Liste des torpilleurs numérotés de la Marine française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La liste des torpilleurs numérotés de la Marine française construits dans le cadre de la doctrine de la Jeune École est classée par ordre croissant[1].

Chantiers de construction des torpilleurs[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous regroupe l'ensemble des noms abrégés utilisé dans cette page.

Les informations concernant les chantiers de Penhoët et les Ateliers et Chantiers de la Loire de St Nazaire ont été recherchées sur le site internet classes.belem44.free.fr [2]

Nom du chantier Terme abrégé
Chantier Normand Nor
Claparède & Cie(Seine) Cla[3]
Forges et Chantiers de la Méditerranée
(Graville - Le Havre)
FCG
Forges et Chantiers de la Méditerranée
(La Seyne)
FCS
Chantier Thornycroft (Angleterre) Tho
Chantier Yarrow (Angleterre) Yarrow
Chantier de Paris des Établissements Cail Cai (P)
Chantier de St Denis des Établissements Cail Cai (SD)
Ateliers et Chantier de la Gironde
(Bordeaux)
ACB
Chantier Schneider (Chalon sur Saône) Sch
Chantier Schneider pour Saigon Sch (Saigon)
Dyle et Bacalan - Bordeaux DBB
Arsenal de Brest Bre
Arsenal de Cherbourg Che
Arsenal de Toulon Tou
Arsenal de Rochefort Roch
Dubigeon (Nantes) Dub
De la Brosse et Fouché (Nantes) B et F
Penhoët (St Nazaire) Pen (R)
Ateliers et Chantiers de la Loire (Nantes) ACL (N)
Ateliers et Chantiers de la Loire (St Nazaire) ACL (SNZ)

Torpilleur 1876[modifier | modifier le code]

La construction de ces 7 premiers torpilleurs de la Marine française débute la série.

Cla Roch Yarrow Tho Bre

Torpilleur Thornycroft 1877[modifier | modifier le code]

Tho

Torpilleur 1878 - 1907[modifier | modifier le code]

Type 27 m[modifier | modifier le code]

Ces bâtiments ont une longueur de 27 mètres. Les torpilleurs nos 45 et 46 ont notamment fait partie de l'escadre d'Extrême-Orient de l'amiral Courbet, et à ce titre ont participé à la bataille de Fuzhou, lors de laquelle ils ont mis hors de combat le principal bâtiment de la flotte chinoise.

Nor Cla FCG
  • No 24
  • No 25
  • No 33
  • No 34
  • No 35
  • No 36
  • No 43
  • No 44
  • No 45
  • No 46
  • No 50

Type torpilleur vedette[modifier | modifier le code]

Tho Yarrow FCS
  • No 29
  • No 30
  • No 58
  • No 59
  • No 31
  • No 32
  • No 56
  • No 57

Type plus de 30 m[modifier | modifier le code]

Ces bâtiments sont appelés les « trois grands », d'une longueur de plus de 30 mètres.

FCS Nor Cla
  • No 26
  • No 27
  • No 28

Type 33 m[modifier | modifier le code]

Ces bâtiments sont appelés les « trois grands » et sont des répliques améliorées du type 27 mètres. Ces bâtiments ont une longueur de 33 mètres.

Nor
  • No 60
  • No 61
  • No 62
  • No 63
  • No 64
  • No 65
  • No 66
  • No 67
  • No 68
  • No 69
  • No 70
  • No 71
  • No 72
  • No 73
  • No 74

Type lance-torpilles[modifier | modifier le code]

Ces bâtiments ont une longueur de 35 mètres.

Série ACL (N) ACL (SD) Cai (P) Sch FCS FCG ACB
1re série
  • No 75
  • No 76
  • No 77
  • No 78
  • No 79
  • No 80
  • No 85
  • No 86
  • No 81
  • No 82
  • No 83
  • No 84
  • No 87
  • No 88
  • No 89
  • No 90
  • No 91
  • No 92
  • No 93
  • No 94
  • No 95
  • No 96
  • No 97
  • No 98
  • No 99
  • No 100
  • No 101
  • No 102
  • No 103
  • No 104
2e série
  • No 121
  • No 122
  • No 123
  • No 124
  • No 125
  • No 105
  • No 106
  • No 107
  • No 108
  • No 109
  • No 110
  • No 111
  • No 112
  • No 113
  • No 114
  • No 115
  • No 116
  • No 117
  • No 118
  • No 119
  • No 120

Le torpilleur no 102 fit naufrage le en baie de Saint-Nazaire ; le naufrage fit six victimes[4].

