de Montafié, fille de Louis de Montafié et de Jeanne de Coësmes, dame de Bonnétable ; et en deuxièmes noces Elisabeth d'Estampes de Valençay (1582-1654), dite aussi Isabelle et parfois Isabeau, dont il eut plusieurs filles mortes jeunes, et :

  • Louise-Henriette de La Châtre (?-1634), baronne de la Maisonfort, qui épouse : le en premières noces François d'Angoulême (1598-1622), comte d'Alais ; le en secondes noces François de Crussol d'Uzès (1604-1680) ; et après démariage pour non consentement, en 1633 et en troisièmes noces (clandestines), Claude Pot de Rhodes[3] (son cousin issu de germain, car petit-fils de Guillaume Pot de Rhodes et Jacqueline de La Châtre-La Maisonfort, cette dernière étant une sœur du 1er maréchal de La Châtre et donc une tante du maréchal Louis), dont postérité :
    • Marie-Louise-Henriette/Elisabeth-Aimée Pot de Rhodes (1620-1684), dame d'Egreville et Villebéon, x 1646 François-Marie de L'Hôpital 2e duc de Vitry (fils du maréchal Nicolas, et donc son cousin éloigné, car l'arrière-grand-mère de François-Marie était Anne de La Châtre, sœur de Claude II de La Maisonfort)
    • Louise Pot de Rhodes ?

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Nom du prince et blasonnement
Blason fam fr La Châtre.svg Armes de la maison de La Châtre

De gueules, à la croix ancrée de vair.[4]

French heraldic crowns - Baron.svg
Blason fam fr La Châtre-Maisonfort.svg
Armes du baron de La Maisonfort

Écartelé : aux 1 et 4, de gueules, à la croix ancrée de vair (de La Châtre) aux 2 et 3, de gueules, à trois têtes de loup d'argent (Saint-Amadour).[4]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Le Bas : Louis de la Châtre In France : dictionnaire encyclopédique, volume 9, Firmin Didot Frères, 1843 p. 825 (voir en ligne).
  2. Minutes et répertoires du notaire André GUYON, 27 septembre 1618 - 27 février 1668, Archives nationales (voir en ligne).
  3. Mémoires de la Commission Historique du Cher, volume 2, David et Just-Bernard, Bourges; Dumoulin et Vve Didron, Paris, 1864, p. 81 (voir en ligne)
  4. a et b Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)