Louis Georges Gouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouy.
image illustrant  un physicien
Cet article est une ébauche concernant un physicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Louis Georges Gouy
Louis georges gouy.jpg

Louis Georges Gouy

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de

Louis Georges Gouy est un physicien français né à Vals-les-Bains le et mort à Vals-les-Bains le . Son nom reste associé à la phase de Gouy, avance de phase de l'onde lumineuse au passage par un foyer[1],[2], qu'on rencontre en particulier dans la description des faisceaux gaussiens. Le collège de Vals-les-Bains en Ardèche porte son nom.

Carrière[modifier | modifier le code]

Préparateur, puis répétiteur à la Sorbonne de 1880 à 1883, d'abord suppléant et chargé de cours à la faculté des sciences de Lyon à partir de 1883, il y devient professeur titulaire de physique en 1887.

Correspondant de l'Académie des sciences en 1901, élu membre non résidant le [3], il est, avec Marcel Brillouin, Maurice de Broglie, Marie Curie, Paul Langevin et Pierre Weiss, l'un des six Français participant au congrès Solvay de 1913.

Travaux[modifier | modifier le code]

Conférence Solvay de 1913. Louis Georges Gouy est au premier rang à droite.

Ses principaux travaux ont porté sur :

Distinction[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. G. Gouy, « Optique : sur une propriété nouvelle des ondes lumineuses », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, t. CX, no 24,‎ , p. 1251 (lire en ligne).
  2. G. Gouy, « Sur la propagation anomale des ondes », Annales de chimie et de physique, 6e série, t. XXIV,‎ , p. 145 (lire en ligne).
  3. « Les membres du passé dont le nom commence par G », sur Académie des sciences (consulté le 4 janvier 2016).
  4. Émile Picard, « Hommage à la mémoire de Georges Gouy », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, t. 182, no 5,‎ , p. 293 (lire en ligne).
  5. G. Gouy, « Sur la théorie thermodynamique de la capillarité et de l'électrocapillarité », J. Phys. Theor. Appl., vol. 10,‎ , p. 245-253 (lire en ligne [PDF]).
  6. « Notice no 19800035/107/13454 », base Léonore, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Gouy, 1. Recherches photométriques sur les flammes colorées. 2. Propositions données par la Faculté., Paris, Gauthier-Villars, (lire en ligne)
  • « G. Gouy », La Nature, no 2708,‎ , p. 144 (lire en ligne [PDF])

Liens externes[modifier | modifier le code]