Lorenz Bäumer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lorenz Baümer)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Baumer.

Lorenz Bäumer - Ideal

Création 17-03-1992
Fondateurs Lorenz Bäumer
Forme juridique SASU Société par actions simplifiée à associé unique
Siège social 19, place Vendôme, Paris
Drapeau de France France
Direction Lorenz Baumer
Activité Joaillerie
Produits bijoux
Effectif 20 en 2011
SIREN 384631982
Site web lorenzbaumer.com

Chiffre d'affaires 6 750 k€ en 2011

Comptes récents non déposés

Lorenz Bäumer (né en 1965 à Washington D.C.) est un joaillier, fondateur et dirigeant de l'entreprise du même nom installée au 19, Place Vendôme Paris, France.

L’activité de la maison débute en 1992 dans les locaux du 23, rue Royale à Paris. Lorenz Bäumer inaugure ensuite trois salons en 1995 à l’étage du 4, Place Vendôme. Ses collections de joaillerie sont présentées sur rendez-vous dans ses salons[1]. En 2009, la Maison entre au comité Colbert, l'association de promotion de l'industrie française du luxe[2]. Le 11 juin 2013, la Maison ouvre sa première boutique au 19, Place Vendôme, afin d'être « visible et accessible »[3]. Elle occupe un espace de 200 m2 sur deux étages dans l'Hotel d'Evreux construit en 1704 et dispose d'une vitrine sur la Place Vendôme. Les créations sont exposées dans les quartes salons : la Cabane du surfeur, le Confident, la Schatzkammer (le trésor en français) et le salon Vendôme.

Le joaillier détient l'intégralité du capital de la société d'exploitation International Design And Licensing (en abrégé Ideal) dont il est Président Directeur Général et Directeur Artistique[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Le fondateur[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né le 28 décembre 1965, à Washington D.C. aux États-Unis, d'une mère française et d'un père diplomate allemand. Il séjourne : aux États-Unis, en Jordanie, en Allemagne, en Autriche, au Canada et en Israël. Sa famille s'installe à Paris alors qu'il est âgé de 15 ans[5]. Il effectue ses études à Saint Louis de Gonzague et intègre l’École Centrale de Paris après deux années de classes préparatoires à Sainte-Geneviève, à Versailles. Lorenz Bäumer obtient son diplôme d’ingénieur en 1988, option ICP (Innovation, Conception, Production)[6]. Il suit un cours d’architecture à l’École Centrale.

Bijouterie Fantaisie et Joaillerie[modifier | modifier le code]

En 1988, il réalise des bijoux fantaisie[4] puis ouvre en 1989 un salon au 23, rue Royale à Paris puis en 1995, installe ses salons au troisième étage du 4, Place Vendôme pour se consacrer uniquement à la joaillerie.

Fin 2010, Charlène Wittstock et Albert II de Monaco, choisissent sa tiare « écume de diamants », pour leur mariage[6]

Il utilise des matières comme : le titane, l'olfactium, les diamants dessinés, la météorite, le daguerréotype


Collaborations[modifier | modifier le code]

Directeur Artistique[modifier | modifier le code]

Alain Wertheimer, le charge à partir de 1988 de créer la joaillerie pour la maison Chanel : la ligne "Camélia" en pierre sculptée, la bague « Matelassée » perles, la bague "Coco", et la ligne "Ultra" qui utilise pour la première fois la céramique noire en joaillerie. Cette collaboration prend fin en 2007[1] car Bernard Arnaud le nomme directeur artistique de la Joaillerie Louis Vuitton[5]. Il crée une première collection, « L'Âme du Voyage », pour la filiale de LVMH[6], suivi par de nombreuses autres collections dont « Chain Attraction », la ligne "Idylle", "Lock-it". Cette collaboration prend fin en 2015 afin de lui permettre de se consacrer au développement de sa maison.