Type Normand 126[modifier | modifier le code]

Mis sur cale à partir de 1888, ils mesuraient 36 mètres pour 72 tonnes et atteignirent 20,7 à 21,3 nœuds à leurs essais [5]. Ils virent apparaître plusieurs innovations : les réchauffeurs d'alimentation, les purgeurs automatiques, les soupapes déchargeant des cylindres dans des boîtes à tiroirs et surtout les filtres à éponges pour le dégraissage de l'eau d'alimentation qui se généralisèrent par la suite[5].

Nor
  • No 126
  • No 127
  • No 128
  • No 129

Type Normand 130[modifier | modifier le code]

Mis sur cale à partir de 1889, ils furent surnommés les « ventre-à-terre » et mesuraient 34 mètres pour 52 tonnes. Ils développaient 720 chevaux avec leur chaudière à tube d'eau système Du Temple[5].

Nor ACL (SD) Sch ACB
  • No 130
  • No 131
  • No 132
  • No 133
  • No 134
  • No 135
  • No 136
  • No 137
  • No 138
  • No 139
  • No 140
  • No 141
  • No 142
  • No 143
  • No 144

Type 126 Normand modif[modifier | modifier le code]

Ces bâtiments font partie des torpilleurs de la série 126 modifié du chantier naval d'Augustin Normand mesurant 36 mètres et mis sur cale à partir de 1890. Leur chaudière à triple expansion développant 1 350 chevaux leur permit d'atteindre 23,6 nœuds[5]. Le numéro 149 parvint même à soutenir 24,51 nœuds pendant deux heures en route libre, soit 3,5 nœuds de plus que la vitesse prévue[5].

Normand Chantier Gironde et Cail[6] ACL (SD) FCG Sch
  • No 145
  • No 146
  • No 147
  • No 148
  • No 149
  • No 152
  • No 153
  • No 154
  • No 170
  • No 171
  • No 155
  • No 156
  • No 157
  • No 158
  • No 159
  • No 160
  • No 161
  • No 162
  • No 163
  • No 164
  • No 165
  • No 166
  • No 167
  • No 168
  • No 169

NOTA :

  • Le torpilleur No 150 est l'Ex. 126.
  • Le torpilleur No 151 est l'Ex. Gabriel Charmes.

Type 126 Normand tube mobile[modifier | modifier le code]

Ce type de bâtiment intègre un tube mobile au centre du navire et fait partie de la série 126 modifié du chantier naval d'Augustin Normand.

Maquette du torpilleur No 193. Musée national de la Marine, Paris.
ACL(N) FCG Sch Nor ACB Cai (SD)[7]
  • No 172
  • No 173
  • No 174
  • No 175
  • No 176
  • No 177
  • No 178
  • No 179
  • No 188
  • No 189
  • No 190
  • No 191
  • No 180
  • No 181
  • No 182
  • No 183
  • No 184
  • No 185
  • No 186
  • No 187
  • No 192
  • No 193
  • No 194
  • No 195
  • No 196
  • No 197
  • No 198
  • No 199
  • No 200

Type 37 m[modifier | modifier le code]

Ce type, d'une longueur de 37 mètres possède 2 chaudières. Il intègre également un tube mobile au centre du navire.

