Louis Georges Gouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouy.
Louis Georges Gouy
Louis georges gouy.jpg

Louis Georges Gouy

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
Distinction

Louis Georges Gouy est un physicien français né à Vals-les-Bains (Ardèche) le et mort à Vals-les-Bains le . Son nom reste associé à la phase de Gouy, avance de phase de l'onde lumineuse au passage par un foyer[1],[2], qu'on rencontre en particulier dans la description des faisceaux gaussiens.

Carrière[modifier | modifier le code]

Préparateur, puis répétiteur à la Sorbonne de 1880 à 1883, d'abord suppléant et chargé de cours à la faculté des sciences de Lyon à partir de 1883, il y devient professeur titulaire de physique en 1887.

Correspondant de l'Académie des sciences en 1901, élu membre non résidant le [3], il est, avec Marcel Brillouin, Maurice de Broglie, Marie Curie, Paul Langevin et Pierre Weiss, l'un des six Français participant au congrès Solvay de 1913.

Travaux[modifier | modifier le code]

Conférence Solvay de 1913. Louis Georges Gouy est au premier rang à droite.

Ses principaux travaux ont porté sur :

Distinctions et honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. G. Gouy, « Optique : sur une propriété nouvelle des ondes lumineuses », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, t. CX, no 24,‎ , p. 1251 (lire en ligne).
  2. G. Gouy, « Sur la propagation anomale des ondes », Annales de chimie et de physique, 6e série, t. XXIV,‎ , p. 145 (lire en ligne).
  3. « Les membres du passé dont le nom commence par G », sur Académie des sciences (consulté le 4 janvier 2016).
  4. Émile Picard, « Hommage à la mémoire de Georges Gouy », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, t. 182, no 5,‎ , p. 293 (lire en ligne).
  5. G. Gouy, « Sur la théorie thermodynamique de la capillarité et de l'électrocapillarité », J. Phys. Theor. Appl., vol. 10,‎ , p. 245-253 (lire en ligne [PDF]).
  6. « Cote 19800035/107/13454 », base Léonore, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Gouy, 1. Recherches photométriques sur les flammes colorées. 2. Propositions données par la Faculté., Paris, Gauthier-Villars, (lire en ligne)
  • « G. Gouy », La Nature, no 2708,‎ , p. 144 (lire en ligne [PDF])

Liens externes[modifier | modifier le code]