Gaspard Deguerry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gaspard Deguerry
Deguerry, Gaspard, Nadar, BNF Gallica.jpg
Fonction
Curé
Église de la Madeleine
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Gaspard Deguerry, né le à Lyon et fusillé le à Paris, est un ecclésiastique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Thomas, est marchand de bois, et meurt précocement en 1800. Sa mère, Anne Desflèches, veuve à 25 ans, élèvera seule ses trois fils. Ordonné prêtre le 19 mars 1820 pour le diocèse de Lyon, Deguerry est aumônier militaire (1827) au 6ème régiment de la Garde Royale. En 1829, Charles X le désigne pour prêcher le sermon de la Cène aux Tuileries. La Révolution de 1830 ayant supprimé les aumôniers militaires, il devient prédicateur itinérant, et prêche tant à Paris qu'en province. Puis il est nommé au diocèse de Paris, premier chanoine et archiprêtre de Notre-Dame de Paris en 1844 par l'archevêque Denys Affre. L’année suivante, il est curé de Saint-Eustache, et administre les derniers sacrements à François-René de Chateaubriand le 4 juillet 1848. De 1849 à sa mort, il est curé de la Madeleine. Pressenti en 1861 pour être nommé évêque de Marseille, il renonce à cette nomination pour rester avec ses paroissiens. En 1861 et en 1866, il prêche le Carême aux Tuileries, cette fois-ci devant l'empereur Napoléon III. Il est fusillé, au cours des événements de la Commune, par les Fédérés à la prison de la Roquette. Avec lui périrent en même temps, l'archevêque de Paris Georges Darboy, le président Bonjean, l'abbé Surat archidiacre de Notre-Dame et le journaliste Chaudey.

Un portrait de l'abbé Deguerry peint par Henri Lehmann en 1857 est conservé au Musée d'art et d'histoire de Saint-Denis.

Liens externes[modifier | modifier le code]