Torpilleur No 276 en 1913
Nor ACB Sch ACL (N) Che Tou FCG DBB
  • No 201
  • No 202
  • No 203
  • No 204
  • No 205
  • No 212
  • No 213
  • No 214
  • No 215
  • No 278
  • No 279
  • No 280
  • No 206
  • No 207
  • No 208
  • No 209
  • No 210
  • No 211
  • No 230
  • No 231
  • No 232
  • No 239
  • No 240
  • No 241
  • No 258
  • No 259
  • No 260
  • No 275
  • No 276
  • No 216
  • No 217
  • No 218
  • No 219
  • No 220
  • No 233
  • No 234
  • No 235
  • No 242
  • No 244
  • No 245
  • No 246
  • No 247
  • No 248
  • No 249
  • No 250
  • No 261
  • No 262
  • No 263
  • No 271
  • No 272
  • No 277
  • No 9S
  • No 221
  • No 222
  • No 236
  • No 237
  • No 238
  • No 251
  • No 252
  • No 266
  • No 267
  • No 268
  • No 223
  • No 224
  • No 225
  • No 226
  • No 227
  • No 228
  • No 229
  • No 243
  • No 253
  • No 254
  • No 255
  • No 256
  • No 257
  • No 269
  • No 270
  • No 264
  • No 265
  • No 273
  • No 274

Construction commune à 5 chantiers de constructions navales

Construction commune à 5 chantiers
  • Normand
  • Chantier de la Loire
  • F. et C. Méditerranée (Graville)
  • Saint-Nazaire-Penhoët
  • Schneider pour Saigon
  • No 278
  • No 279
  • No 280
  • No 281
  • No 282
  • No 283
  • No 284
  • No 285
  • No 286
  • No 287
  • No 288
  • No 289
  • No 290
  • No 291
  • No 292

Type turbine[modifier | modifier le code]

Ces torpilleurs expérimentaux à turbines ont été affectés à la défense mobile.

  • Torpilleur No 293
  • Torpilleur No 294

Type 38 m[modifier | modifier le code]

Torpilleur No 315 sur la Seine, en 1922.
Torpilleur No 327 sur la Seine, en 1924.

Ces bâtiments avaient une longueur de 38 mètres et déplaçaient 97 tonnes. Ils furent tous affectés à la défense mobile.

Nor ACB DBB ACL (N) FCG Sch Pen (R) Dub B et F Tou
  • No 295
  • No 296
  • No 318
  • No 319
  • No 320
  • No 321
  • No 297
  • No 298
  • No 299
  • No 325
  • No 326
  • No 327
  • No 328
  • No 329
  • No 330
  • No 331
  • No 300
  • No 301
  • No 302
  • No 332
  • No 333
  • No 334
  • No 335
  • No 336
  • No 337
  • No 303
  • No 304
  • No 305
  • No 347
  • No 348
  • No 349
  • No 350
  • No 351
  • No 352
  • No 306
  • No 307
  • No 308
  • No 341
  • No 342
  • No 343
  • No 344
  • No 345
  • No 346
  • No 309
  • No 310
  • No 311
  • No 353
  • No 354
  • No 355
  • No 356
  • No 357
  • No 358
  • No 312
  • No 313
  • No 314
  • No 359
  • No 360
  • No 361
  • No 362
  • No 363
  • No 364
  • No 365
  • No 366
  • No 367
  • No 315
  • No 316
  • No 317
  • No 322
  • No 323
  • No 324
  • No 338
  • No 339
  • No 340
  • No 368
  • No 369

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Le Masson, Histoire du torpilleur en France, 1872–1940, Paris 7e, académie de Marine, , 377 p.
  2. Huit élèves de 4e, Mme Masson documentaliste et M Guiné professeur de technologie, Les chantiers navals, mai 2001(page consultée le 2 septembre 2007)
  3. Ce chantier sera racheté en 1887 par les Ateliers et Chantiers de la Loire.
  4. Journal Le Rappel no 6933 du 4 mars 1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75411434/f2.image.r=Locquirec.langFR
  5. a, b, c, d et e Henri Le Masson, Les Lévriers de la mer Torpilleurs et destroyers, Horizon de France, 1948, pages 26-27
  6. Les coques des no 155, 156 et 157 ont été construites à Bordeaux par les Chantiers de la Gironde. Cail a fourni les appareils moteurs de ces trois torpilleurs.
  7. Ces six torpilleurs furent les derniers torpilleurs construits dans la région parisienne au chantier de la Société Anonyme des Anciens Établissements Cail.