Joseph Romain-Desfossés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph-Romain Desfossés
Amiral Romain Desfossés, Yan' Dargent, 1864, Landerneau
Amiral Romain Desfossés, Yan' Dargent, 1864, Landerneau

Naissance
au manoir de Bourgneuf à Gouesnou (Finistère)
Décès (à 66 ans)
Paris
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Pavillon de la Marine du Premier Empire Marine impériale française
Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Dignité d'État Amiral de France
Années de service 18071864
Conflits Guerre des Pâtisseries
Campagne d'Italie (1859)
Faits d'armes Bataille de San Juan de Ulúa
Distinctions Grand-croix de la Légion d'honneur
Autres fonctions Député
Ministre de la Marine
Sénateur
Président de la Société de géographie (1861)

Ministre de la Marine

Joseph-Romain Desfossés, dit « Romain-Desfossés » né à Gouesnou le , mort à Paris le est un officier de marine et homme politique français. Contre-amiral, député, ministre et sénateur sous le Second Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de marins. Son père est officier de marine et son grand-père également.

Carrière dans la Marine française[modifier | modifier le code]

Il fit ses premières armes à 9 ans comme mousse à bord du Cassard. À 12 ans, il passe aspirant de 2e classe sur la canonnière commandée par son père, lieutenant de vaisseau.

Il s'engage alors pour plusieurs années et poursuit une brillante carrière militaire dans la marine au cours de laquelle il participera à toutes les affaires maritimes de l'époque.

Enseigne de vaisseau en , lieutenant de vaisseau en , il fut ensuite attaché à l'état-major de l'amiral Grivel, préfet maritime de Brest.

Capitaine de la corvette La loire (), il fit ensuite croisière dans le Levant comme capitaine de vaisseau en second sur l'Iéna et accompagna en 1838 le prince de Joinville lors de la bataille de San Juan de Ulúa.

Nommé capitaine de vaisseau le , il commande en chef la station de Madagascar de 1844 à 1847. Il conclut un traité avantageux avec l'iman de Mascate, fait une démonstration navale contre Madagascar.

À son retour en France, il est nommé contre-amiral le . Major Général de la Marine à Brest, il se présente aux élections de 1849 à la députation du Finistère, commençant ainsi sa carrière politique. Il est élu le et siège au nom du parti bonapartiste (jusqu'au ).

Le il est appelé par le prince-président au ministère de la Marine et des colonies. À ce poste il fait notamment voter une indemnité pour les propriétaires d'esclave dépossédés. Il fait demander pour la presse des colonies une législation plus sévère et propose l'île de Nuku Hiva en tant que lieu de déportation.

Romain-Joseph Desfossés, Amiral de France (1798-1864), Jules Rigo (Paris, 1810 ; Paris, 1892), Musée de l'Histoire de France (Versailles).

Il quitte le ministère lorsque Louis-Napoléon Bonaparte se sépare de sa majorité en révoquant le général Changarnier de ses fonctions de commandant de la garde nationale (). Il prend par la suite le commandement en chef de l'escadre du Levant.

Fait vice-amiral le , membre du Conseil d'Amirauté, président du comité des travaux de la marine, il est nommé sénateur le et le resta jusqu'à sa mort.

Commandant en chef de l'escadre d'évolution, il reçoit la reine d'Angleterre à Cherbourg en . Pendant la Campagne d'Italie (1859)), il commanda l'escadre de la Méditerranée et de l'Adriatique. Après cette campagne, il bombarde Tétouan pour venger une insulte faite au drapeau.

Il est promu Amiral de France le , couronnement de sa carrière dans la Marine.

Grand officier le , il est fait grand-croix de la Légion d'honneur le [1].

L’Amiral Joseph Romain-Desfossés, Président Général de l’Œuvre des Ecoles d’Orient de 1861 jusqu’à sa mort survenue à Paris le 25 octobre 1864.

Il meurt à Paris le . Il est enterré au cimetière de Landerneau depuis 1865[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]