Louis Codet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Codet (homonymie).
Louis Codet
Louis Codet, portrait.jpg
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 38 ans)
Le HavreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Louis Codet, né à Perpignan (Pyrénées-Orientales) le et mort au Havre (Seine-Maritime) le , est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative au 12 rue de la Cloche d'Or à Perpignan

Louis Codet, issu d’une vieille famille de Saint-Junien, fils de Jean Codet, député et sénateur (à son époque, les Codet occupaient la même maison depuis six siècles), bien que vivant à Paris, voyait dans le Limousin « un pays de paradis ». Il naquit en 1876, 12 rue de la Cloche d'or à Perpignan. Après des études au Lycée Condorcet, docteur en droit, riche, il représenta, en 1909 et 1910, l’arrondissement de Rochechouart à l’Assemblée nationale. Peintre, élève de l'Académie Julian, il publia de son vivant La Rose du jardin (1907) puis La Petite Chiquette (1908), l’histoire plus ou moins autobiographique, d’un jeune peintre montmartrois et de son amie au langage vivant et populaire. Il écrivit dans quelques revues, la Revue Blanche, les Marges de son ami Eugène Montfort (qui lui consacra un numéro spécial en 1924). Le , Louis Codet figure dans la liste des collaborateurs du premier numéro de la Nouvelle Revue française, mais l'expérience entre les groupes Gide et Montfort tourne court. Dandy parisien, Louis Codet était l'ami des artistes, il s'était lié d'une sincère et grande amitié avec Guillaume Apollinaire, Marie Laurencin.

Sous-lieutenant au 90e RIT, il fut blessé à Steenstrate, dans les Flandres belges, par un obus le et mourut, au Havre, auprès de sa femme. À 38 ans, il laissait de nombreux textes inédits, dont une nouvelle, César Capéran, que Gaston Gallimard publia en 1918. L’histoire pleine d’humour d’un Gascon monté à Paris des projets littéraires plein la tête mais préférant vivre en dilettante et finissant sa carrière comme conservateur d’un petit musée vers Auch. Suivra Louis l’indulgent en 1926, petit roman autobiographique dont le premier titre était Un apprentissage : histoire(s) d’enfance et d’adolescence, départ pour Paris, toujours, petit monde des peintres, jolis tableaux, belles rencontres.

Il est inhumé à Saint-Junien.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Un apprentissage (1903, publié en 1926 sous le titre Louis l’indulgent)
  • La Rose du jardin, 1907
  • La Petite Chiquette, 1908
  • César Capéran, 1918
  • La Fortune de Bécot, 1921
  • Images de Majorque, 1925, À l'Enseigne de la Porte Étroite
  • Louis l'indulgent, 1926
  • Poèmes et chansons, 1926
  • Lettres à deux amis (Eugène de Montfort et Louis Bausil), 1927

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

  • César Capéran ou La Tradition (préf. Jean-Baptiste Harang), Paris, Éditions de la Table Ronde, coll. « La petite vermillon » (no 458), , 144 p. (ISBN 978-2-710-38953-8)
  • César Capéran ou La Tradition (préf. Robert de Goulaine), Monaco, Éditions du Rocher, coll. « Motifs » (no 303), , 112 p. (ISBN 978-2-268-06450-5)
  • César Capéran ou La tradition (postface Auriant), Dole, Canevas éd., (ISBN 2-88382-039-2)
  • La Petite Chiquette (préf. Gilbert Sigaux), Lausanne, Éditions Rencontre,
  • César Capéran, Imprimeries populaires, Lausanne pour les membres de la Gulide du Livre, 1945, édition hors commerce. Lithographies originales de G.-H. Dessouslavy.

Postérité[modifier | modifier le code]

Louis Codet a donné son nom à un prix de poésie attribué par la Compagnie littéraire du Genêt d'Or de Perpignan. Les derniers lauréats à avoir reçu ce titre sont :

  • Johan Sohet (2005, rappel du prix en 2006)
  • Jean-Philippe Guirado (2006, rappel du prix en 2007)
  • Alexandre Plache (2008)

Une rue porte son nom à Paris dans le 7e arrondissement : Rue Louis-Codet. Une rue à Saint-Junien (Haute-Vienne) porte le même nom mais en référence à son grand père, Louis-Paul Codet, ancien maire de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Assemblée Nationale, « Louis, Romain, Jean, Pierre Codet - Base de données des députés français depuis 1789 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 21 décembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]