Louis-Charles Bouvet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouvet.
Louis-Charles Bouvet
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Nationalité
Activité
Lieux de travail

Louis-Charles Bouvet (1808-1887) est un médailleur et sculpteur français qui travailla pour la Monnaie de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bouvet est né à Paris. Il est dit l'élève de Toussaint[Lequel ?][1]. On trouve une première trace de son travail en tant que médailleur, pour commémorer la distribution des drapeaux français à la garde nationale par le roi Louis-Philippe 1er (1830)[2],[3]. Bouvet travaille aussi pour des particuliers, comme le baron Nathaniel de Rothschild (médaille de mariage, août 1842) ; à cette époque, il se qualifie de « graveur du roi et de l'ambassade d'Angleterre à Paris ». Durant l'exposition des produits de l'industrie française de 1844 à Paris, il reçoit une médaille d'or. On le retrouve travaillant à des essais monétaires au moment de la Deuxième République française. La Monnaie de Paris lui commande aussi un essai pour une pièce de 10 dollars américains (frappe de huit exemplaires en bronze, 1849), qualifié rétrospectivement de « bâclé »[4]. Sa carrière prend un nouveau tournant quand il commence à exposer au Salon de Paris à partir de 1850 : d'abord des cadres en métal précieux ouvragés destinés à des médaillons[5], puis en 1852, deux projets destinés à la reine Isabelle II d'Espagne : une monnaie, et une statue équestre en plâtre[6]. Son adresse parisienne est au 12-14 rue de Castiglione, où se trouve sa boutique vendant des médailles, des boutons de manchette personnalisés et autres prestations de gravure sur métal liées à l'héraldique. En 1853, son essai pour l'avers de la pièce de 5 francs français est retenu avec un Napoléon III tête nu, la frappe dure jusqu'en 1859. Au Salon de 1855, il expose ses différentes commandes venues de Napoléon III, de la Monnaie espagnole, et de celle du Paraguay (pièce de 4 pesos en or) ; il travailla aussi à des essais destinés à la Monnaie de Mexico (pièces de 5, 10 et 50 centavos). À partir de 1864, il expose de nouveau au Salon, mais son adresse est à Blois, sa boutique à Paris est devenue « Maison Bouvet, Agry successeur ». En 1875, il expose justement dans cette ville, mentionné résidant au 65 rue du Foix ; il y présente des cadres pour médaillons commémoratifs ainsi que ses anciennes créations. Il a été le maître entre autres de Ferdinand-Léon Ménétrier.

Il meurt en mars 1887[7].

Il était marié à l'une des filles du sculpteur et graveur Pierre Lévèque (Beauvais, 1780 - Passy, 1845) qui tenait boutique dans la galerie de Valois au Palais-Royal[8].

Œuvre en médailles[modifier | modifier le code]

Médaille commémorative de la naissance de la princesse des Asturies, avers, bronze, [1852], Madrid, Museo del Romanticismo.

Musée Carnavalet :

  • Distribution des drapeaux à la garde nationale, bronze, [1830].
  • Inauguration du monument à Guillaume II des Pays-Bas, d'après Émilien de Nieuwerkerke, 1845.
  • Essais pour la pièce de 20 francs de la Deuxième République, argent et bronze, 1848.
  • Eugène Cavaignac, chef du pouvoir exécutif en 1848, bronze, 1848.
  • Essai pour la pièce de 2 francs Napoléon III, argent, 1856.
  • Naissance du Prince impérial Napoléon Eugène Louis Jean Joseph, 1856.
  • Julien Alexandre Hardy (1787-1876), jardinier en chef honoraire des Jardins du Luxembourg, membre des sociétés centrales d'agriculture et d'horticulture, 1858.
  • Couple impériale. Exposition régionale de Metz, bronze, 1861.
  • Gilbert Victor Fialin, duc de Persigny, après 1872.

Musée du Prado (Madrid)[9] :

  • Conde de San Luis, ministro reformador, 1850.
  • Naissance de la princesse des Asturies, 1852[1].
  • Dom Vicente Lopez, peintre espagnol, Salon de 1855[1].
  • Le docteur Drumon, médecin de la reine d'Espagne, Salon de 1857[1].
  • Inauguración del Canal del Lozoya, bronze, 1858.
  • Premio de la Exposición de la Ciudad Real - Junta de Agricultura, bronze, 1859.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Bellier et Auvray, Dictionnaire général des artistes de l'École française, Paris, Renouard, 1882, tome I, p. 155.
  2. Journal des débats politiques, Paris, édition du 10 octobre 1830, p. 4.
  3. Distribution des drapeaux à la garde nationale, 29 août 1830 notice inventaire ND4884, musée Carnavalet.
  4. (en) « French pattern from Rau Collection offered in Heritage CSNS auction », par Steve Roach, 13 mars 2013, sur coinworld.com.
  5. Salon de 1850, notice du catalogue, Base salons du musée d'Orsay.
  6. Salon de 1852, notice du catalogue, Base salons du musée d'Orsay.
  7. L'Univers, lundi 28 mars 1887, p. 3.
  8. (en) Leonard Forrer, Biographical dictionary of medallists; coin, gem, and seal-engravers, mint-masters, &c., ancient and modern, with references to their works B.C. 500-A.D. 1900, Londres, Pink, 1904, tome III, p. 424 — sur archive.org.
  9. (es) « Colección de medallas del Museo del Prado », par Marina Cano Cuesta, sur le site Fundación de Amigos del Museo del Prado.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :