Onde électromagnétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'onde électromagnétique est un modèle utilisé pour représenter les rayonnements électromagnétiques.

Il convient de bien distinguer : le rayonnement électromagnétique, qui est le phénomène étudié, et l'onde électromagnétique, qui est une des représentations du phénomène. Une autre représentation prend en compte l'existence du photon.

Une onde lumineuse est une onde électromagnétique dont la longueur d'onde correspond au spectre visible, soit entre les longueurs d'onde 400 et 750 nm[1], ce qui correspond aux énergies de photon de 1,5 à 3 eV.

Historique[modifier | modifier le code]

La théorie ondulatoire de la lumière a été principalement développée par Christian Huygens dans les années 1670, puis par Augustin Fresnel. Elle s'opposait à l'époque à la théorie corpusculaire, défendue principalement par Isaac Newton. Huygens travaillait principalement sur les lois de réflexion et de réfraction, Fresnel développa notamment les notions d'interférence et de longueur d'onde. La conception de la lumière comme ondulation incita les physiciens à imaginer un milieu de propagation, l'éther.

La grande avancée théorique fut la synthèse des lois de l'électromagnétisme par James Clerk Maxwell, ses équations prédisaient l'existence d'ondes électromagnétiques, et leur vitesse, permettant l'hypothèse que la lumière est une onde électromagnétique.

Les ondes radio, à basse fréquence et grande longueur d'onde, furent découvertes à la fin du XIXe siècle avec les travaux notamment d'Alexandre Popov, Heinrich Hertz, Édouard Branly et de Nikola Tesla. Les rayons X, à haute fréquence et faible longueur d'onde, furent découverts par Wilhelm Röntgen en 1895.

Le problème du rayonnement du corps noir fut résolu par Max Planck, en 1901, en introduisant une constante et des discontinuités expliquées par Albert Einstein en 1905, dans ses travaux sur l'effet photoélectrique, en proposant l'existence d'un quanta énergétique. Ce quanta est le prémisse au modèle du photon, synthèse des approches ondulatoire et corpusculaire de la lumière, donnant l'idée d'une généralisation à toute la matière : la mécanique quantique.

Émission[modifier | modifier le code]

Les ondes électromagnétiques (perturbations des champs électrique et magnétique) sont produites par des particules chargées accélérées[2].

Description[modifier | modifier le code]

Onde électromagnétique : oscillation couplée du champ électrique et du champ magnétique, modèle du dipôle vibrant (le trièdre doit être direct)

Comme toutes les ondes, une onde électromagnétique peut s'analyser en utilisant l'analyse spectrale ; on peut décomposer l'onde en ondes dites « monochromatiques » (voir aussi Spectre d'ondes planes).

Une onde électromagnétique monochromatique peut se modéliser par un dipôle électrostatique vibrant, ce modèle reflétant convenablement, par exemple, les oscillations du nuage électronique d'un atome intervenant dans la diffusion Rayleigh (modèle de l'électron élastiquement lié).

Les variations des champs électriques et magnétiques sont liées par les équations de Maxwell, on peut donc représenter l'onde par un seul de ces champs, en général le champ électrique.

Il est alors possible d'écrire l'équation générale d'une onde plane monochromatique :

  • est la pulsation et vaut
  • est le vecteur position du point considéré,
  • est le vecteur d'onde dont la norme vaut [3], étant la longueur d'onde ;
  • est la phase à l'origine.

On utilise aussi fréquemment la forme complexe :

On obtiendra alors les grandeurs physiques, réelles, en prenant la partie réelle de cette forme complexe.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Polarisation[modifier | modifier le code]

La polarisation correspond à la direction et à l'amplitude du champ électrique . Pour une onde non polarisée, ou naturelle, tourne autour de son axe de façon aléatoire et imprévisible au cours du temps. Polariser une onde correspond à donner une trajectoire définie au champ électrique. Il y a plusieurs sortes de polarisation :

  • La polarisation linéaire quand reste toujours dans le même plan.
  • La polarisation circulaire, le champ électrique tourne autour de son axe en formant un cercle.
  • La polarisation elliptique, le champ électrique tourne autour de son axe et change d'amplitude pour former une ellipse.