Il a également collaboré avec de nombreuses marques principalement dans le luxe : HermèsCartier, GuerlainGucciPiagetBernardaud, Swarovski, Baccarat, Omega, Disney[7].

Artistes[modifier | modifier le code]

Lorenz Bäumer aime susciter le dialogue et la proximité avec les autres créateurs. Se croisent et se côtoient artistes – connus ou inconnus – au sein de sa Maison[8]. Quelques collaborations entre le joaillier et des artistes contemporains :

En 2014, le dessinateur Fabien Merelle, reconnu pour la juxtaposition d’absurdité et d’ironie à travers son art, a réalisé une représentation irrévérencieuse de Lorenz Bäumer à la mine de plomb et l’aquarelle.  L’artiste contemporain brésilien Vik Muniz a créé le portrait de Lorenz Bäumer à partir de ses bijoux et de poussière d’or[9].

Garth Knight, artiste australien, a repris les représentations des bijoux pour les transformer en une vingtaine d’animaux magiques par une savante alchimie .

L’artiste Maud Fiori créé une représentation surréaliste de Lorenz Bäumer (2009)[10].

Le photographe Patrick Bailly-Maître-Grand a créé l’Ecorché, un étonnant portrait de Lorenz Bäumer réalisé à l’aide de rubans adhésifs directement appliqués sur la peau poudrée de noir afin d’en capter les pigments et de les transposer sur papier photographique (2004)[11].


Christophe Bucklow réalise le portrait de Lorenz Bäumer à partir de d’un photogramme du soleil.

La Cabane du surfeur.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le joaillier est fait Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres en 2004 puis Officier en 2009 [12],[13].

Il devient Chevalier de la Légion d'honneur en 2010.

Il obtient le Prix spécial Vogue Joyas en hommage à sa vision artistique et à son parcours professionnel (2009)[14].

Il reçoit le Prix de l'Audace aux Talents du luxe et de la création[15] 2017.

Mandats[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Joaillerie[modifier | modifier le code]

Montres daguerréotypes[modifier | modifier le code]

(fr+en) Le Temps : La Montre Daguerréotype par Lorenz Bäumer, 39 pages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Charlotte Brunel, « Lorenz Bäumer s'installe place Vendôme », L'Express,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Katell Pouliquen, « 5 nouveaux talents pour le Comité Colbert », L'Express,‎ (lire en ligne)
  3. Élodie Baërd, « Lorenz Bäumer dans une nouvelle dimension », Madame Figaro,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Nicole Vulser,, « « Le centralien Lorenz Bäumer, ses bijoux et la place Vendôme », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Valery Bailly Buchet, « Lorenz Bäumer, joaillier magicien », Madame Figaro,‎
  6. a b et c Francine Rivaud, « Brillant : Portrait Lorenz Bäumer, joaillier », Challenges, no 352,‎ (ISSN 0751-4417, lire en ligne)
  7. (en) Jessica Michault, « A Jeweler Travels the World to Find Stones That Inspire », NY Times,‎ (lire en ligne)
  8. « Interview », Palace Costes, no 57,‎
  9. (en) « Galerie de Vik Muniz », sur http://vikmuniz.net/gallery
  10. « Site internet de Maud Fiori », sur http://www.maudfiori.com/#!about/cazn
  11. « l'Ecorché de Patrick Bailly-Maître-Grand », sur www.baillymaitregrand.com
  12. Sandrine Merle, « Lorenz Bäumer : À la recherche du beau », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  13. (es) Ana Fernández Parrilla, « Historia de una obsesión », El Pais,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « My Little Swans », sur http://www.mylittleswans.com/partners.php?section=2289&id=209
  15. « Talents du luxe et de la création », sur centreduluxe.com
  16. « Tendances Joaillerie »
  17. a et b « Madame Figaro News »
  18. « Place Vendôme Ecrin des Joailliers », sur lepoint.fr
  19. « Cité de la Céramique, Sèvres »

Lien externe[modifier | modifier le code]