Louis Rosoor (organiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Rosoor
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Instrument

Louis Aimé Joseph Rosoor est un organiste né le à Tourcoing et décédé le à Tournai.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Rosoor est certainement à bonne école puisqu'il est un des fils de Jean-Louis Rosoor. Nommé dès 1866 organiste de l'église Notre-Dame de sa ville natale, il poursuit ses études d’orgue à Bruxelles sous la direction d'Alphonse Mailly et y obtient un accessit en 1872[1] puis, à l'unanimité[2], un premier prix en 1873[3]. Il apprend la composition, l’harmonie et le contrepoint avec François-Auguste Gevaert, Victor Delannoy et Maurice Rufferath[4]. Il est ainsi condisciple[5] d’Edgar Tinel.

Il devient titulaire du grand orgue de la Cathédrale de Tournai en 1874, conservant sa charge jusqu'en 1916[6]. Il est nommé Officier de l'Instruction Publique en 1902[7]. Professeur de piano et d'orgue à Tournai, il y est également titulaire de l'orgue de Notre-Dame et, à partir de 1910, membre de la Commission de l'Académie de Musique[A 1].

Il dirige, de 1881[8] à 1907[A 2], les Crick-Sicks[9], orphéon créé par son père dont Jules Massenet devient Président d'honneur en 1886[10].

Il est Directeur du Journal Musical mensuel Anciens et Modernes publié aux Editions Rosoor-Delattre de [11] à au moins [12].

Il compose également[4]: une messe pour voix mixtes et orchestre, une sonate pour piano et violon, une ouverture pour orchestre, plusieurs cantates, trois grands chœurs à 8 voix, une ode symphonique (Tournai)[13], un poème lyrique[13](Océan[14]) ainsi que des pièces pour orgue ; œuvres dont certaines partitions ont été conservées[15].

Il est reconnu comme interprète, chef de chœur ou compositeur par des musiciens comme Eugène Ysaÿe[16], Julien Koszul[17] ou Jules Massenet[18], ce dernier étant d’ailleurs parfois Président du jury du Concours international d’Orphéon (e.g. en 1886[10]) dont Gustave Charpentier[19] et Edgar Tinel en 1892[20] et André Messager en 1902[21] sont alors, eux aussi, membres.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Trait de Plume - Chanson masurk, pièce pour piano ; antérieure à 1882[22].
  • L'Océan : pour chœur et orchestre ; musique de Louis Rosoor sur des paroles de J. Ghysen, autographe imprimé chez Vasseur frères, Tournai, 1889 ; œuvre créée le samedi à Tournai (Halle-aux-Draps)[23], également exécutée à Tourcoing par les Crick-Sicks[9] le [24].
  • Cantate Patriotique - 18 Mai 1794 ; musique de Louis Rosoor sur un texte[25] de Joseph Pierson ; chantée le dimanche lors des célébrations du centenaire de la bataille de Tourcoing ().
  • Chant corporatif à Saint Eloi : cantate pour piano (ou orgue), baryton solo et chœur à quatre voix d'hommes ; Grav. et Imp. de Musique, Rosoor-Delattre, Tourcoing (Nord) (Bibliothèque communale de Tournai). Œuvre créée le lundi à l'église Notre-Dame (Tournai)[23] où elle fut également exécutée les années suivantes[23] en clôture de la messe célébrant la Saint-Eloi[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Guide Musical des 8 et 15 , p2
  2. Le Guide musical, Nos 32 & 33 des Jeudis 7 et 14
  3. Le Ménestrel du
  4. a et b p. 4 du 3e vol du recueil de Joseph Joubert, Maîtres contemporains de l'orgue : pièces inédites pour orgue ou harmonium - Écoles étrangères, Paris: Édition Maurice Senart, 1912
  5. Paul Tinel, Edgar Tinel ; le récit de sa vie et l'exégèse de ses œuvres de 1854 à 1886, Bruxelles, Imprimerie Th. Lombaerts, 1923, p. 228-229
  6. Le Courrier de l'Escaut du  ; son fils Pierre lui succédera alors pour 52 ans
  7. Le Courrier de l'Escaut du
  8. Jules Rosoor, La musique à Tourcoing depuis le commencement du siècle, Tourcoing : Rosoor-Delattre, 1891, p. 134
  9. a, b et c Voir le paragraphe « Liens externes »
  10. a et b Journal de Roubaix du
  11. L'Union agricole du Finistère du
  12. Le Journal de Vienne du
  13. a et b Le Guide Musical du , p. 837
  14. Édouard Georges Jacques Gregoir, Deuxième supplément et complément au volume : Les artistes-musiciens belges au XVIIIme et au XIXme siècle, Bruxelles : Schott Frères, 1890, p. 176-181
  15. Voir le paragraphe « Œuvres »
  16. Le Courrier de l'Escaut du
  17. Julien Koszul, Correspondances, Les cahiers Boellmann-Gigout nº 6/7/8/9/10 – 2001-2005
  18. Journal de Roubaix du
  19. Gustave Charpentier, Lettres inédites à ses parents : la vie quotidienne d'un élève du Conservatoire 1879-1887, Françoise Andrieux, PUF, impr. 1984, p. 98-101
  20. Journal de Roubaix du , p. 2-3
  21. Journal de Roubaix du
  22. Journal de Roubaix du  ; publiée dans le Journal de Toulouse du
  23. a, b, c, d, e, f et g Le Courrier de l'Escaut
  24. Journal de Roubaix du et L'Avenir de Roubaix du
  25. Extraits dans L'Avenir de Roubaix-Tourcoing du (Bibliothèque numérique de Roubaix)

A) Annuaire des artistes et de l'enseignement dramatique et musical

  1. éditions 1893-1910
  2. éditions 1894-1907

Liens externes[modifier | modifier le code]

Pièce d'ombres Tournai (Histoire des Projections Lumineuses)

Crick-Sicks - Chœur d'Hommes