Comportement ondulatoire[modifier | modifier le code]

Propagation
Dans un milieu homogène et isotrope, l'onde électromagnétique se propage en ligne droite. Lors de la rencontre avec un obstacle, il y a diffraction ; lors d'un changement de milieu, il y a réflexion et réfraction ; il y a aussi réfraction si les propriétés du milieu changent selon l'endroit (hétérogénéité). Voir aussi Principe de Huygens-Fresnel.
Réflexion
Lors d'un changement de milieu de propagation, une partie de l'onde électromagnétique repart vers le milieu d'origine, c'est la réflexion.
Le cas le plus connu de la réflexion est le miroir, mais celle-ci concerne également les rayons X (miroir à rayons X) et les ondes radio : réflexion sur la ionosphère des ondes mégahertz, antenne parabolique, réflexion sur la Lune
Réfraction
Lors d'un changement de milieu de propagation, si le second milieu est transparent pour l'onde, celle-ci se propage au travers mais avec une direction différente. Cela concerne la lumière (lentille optique, mirage), mais aussi les ondes radio (réfraction des ondes décamétriques dans la ionosphère).
Diffusion
Lorsqu'une onde rencontre un atome, elle se diffuse sur celui-ci, elle change de direction. On distingue la diffusion Rayleigh, dite « diffusion électronique », au cours de laquelle l'onde ne change pas de longueur d'onde, la diffusion Raman qui est une diffusion électronique avec diminution ou augmentation de longueur d'onde, et la diffusion Compton, dans le cas des rayons X diffusant sur des atomes légers, au cours de laquelle la longueur d'onde augmente.
Interférences
Comme toutes les ondes, les ondes électromagnétiques peuvent interférer. Dans le cas des radiocommunications, cela provoque un parasitage du signal (voir aussi Rapport signal sur bruit).
Diffraction
L'interférence d'ondes diffusées porte le nom de diffraction :
Flux d'énergie
Le flux d'énergie à travers une surface est donné par le flux du vecteur de Poynting.

Dualité onde-corpuscule[modifier | modifier le code]

La notion d'onde électromagnétique est complémentaire de celle de photon. En fait, l'onde fournit une description plus pertinente de la radiation pour les faibles fréquences (c'est-à-dire les grandes longueurs d'onde) comme les ondes radio.

En fait, l'onde électromagnétique représente deux choses :

Lorsque le flux d'énergie est grand devant l'énergie des photons, on peut considérer que l'on a un flux quasi-continu de photons, et les deux notions se recouvrent. Ceci n'est plus vrai lorsque le flux d'énergie est faible (on envoie les photons un par un), la notion de « variation macroscopique » (moyenne) n'a alors plus de sens.

Le flux d'énergie est donné par le vecteur de Poynting. Chaque photon « emporte » une quantité d'énergie déterminée, valant E = h·ν, h étant la constante de Planck et ν la fréquence. On peut ainsi calculer le flux de photons à travers une surface.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les limites exactes sont débattues, notamment en raison des variations individuelles de la perception au sein de l'espèce humaine. On trouve parfois des limites plus larges, de 380 à 800 nm.
  2. Lev Landau et Evgueni Lifchits, Physique théorique, tome 2 : Théorie des champs [détail des éditions], §67 : « les charges ne peuvent rayonner que si elles sont animées d'un mouvement accéléré. Ce résultat découle d'ailleurs du principe de relativité puisqu'on peut rapporter une charge animée d'un mouvement uniforme à un référentiel d'inertie par rapport auquel elle est au repos ; on sait que les charges au repos ne rayonnent pas ».
  3. ce vecteur est parfois défini par 1/λ, l'équation de l'onde est alors

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :